Disgrace to the Corpse of Sid

Liste des groupes Grindcore Sore Throat Disgrace to the Corpse of Sid
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Sore Throat
Nom de l'album Disgrace to the Corpse of Sid
Type Album
Date de parution Janvier 1989
Style MusicalGrindcore
Membres possèdant cet album12

Tracklist

1.
 Disgrace to the Corpse of Sid
 
2.
 Slam of Buttocks
 
3.
 Brasso Drinkers (Hell Raisers)
 
4.
 Let's Go Beach Start a Riot
 
5.
 Sid Be Swindle
 
6.
 Raise Ghost McClaren
 
7.
 Fuck All but We
 
8.
 Power of Nuclear Kill Brain
 
9.
 Speechless Fucking Dumb
 
10.
 Let's Go Pub Drink Beer
 
11.
 Crazy Blood Whirlwind
 
12.
 Mosh Is Trash
 
13.
 Head Spin (No Care)
 
14.
 Don't Give XXX
 
15.
 Holocaust Heavy
 
16.
 System Sabotage Chaos
 
17.
 O.L.D. D.I.E.
 
18.
 Rolf Harris H.C.
 
19.
 Let's Go Gas Board Punch Oficial
 
20.
 Horrendify and Kill
 
21.
 Stand No Stench
 
22.
 Rotting Vegetation of Eden
 
23.
 T.T.Y.B.
 
24.
 Beneath Skin All the Same
 
25.
 Dead Suffocation Life
 
26.
 From Off-License to Obliteration
 
27.
 Cyco Will Resolute
 
28.
 Let's Go Buckingham Kill Queen
 
29.
 Downfall Society
 
30.
 No Infeccy (Of Jeccy)
 
31.
 Anal Intelligence Apartheid
 
32.
 Knees to Law (Down)
 
33.
 Diseased Thinking Bring Doom
 
34.
 Spleurk!
 
35.
 Anarchy, Punk and Chaos
 
36.
 Fallover Not Crossover
 
37.
 Vilont Bloody War Kill All
 
38.
 Failure of Liver
 
39.
 Do You Remember?
 
40.
 Fuck State Before End
 
41.
 Wasting Head with Words
 
42.
 Trash World
 
43.
 Kamikaze System Hatred
 
44.
 "77" Not "666"
 
45.
 Let's Go Stock Market Disembowel Yuppie
 
46.
 Courage of Peace
 
47.
 People Are Atomic Pollutants
 
48.
 Drink Ale Belong to You
 
49.
 Eric Pickles (Is Antichrist)
 
50.
 Activate Us Anger
 
51.
 Roar of Silence
 
52.
 N.M.F.W.
 
53.
 Eye of Beholder (See Not All)
 
54.
 Sing a Song 'O' Sid
 
55.
 No More Hurt of Life
 
56.
 Poison Idea (No Handle Beer)
 
57.
 Not Nice
 
58.
 Pestilence of Decay
 
59.
 Vomit on Rules Belong to Thm
 
60.
 Leurf (for Scotty)
 
61.
 King of Thrash Be Dead
 
62.
 P.M.R.C. All Perverts
 
63.
 Let's Go Crazy Lynch Dwarf
 
64.
 Life Destruction End Fun
 
65.
 Skinhead / Deadhead / Drop Dead
 
66.
 Stench Mass Genocide
 
67.
 Laughter Stop with Agress
 
68.
 Peace Wish...
 
69.
 Soy Noise Serenade
 
70.
 C.Y.D.I.
 
71.
 Capitalist Vomit
 
72.
 Execution of Intelligence
 
73.
 Filo-Fucked Fools
 
74.
 Skate Edge Nazis
 
75.
 Let's Go Brighton Bomb Torys
 
76.
 Switch Off Reality
 
77.
 Fear of Phobia
 
78.
 Crush Nazi Face Well
 
79.
 Aarrrgggghhhhhh
 
80.
 Attitude Shit (Mosh Pit)
 
81.
 Fucking Silent for Long
 
82.
 System of Agony Creation
 
83.
 Distortion of Reason
 
84.
 At War with Cops Story
 
85.
 Echo Pain Scream
 
86.
 Let's Go Brum Trash Daz's Car
 
87.
 Mary Whitehouse Raving Mad
 
88.
 Alchoholocaust
 
89.
 In Grapple There Is No Law
 
90.
 Not Leaving Us Soon?
 
91.
 Different Sides... of Same Coin
 
92.
 Famine
 
93.
 Pride
 
94.
 Chapels of Ghouls
 
95.
 Desire (Peniside)
 
96.
 Truth
 
97.
 The Enemy Within
 
98.
 Prisoner
 
99.
 Living Hell
 
100.
 The Ballad of 'Mad' Mickey
 
101.
 Hsarht Drawkcab
 

Acheter cet album

Sore Throat


Chronique @ Fabien

19 Décembre 2013

Different Sides... Of Same Coin

Toujours articulé autour de Militia, Pickering, Talbot et Halmshaw, sous couvert de nouveaux pseudonymes, Sore Throat ne tarde pas à réinvestir les Lion Studios pour les sessions de son second album, capturé durant cinq journées d’octobre 1988, un mois seulement après son précédent passage dans les mêmes lieux lors de la mise en boite du premier LP Unhindered by Talent ! Le LP sort à cheval entre 1988 et 1989, notre quatuor ayant décroché entre temps un contrat avec l’écurie montante Earache Records, qui signe avec Disgrace to the Corpse of Sid sa dixième réalisation, suivant de quelques mois celles de Napalm Death, Unseen Terror, Carcass ou Intense Degree, entre autres.

Habitué à une multitude de morceaux sur album ou EP, Sore Throat fait exploser le compteur sur son deuxième LP en lâchant pas moins de 101 titres, histoire de passer symboliquement la barre de la centaine. Le groupe segmente toutefois habillement les morceaux en deux faces distinctes, la face A ne comprenant qu’une plage censée regrouper 90 déflagrations en 22 minutes, tandis que le face B contient 11 morceaux qui s’étendent sur une durée équivalente. Honnêtement, la première partie est éprouvante en ce qui me concerne, le délire noise-grind se multiplie 90 fois et n’offre musicalement que peu d’intérêt, de mon unique point de vue. Il n’y a pas de développement et je n’y perçois pas vraiment l’intérêt sauf l’envie de faire péter tous les records, une majeure partie voire l’intégralité du trip ayant du être improvisée durant les sessions d’enregistrement.

La seconde partie de l’œuvre contraste avec la face opposée, puisqu’elle regroupe quant à elle les compositions parmi les plus abouties de Sore Throat (en excluant l’incroyable morceau Indestroy de 41 minutes enregistré quelques mois plus tard). Si l’esprit grindcore reste encore de rigueur chez Sore Throat, le spectre de Napalm Death étant toujours présent, le côté crust prend cette fois significativement le dessus, cette seconde face nous renvoyant volontiers du côté de Doom, Hellbastard, Axegrinder ou Deviated Instinct, vers la rage, la mélancolie et le désespoir d’Amebix et Antisect, les rythmes étant tantôt lents, tantôt entrainants, mais jamais tapageurs.

Plus longs et oppressants que les morceaux directs d’Unhindered by Talent, chargés d’un spleen que l’on ne retrouvait pas forcément auparavant, les morceaux qui composent la face B de Disgrace to the Corpse of Sid préfigurent déjà le long titre Indestroy que la formation enregistrera au printemps 1989, un tourment entre vitesse, urgence et colère, une face où Sore Throat privilégie l’ambiance, avec un esprit punk de désespoir souvent présent. Pris plus ou moins à la rigolade avec sa présentation en avant de 101 titres, le LP n’a pas rencontré beaucoup de succès, tout comme les albums d'Intense Degree, Unseen Terror, OLD, Spazztic Blurr parus sur le label, à l’heure où l’écurie anglaise Earache Records explosait pourtant ses ventes grâce à Carcass et Napalm Death, suivis de peu par Morbid Angel, Bolt Thrower et Terrorizer. C’était en 1989.

Fabien.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire