Watch the World Die

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Minushuman
Nom de l'album Watch the World Die
Type Album
Date de parution 15 Avril 2008
Produit par Elmobo
Style MusicalThrash Death
Membres possèdant cet album31

Tracklist

1. Liquid 05:43
2. The Sixth Mass Extinction 06:04
3. Empire 04:56
4. All Keeps Falling Down 05:42
5. Faillure 06:11
6. Time Zero 05:05
7. Watch the World Die 04:14
8. The New Order 04:16
9. Round Circles 07:25
Total playing time 49:36

Chronique @ Discipleofthelie

20 Août 2008
Comme chaque début de mois, après l’achat de mon mensuel préféré, je m’attelle à l’écoute du sampler fourni, quand mon oreille est particulièrement attiré par la dernière piste consacré à la démo du mois !
C’est ainsi que je découvre MinusHuman. Fondée par les ex-membres de Dark Poetry, je vais m'empresser de disséquer leur tout premier album « Watch the World Die », auto-produit par le guitariste Thomas Billerey (qui est aussi le principal compositeur et parolier du groupe).

Pour le résumer, prenez la toute dernière phrase du CD : « Condemned to live in the kingdom of sorrow » («condamné à vivre dans le royaume de la tristesse» - pour ceux qui ne comprennent pas).
C’est l’impression que le groupe nous laisse tout au long de l’écoute de ce « Watch the World Die » ! Sombre, mélodique, froid, désabusé. Les textes nous plongent dans un monde sans espoir pour la race humaine (qui s’est, elle-même, condamnée à s’éteindre, en détruisant sa propre planète et en aveuglant son peuple avec la religion).
Le son de l’album contribue à cette ambiance. En effet, les nombreuses couches de guitares donnent un aspect compact et il est difficile de tout découvrir en une seule écoute car cet opus cache de nombreuse subtilités !!

« Liquid », avec son riff principal et son solo jouissif (la partie finale va en faire headbanguer plus d’un en concert). L’épique « Empire » et son intro de claviers oppressante. La mélodie de « All keeps falling down » me donne encore des frissons. « Failure » et son riff Meshugesque… ou encore les très efficaces « The sixth mass extinction » et « Watch the World Die » (avec son refrain kitsch totalement assumé…)

En bref, chaque morceau de cet album est une bombe (à noter une instrumentale, « The New Order ») et possède sa propre personnalité.

Je vous conseille donc très fortement cet album qui prouve que la France possède de grands talents dans le monde du Metal.

12 Commentaires

6 J'aime

Partager

scrattt - 18 Août 2011: Via SOM? Bof en même temps vu le bled ou j'habite, ils ont du mettre un peu de temps a trouver.... T'en penses quoi pour l'instant? Il m'a surpris pour l'instant, et pas en bien.
Discipleofthelie - 19 Août 2011: Je suis assez déçu pour l'instant mais je l'ai à peine écouté 2/3 fois au boulot, j'ai reçu le nouveau Ghost Brigade en même temps et celui il quitte pas le poste par contre ^^
scrattt - 19 Août 2011: Ouais...Sur certaines pistes ils se sont plus rapprochés de sonorités metalcore à la Meshuggah ou (beurk) Hacride, pour le coup je ne peux que donner raison à Kuza six com plus haut. Mais là il passe un peu mieux, je l'ai pas mal écouté en boucle, je crois que je vais le laisser reposer un peu.
jasontreize - 31 Août 2011: Le problème de cet album, c'est la redondance des morceaux. Les compositions sont inutilement étirées et le groupe perd en efficacité. Il aurait peut-être été plus judicieux d'ajouter 2/3 riffs pour varier le propos.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ scrattt

03 Septembre 2008

Lundi matin - épreuve de philo - 4 Heures :
"Y a-t-il d'autres moyens que la démonstration pour établir une vérité?".

Lundi après-midi - ouverture du courrier :
Un étrange paquet posé sur ma table.

Le cerveau en bouillie après avoir trifouillé au fin fond de mon cortex pour trouver toutes les subtilités de ladite question philosophique, j'ai eu un peu de mal à comprendre… Et puis, la lumière se fait jour, et je me rappelle ce groupe français du nom de Minushuman, et son album : Watch the World Die.

C'est un artwork glacial qui nous accueille, maison abandonnée, délabrée et lugubre, et qui pourtant nous attire étrangement, comme pour voir ce qu'il y a à l'intérieur...
Tentés par la visite?
Car il faut savoir que cette maison, d'après le compositeur, représente l'humanité telle qu'elle est aujourd'hui : dans toute sa misère, en ruine. Et Minushuman n'ira pas par quatre chemins pour dénoncer toute la bêtise et l'absurdité dans laquelle cette dernière s'est enfoncée.

Armé d'une production tout bonnement hallucinante, le groupe nous assène un mélange de Death et de Thrash dont la lourdeur écrasante (renforcée par la basse, très mise en avant) va vous retourner vos tripes... et vous avez intérêt à les avoir bien accrochées, car l'atmosphère qui se dégage tout le long de l'album n'est qu'un long hurlement rageur face à la connerie humaine, que ce soit "All Keeps Falling Down", sorte de complainte déchirante face à la destruction de la nature ou bien encore "Empire", s'attaquant à la religion et ses absurdités avec son intro inquiétante au clavier et ses riffs dévastateurs.

!!! La porte s'est refermée derrière nous, impossible de s'échapper ! On est assailli par Liquid, aux couplets dénonciateurs et son rythme martial et implacable, Thrash bouillonnant baignant dans des riffs d'acier trempé, jusqu'à ce final sans merci, impitoyable et époustouflant de maîtrise; Time Zero et ses accélérations fulgurantes. Le temps? Il n'existe plus à ce moment du titre, où un long solo sublime vient nous achever sur place. Une pause! Pitié une pause!!Mais c'était sans compter le Death rapide du titre éponyme juste après qui nous reflanque un coup de poing dans la face. Et nous laisse à terre, terrassé, hagard,épuisé devant cette déflagration sonore.

Pourtant Minushuman ne se livre pas à un concours de rapidité et varie ses compositions. Mais quand le groupe relâche le tempo, c'est pour nous délivrer des titres pesants, angoissants, presque Doom, à l'image de Failure of the Dreamer et son introduction aussi longue que le reste de la chanson...

La descente des escaliers est lente, impitoyable, douloureuse. Mais en entrant dans la cave, The New Order nous fait entrevoir rapidement la lumière du jour à travers cette petite fenêtre instrumentale...pour mieux replonger dans l'abîme avec Round Circle. Neuf minutes dantesques. Neuf minutes qui semblent une éternité. Neuf minutes de souffrance pour l'esprit... La sortie de la maison ne sonne pas le glas de la délivrance: "condamné à vivre au royaume de l'obscurité", on se traîne sur le chemin boueux qui serpente indéfiniment, ce chemin qu'a pris l'humanité pour ne plus jamais en ressentir. Et on marche, on marche, on marche....

J'ouvre les yeux. Perdu, désorienté, me demandant ce qui vient de m'arriver dessus.
Je n'arrive pas à trouver assez d'adjectifs pour qualifier cela, ce premier album est une totale réussite. Il y avait longtemps qu'une musique ne m'avait pris aux tripes comme ça, fait ressentir de telles émotions. Minsuhuman démontre une qualité d'écriture impressionnante avec un premier album dévastant tout sur son passage (les gars ayant tout de même un autre album à leur actif avec leur ex-groupe Dark Poetry). Je ne peux que m'agenouiller devant ce disque hallucinant de maîtrise et frôlant la perfection.

lundi soir - 8 Heures : je vais me coucher, deux lavages de cerveaux dans la même journée, c'est bien assez.

3 Commentaires

3 J'aime

Partager
Discipleofthelie - 03 Septembre 2008: Sympa ta chronique, j'avais pas fait le raprochement avec la maison c'est une bonne idée
scrattt - 03 Septembre 2008: J'ai lu ça dans une interwiew sur un autre site de chronique (dont je ne citerai pas le nom pour ne pas faire de concurrence déloyale ;))
Silent_Flight - 26 Novembre 2010: Ils ont fait fort, un album, c'est pas assez, bordel!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Minushuman