Un Lac de Larmes et de Sang

Liste des groupes Heavy Death Furia (FRA-1) Un Lac de Larmes et de Sang
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Furia (FRA-1)
Nom de l'album Un Lac de Larmes et de Sang
Type Album
Date de parution Avril 2003
Membres possèdant cet album81

Tracklist

1.
 Ferme les Yeux
 01:38
2.
 Un Lac de Larmes et de Sang
 04:47
3.
 Elmira, l'Image d'un Destin
 04:03
4.
 Les Révélations d'un Temps Passé
 04:22
5.
 Auto-Psy d'un Damné
 04:09
6.
 Mécanique de l'Infamie
 01:31
7.
 Le Jugement d'une Conscience
 04:22
8.
 Les Deux Mondes...
 04:12
9.
 Mental en Perdition
 01:18
10.
 Mémoires d'Outre-Tombe
 03:44
11.
 Sailen...
 04:17
12.
 ...L'Oratoire de la Folie
 04:45
13.
 La Mort de l'Âme
 02:25

Durée totale : 45:33


Chronique @ Xahaal

06 Avril 2009
Si aujourd'hui le nom de Furia ne dit plus grand chose dans le monde du métal extrême, il était il y a six ans de cela incontournable sur la scène française. Deux ans après la sortie de leur premier album « A la Quête du Passé », le groupe offre ce qui restera pour moi la perle de leur discographie: « Un Lac de Larmes et de Sangs », second volet d'une trilogie ambitieuse. Un Black Death mélodique agrémenté d'une touche symphonique des plus efficaces aux ambiances médiévales, utilisant quelques effets modernes sans jamais tomber dans l'anachronisme pour autant, voilà le contenu de cet album. Malgré ses critiques positives et le tremplin qu'a été l'album pour le groupe il n'a pas permis à ce dernier de sortir du monde underground, pourquoi n'a t-il pas eu droit au succès qu'il méritait? Difficile de savoir, le manque de chance, les paroles en français, la saturation de la scène, le label Adipocère... Que sais-je?! Si le groupe a aujourd'hui décidé de prendre un nouveau chemin je vais, quand à moi, rendre hommage à cette partie de leur histoire qui fut un tournant dans ma vie.

Deuxième chapitre de la trilogie qui avait commencé avec « A la Quête du Passé » (et qui se terminera avec Kheros), le démon Sébil, vaincu par son fils, s'est réincarner dans un personnage du nom de Harès. Enfermé dans son asile il tente de comprendre son châtiment en revoyant dans les eaux d'un lac écarlate sa vie et son passé. Le lac représente l'introspection du personnage, mais aussi la représentation et l'incarnation de sa folie. Il le guidera au travers d'un passé sombre et sanglant, agissant aussi comme sa propre morale. Toujours est-il qu'il lui montrera à travers ses eaux teintés de morts, des personnages de son passé, Elmira, la mère de son fils assassin, son fils lui même, quelques unes de ses victimes et un étrange personnage, tas de chair et d'os immonde qui n'est autre que la personnification du mal intérieur qui ronge Harès. Au cours de son parcours initiatique il redécouvrira sa conscience au détriment de son équilibre mental déjà bien troublé.
Il doit trouver les gardiens de la tour blanche que l'on appellent Saïlen pour s'échapper et mettre fin à son supplice. Retournant à la réalité il se rend compte qu'il est enfermé dans un asile, n'ayant pas le temps de comprendre ce qui lui arrive les gardiens viennent chercher pour mettre fin à sa vie, lui offrant ainsi la délivrance don il avait besoin, par le seul chemin possible: la mort.

Une histoire très empreinte de maturité et de réflexion psychologique et philosophique, un gros chalenge remporté haut la main. Les dialogues entres différents personnages sont vivants et crédibles et les émotions sont perceptibles, Harès est un personnage attachant et bien travaillé, chaque partie de son parcours psychologique a été peaufiné avec soin.

Avec cet album Furia s'inscrit dans un registre Black/Death mélodique et symphonique, bien plus technique que le précédent opus (et que les suivants). Les mélodies sont rapides et incomparables. Plus Death que l'album A la Quête du Passé celui-ci se démarque par ses passages mélodiques parfois accompagné de claviers où de violons, mais non sans rester brutal et entrainant. Le groupe a su trouver un style qui lui est propre ou chaque morceau est dans la continuité directe du précédent. Le côté médiéval ressort également très bien, nourrit à la fois par des envolés de claviers, des samples de batailles (Révélations d'un Temps Passé), de chevaux (Elmira, l'Image d'un Destin) et par quelques passages un peu folk (l'Oratoire De La Folie). Les titres sont aussi, parfois, agrémentés de petites touches éléctros assez discrètes pour ne pas faire perdre à l'album de sa crédibilité et son homogénéité.

La voix de Damien accompagne le tout et incarne les différents personnages de l'histoire à merveille avec force et conviction. Les textes sont efficaces et entetant:

« dans ce lac, souvenir d'un carnage son enfouis toutes tes victimes, dans ce lac souvenir d'un carnage est dépeint toute ta vie! » (Révélations d'un Temps Passé).

Bref, l'album est bon et mérite que l'on s'y intéresse de très prêt.

Plus tard Furia décidera de s'orienter vers de nouveaux horizons. Cette nouvelle orientation musicale en décevra plus d'un mais le groupe semble s'être enfin trouvé et c'est tant mieux pour eux. Ils méritent d'être respecté et il n'est jamais trop tard pour glorifier un album, surtout s'il est bon et c'est le cas avec Un Lac de Larmes et de Sang

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
Lordmike - 02 Novembre 2010: Effectivement, ce disque est une sacré oeuvre. Mélangeant subtilement la narration et le growl/chant éraillé le tout dans une ambiance musicale jamais bêtement bourrine mais recherchée.
Comme tu le dis même les paroles sont fouillé et le concept est d'une qualité indéniable.

Je me souviens que j'avais entendu le titre "L'oratoire de la folie" grâce au magasine Rock Hard et j'avais tout de suite accroché. Ensuite je me suis procuré l'album et je n'ai absolument pas été déçu.
C'est recemment avec l'achat de Kheros je me suis replongé dans ce disque toujours aussi bon.

Malheureusement Kheros se révèle moins bon, plus la même ambiance et plus tout à fait le même style. Ce n'est pas mauvais, mais j'accroche moins.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kelendros

27 Septembre 2007
Depuis la Sortie de "A la Quête du Passé" en 2001, Furia à passé beaucoup de temps sur les routes, et c'est naturellement qu'en 2003 Sort le 2eme Opus de la trilogie Un lac de larme et de sang, des riff plus Travaillés, tirants plus sur le black métal, mais qui, malheureusement, ne nous permet pas d'apprécier pleinement les capacité vocales de Damien, encore inexpérimenté a l'époque, et qui a disposé de seulement 2 jours pour l'enregistrement, alors qu'il venais seulement de rejoindre le groupe pour la tournée

Les paroles, toujours dans la continuité du premier album (Chansons a texte), nous montrent le point de vue du "Mal incarné", soit la réincarnations, de nos jours du démon Sebil, vaincu a la fin du premier album par son fils, ce personnage, enfermé dans un asile, revit ses vies antérieures, et tente de comprendre ses actes

La composition du groupe ayant changé depuis le premier album, son niveau aussi, et c'est un Album puissant que l'on retrouve ici, mélangeant death et black, avec quelques touches éléctro, qui, de par leur discrétion et leur subtilité ne gâchent rien au rendu final


Pour résumer, un style novateur sur la scène métal française, des riffs puissants, les paroles recherchées, le tout mélangé nous donne un Album a ne pas rater!


0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Stench

09 Janvier 2009
Deuxième album du groupe phare de chez Adipocere records, et autant vous prévenir de suite, un grand nombre d'écoutes est nécessaire pour apprécier toute la richesse de cet opus. Le travail fourni est en effet tellement énorme, les détails sont si nombreux qu'une seule écoute ne peut être suffisante pour vraiment comprendre tout ce qui s'y passe ! Musicalement, la variété est de mise ; même si les ambiances grandioses sont favorisées (utilisation de choeurs, de mélodies proches de celles utilisées par Septic flesh sur "The eldest cosmonaut", parties orchestrales...), les enchaînements complexes renvoient autant à Children of bodom qu'à Soilwork ou Samael. Ce qui est vraiment étonnant c'est la cohérence de l'ensemble : malgré toutes ces influences, tout tient la route et s'enchaîne très logiquement. Les voix passent du black au death (c'est ce qui risque de réserver ce disque aux seuls fans de metal extrême, ce qui est dommage) dans un dialogue permanent ; en effet, le travail des textes est au moins aussi énorme que celui de la zique, proposant une véritable mise en scène nous dévoilant les échanges entre différents personnages, le tout en français (il faut un peu de temps pour s'y habituer par contre...). Même si on peut noter certaines inévitables erreurs de jeunesse (passages parfois un peu "naïfs", une voix death bourrées d'effets un peu crispante), le niveau est tel pour un second album (seulement !! Merde, on a carrément tendance à l'oublier !) qu'on peut affirmer sans crainte que Furia sera dans peu de temps un sérieux challenger sur la scène internationale. Bravo les gars !

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire