Unblessed Woods (Re-Recorded)

Liste des groupes Black Epique Elffor Unblessed Woods (Re-Recorded)
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Elffor
Nom de l'album Unblessed Woods (Re-Recorded)
Type Album
Date de parution 25 Fevrier 2011
Style MusicalBlack Epique
Membres possèdant cet album30

Tracklist

1.
 Unblessed Woods
 09:56
2.
 Through the Mist
 08:01
3.
 Of Heretic Pagan Kingdom
 03:43
4.
 Winter, Fullmoon, Sorrow...
 06:13
5.
 Dark Orchestral Hate
 08:16
6.
 ...From Ancient Scrypts
 05:56
7.
 Gorgorium Goth
 07:55
8.
 The Forgotten Dying Moon
 06:07

Bonus
9.
 Hondamena
 09:29
10.
 Farryanth
 08:45

Durée totale : 01:14:21

Acheter cet album

Elffor


Commentaire @ Kairos

27 Décembre 2011

L'album de la maturité pour Elffor, où tout son talent explose

Elffor est un one-man band espagnol fondé en 1995, au beau milieu de l'âge d'or du Black Metal, par Eöl (Suffering Down, Numen). Le 1er album, Into the Dark Forest en 1998, était une révélation : personnalité bien établie, évidente maturité et orchestrations parfaites. Enchaînant par les très bons Son of the Shades en 2002 et From the Throne of Hate, Elffor poursuivit son bonhomme de chemin (auto-produit) en confortant sa place de leader du Black Ambient dans une scène espagnole assez pauvre. La première édition d'Unblessed Woods est sortie en 2006. Après la signature d'Elffor chez Northern Silence Productions, tous les albums du groupe furent ré-enregistrés avec forcément plus de moyens. Le tout fut fait dans l'ordre chronologique de sortie, et donc Unblessed Woods fut le dernier à disposer d'un son dépoussiéré. Allons-y. On commence sur un titre éponyme de toute beauté. Des orchestrations splendides et surprenantes qui s'étalent sur plusieurs minutes, le tout bien épique s'il vous plaît. Les instruments arrivent peu à peu, dévoilant la force Black Metal du groupe. Sincèrement la production est plutôt bien calibrée, on regrettera des guitares parfois un peu mises en arrière. L'orchestre mise plus sur le côté majestueux et épique des cordes frottées et des percussions, délaissant (sans que cela manque d'ailleurs) sa puissance et sa grandiloquence. Niveau influences, on traîne entre du Burzum, du Summoning, du Totalselfhatred et un côté très Metal Noir québécois (Gris, Neiges et Noirceurs, Paysage D'Hiver, et surtout Forteresse) et un peu de Velvet Cacoon et même parfois du BAN dans la tristesse des riffs. Cependant, et c'est un très bon point, leur personnalité est bien définie, des orchestrations notamment très personnelles.

Le groupe a un côté dépressif, ce qui se ressent dans la production, notamment celle de la batterie, ainsi que la voix et les cris d'Eöl. Le groupe me rappelle en cela la scène française (Epheles, Feigur, Spektr). Je n'ai pas grand chose à reprocher à cet album. Les orchestrations sont monstrueuses (le titre éponyme, Dark Orchestral Hate), la voix excellente (Of Heretic Pagan Kingdom, Through The Mist), les riffs tristes, épiques, lancinants (Gorgorium Goth, The Forgotten Dying Moon, ...From The Ancient Scrypts...), la batterie tout simplement parfaite (écoutez donc Winter, Fullmoon, Sorrow... ou Hondamena). Juste parfois pointe non pas l'ennui, ça absolument pas, à aucun moment la lassitude nous prend, mais une légère pauvreté des guitares. Mais ce n'est pas grand-chose. En résumé un excellent album d'Elffor... encore un. Il ravira tous les fans du groupe ou ceux qui cherchent un renouveau dans une scène saturée. Pour tous ceux qui n'ont pas peur d'un voyage au milieu des guerriers et des arbres, tous ceux qui n'ont pas peur des orchestrations en masse, ou simplement tous ceux qui aiment le Black Ambient Symphonique.
Kairos

9 Commentaires

2 J'aime

Partager

Kairos - 28 Décembre 2011: Seul : je possède les versions Re-recorded.
Seul - 28 Décembre 2011: Ouais mais t'as déjà écouté les originaux ?
BEERGRINDER - 20 Janvier 2012: @ Seul

Le monsieur a édité visiblement, on retrouve comme par magie des influences Summoning à la fin du premier paragraphe.
Vertex - 23 Mai 2012: Tiens je l'avais pas vue celle là... Identité établie des le départ? Non pas du tout... J'ai souvent reproché au one-man band de trop pomper sur summoning (Une des rares influences juste que tu cites... D'ailleurs ça ressemble plus à de l'étalage de connaissance que de l'envie d'aiguiller le lecteur tout ces groupes balancés n'importe comment...) et il s'est plus ou moins démarqué que petit à petit et encore, on est loin de ce qu'il se fait de plus original dans le genre... Justement pour ceux qui cherchent un peu de "renouveau" dans le style, c'est clairement pas du coté d'elffor qu'il faut aller... Par contre pour ceux qui aiment le black atmosphérique (et non ambient pour le coup) médieval efficace à l'ancienne , pourquoi pas oui... Elffor est bon dans son genre considérant que le monsieur et seul derrière tout ça.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire