Unhindered by Talent

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Sore Throat
Nom de l'album Unhindered by Talent
Type Album
Date de parution Novembre 1988
Style MusicalGrindcore
Membres possèdant cet album10

Tracklist

1.
 Horrendous Cut-Throat System
 
2.
 Straight Head (Narrow Mind)
 
3.
 Alchoholics Unanimous
 
4.
 King of Thrash
 
5.
 Rock'n'Roll Colostamy
 
6.
 Horrendous Slaughter
 
7.
 Smash the Clique
 
8.
 Hang Norman Tebbit
 
9.
 Invasion of the Amerikaan HC Clones
 
10.
 Eat Organic
 
11.
 War is Horrendous
 
12.
 Fuck the Poll Tax
 
13.
 Filthchain
 
14.
 The Mole Catcher
 
15.
 Laurel and Hardy
 
16.
 Billy Milanos Head
 
17.
 Horrendously Mutilated
 
18.
 Dominated by Fear
 
19.
 Noise not War
 
20.
 Three Seconds Long
 
21.
 Shit for Brains
 
22.
 Our Leaders Horrendous Policies
 
23.
 Consumer Terrorisim
 
24.
 Unhindered by Talent
 
25.
 Heath
 
26.
 In Their Hypocrisy, They'll Probably Sue Us
 
27.
 Toxic Existance
 
28.
 Fucking Horrendous
 
29.
 Positive Drinking Attitude
 
30.
 The Crossover (Is Over)
 
31.
 Straights
 
32.
 Your Next
 
33.
 Burn the Goths
 
34.
 (D.R.I.) Dead Rich Individuals
 
35.
 Sticks Underwear
 
36.
 Exploited
 
37.
 Two Horrendous Nuclear Arsenals
 
38.
 Bonded by Booze
 
39.
 (M.D.C.) More Damn Capitalists
 
40.
 Yankees Go Home
 
41.
 Go Away
 
42.
 Hammys Ego
 
43.
 Musical Genits
 
44.
 Record Collectors are Still Pretentious Assholes
 
45.
 C.B.C.
 
46.
 A Bow to Capital
 
47.
 Face Up to It
 
48.
 Genit Jonny
 
49.
 Iron Lung
 
50.
 Rememberance
 
51.
 B.N.F.L. Ho to Hell
 
52.
 D.B.D.
 

Chronique @ Fabien

19 Décembre 2013

Face Up to It

Formé au milieu des années 80 par Rich Militia au chant (altéré), Brian Talbot & Jon Pickering à la basse & aux guitares, ces deux derniers membres évoluant également au sein du fameux crust-band Doom, Sore Throat est une figure de la scène british HC-grind de l’époque, aux côtés de Napalm Death, ENT, Heresy, Concrete Sox, Intense Degree, Electro Hippies, j’en passe et des meilleurs. A partir de ses EP's Abrahams Ear et Death To Capitalist Hardcore respectivement capturés en août 1987 et mars 1988, peu avant l’intégration de Paul Halmshaw à la batterie (tout jeune manager de l’écurie naissante Peaceville), le groupe devient un fidèle abonné des Lion Studios, qui verront un sacré paquet de formations HC, metal ou crusties se bousculer, tel qu’Hellbastard, Axegrinder, Paradise Lost, Electro Hippies ou Civilised Society.

En 43 titres pour une vingtaine de minutes, le dernier EP cimente les bases de la musique de Sore Throat, un style articulé autour de morceaux courts, certains expédiés en une poignée de seconde, ancrés entre HC, crust ou grindcore, la dernière appellation étant dominante, l’album Scum de Napalm Death se hissant parmi les influences indéniables de notre combo. Paru sur Acid Rain Records (une version éphémère de Peaceville), l’EP est rapidement suivi d’une nouvelle invasion du quatuor au Lion Studios, qui investit les lieux avec son nouveau batteur durant deux journées de septembre 1988, pour les sessions de son premier album Unhindered by Talent à paraitre sur Meantime Records en fin d’année.

En deux jours, Sore Throat met ainsi en boite 32 minutes réparties en 52 nouveaux titres, plus ou moins inspirés. On retrouve ainsi une ossature principale proche du grindcore du premier LP de Napalm Death (qui enregistre par ailleurs au même moment son second album F.E.T.O. aux Birdsong Studios), Paul ‘Hammy’ Halmshaw nous larguant d’ailleurs quelques blast-beats n’ayant pas grand-chose à envier à la vélocité des batteurs de ND, Heresy ou Intense Degree (Harris, Charleswoth, Pendlebury), décrits comme les frappeurs anglais les plus rapides du moment. L’ancrage dans le crust est également largement palpable, mais pouvait-il en être autrement avec le guitariste et le bassiste de Doom dans les rangs de notre quatuor ? Ce mélange typiquement british donne ainsi une série de morceaux particulièrement réjouissants, pour citer le très bon Horrendous Cut-Throat System en ouverture, composition qui aurait largement pu être signée par Bullen, Broadrick ou Harris. En revanche, là où Napalm Death se détend une seconde top-chrono sur un ‘You Suffer’ d’anthologie, Sore Throat multiplie à outrance les plages inférieures à dix secondes, nous lâche en plus quelques chansons à boire sympathiques mais peu appropriées (The Mole Catcher), oubliant de donner plus de cohérence et finalement plus de consistance à son œuvre.

Pris dans sa globalité, Unhindered by Talent n’en reste pas moins l’un des efforts les plus intéressants de la discographie de Sore Throat à mon humble avis, un grind/crust percutant qui rappelle tour à tour Napalm Death, Doom, Extreme Noise Terror dans ses meilleurs moments, bref un témoignage supplémentaire de cette scène crust-HC-grind britannique bouillonnante durant la seconde partie des eighties, que d’aucuns nommaient aussi le britcore ou le speedcore, une déflagration rapide et métallique, faite de rage, d’insouciance, et d’une colère saine et salvatrice.

Fabien.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire