Tragedy Strikes

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Abomination (USA-2)
Nom de l'album Tragedy Strikes
Type Album
Date de parution 1991
Labels Nuclear Blast
Style MusicalThrash Death
Membres possèdant cet album34

Tracklist

1. Blood for Oil 06:18
2. They're Dead 05:30
3. Pull the Plug 03:16
4. Will They Bleed 05:14
5. Industrial Sickness 04:55
6. Soldier 04:51
7. Kill or Be Killed 04:29
8. Oppression 05:08
Total playing time 39:41

Chronique @ tonio

23 Juin 2007
Certaines personnalités incarnent un style musicale à elles seules, des sortes d’icônes incontournables qui ont apporté leurs lettres de noblesse à un style en particulier. Je pense par exemple à Lemmy pour le punk/hard ou Ozzy pour le heavy. En death métal, un des premiers noms à me traverser l’esprit est forcément celui de Paul Speckmann…

Et oui, Paul Speckmann est le bassiste / chanteur de pas mal de formations Thrash/death, dont les trois plus connues sont MASTER, KRABATHOR et le bien nommé Abomination. Je sais que parmi pas mal de jeunes métaleux qui lisent ces lignes, beaucoup ouvrent de grands yeux; avec au dessus de la tête un gros point d’interrogation. Ces trois groupes ont tous sortis de très bons albums de death métal au début des années 90, avant le splitter, se reformer, re-splitter, se re-reformer sous des line-up complètement différents, avec toujours à la barre l’indestructible Speckmann. Celui-ci a d’ailleurs en parallèle persévéré dans la même voie avec le SPECKMANN PROJECT, formation qui regroupait divers membres de tous ses autres groupes. Mais si, concentrez vous un peu, c’est pas si compliqué… A une époque, notre homme tournait même avec MASTER en tête d’affiche, PUNGENT STENCH au milieu pour qu’il se repose un peu, et il remettait le couvert en troisième position avec Abomination ! Un acharné je vous dis…

La même année, en 1992, et sur le même label, Nuclear Blast, sortaient l’excellent premier album de MASTER, « On The Seventh Day, God Created… Master ! » et cette deuxième réalisation de Abomination, « Tragedy Strikes », nettement meilleure que la première. Il faut dire que pour la batterie, Speckmann ne s’est pas associé à un manche, c’est le très bon Aaron Nickeas (aussi présent dans MASTER et SPECKMANN PROJECT) qui martèle les fûts.

« Tragedy Strikes » est un mélange de thrash au riffs assez simples et de poussées death métal. Les vocaux de Speckmann, pas vraiment gutturaux, collent d’ailleurs parfaitement à ce style. Si les deux premiers morceaux de l’album se montrent seulement sympathiques, le disque ne décolle vraiment qu’à partir du troisième titre, "Pull The Plug" (rien à voir avec le titre de DEATH) qui envoie méchamment la purée avec une touche punk/hardcore bien plus présente. La suite est tout autant réjouissante, avec de tant à autre de petite surprises comme les quelques parties plus mélodiques de "Will They Bleed", les riffs et ambiances plus recherchés de "Soldier" ou l’instrumental aux rythmiques simples et tranchantes "Killed Or Be Killed". Les morceaux les plus marquants restent néanmoins les plus directs (les plus courts aussi !) "Pull The Plug", ou le très entraînant "Industrial Sikness" au refrain imparable. Mais attention, le son, l’ambiance et les compos en générale restent primaires, cet album s’adresse uniquement aux passionnés d’une musique brute et sans artifices. Les amateurs de death tel qu’il se pratique actuellement ne s’y retrouveront probablement pas et risquent même de trouver cet album assez terne. On est très loin des grosses réalisations de CANNIBAL CORPSE ou DECAPITATED ! Mais son ambiance et son feeling ne me lassent pas, c’est un album que j’ai dans le cœur, point ! De plus, les paroles, sans être d’une philosophie profonde, traitent de sujets sérieux et ne se vautrent pas dans les clichés gore, ce qui apporte un crédibilité supplémentaire à Abomination malgré son nom pas original pour un euro.

Même si vous ne vous sentez pas inspiré par la musique de Speckmann ou que de death old-school du début des années 90 ne vous intéresse pas, vous aurez au moins appris plein de trucs sur lui en lisant ma chronique ! Vous pourrez vous la peter dans vos discutions de métaleux, hé hé… Au fait, il est tchèque, pas étonnant, avec de tels modèles, que la République Tchèque soit aujourd’hui le paradis du grind !

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ wodulf

13 Mars 2013

Toujours très slayerien mais avec un net rappropchement vers le Leprosy de Death

La période 1990/91 est une période où l'on va beaucoup entendre parler de Speckmann et ses diverses projets. Le label Nuclear Blast va sortir dans la foulée un petit split 7" EP entre Master et Abomination, ressortir la démo de 1985 de Death Strike en CD et LP, puis ce second album d'Abomination et enfin le second album de Master.
Speckmann va bien entendu jongler entre Master et Abomination, notamment sur une tournée européenne de 26 dates regroupant Abomination, Pungent Stench et Master sur lesquelles il alignera donc deux concerts par jour. Cette fameuse tournée finira d'ailleurs en embrouille entre le batteur de Pungent Stench et celui d'Abomination.
Comme pour le premier album, on a l'impression que Nuclear Blast mise tout sur Master et pas grand chose sur Abomination. Alors que le On The Seventh Day God Created ... Master aura le droit au Morrissound Studio et à Scott Burns, Tragedy Strike lui, devra se contenter du Seagrape Studio de Chicago et de Mike Konopka.
Tragedy Strike est enregistré en mars /avril 1991 donc 4 mois avant le second Master. Comme pour le premier album, on a affaire à un thrash plutôt sympa mais pas vraiment transcendant. De facture toujours très slayerienne mais ici avec un très net rapprochement vers le Leprosy de Death, le thrash d'Abomination, quand il passe en mode bourrin, peut vraiment être sympa, notamment le dernier morceau, "Oppression" qui est vraiment excellent. Les moments où le groupe se rapproche le plus de Death, notamment sur "Industrial Sickness" et "Soldier", Abomination se retrouve avec pratiquement un pied dans le death metal. Malheureusement, l'album commence avec deux titres assez quelconques et surtout se perd dans des changements de tempos trop fréquents et des mi-tempos bien fadasses.
Les thèmes abordés chez Abomination sont assez humanistes et mis à part, "Pull The Plug" qui parle de l'alcool au volant et de ses conséquences dramatiques, Tragedy Strike est avant tout un plaidoyer contre la première Guerre du Golfe. Un peu trop hippie tout ça ...
Comme pour Master, Speckmann va mettre Abomination en suspend dans le courant de l'année 1993 afin de rompre tous ses liens avec Nuclear Blast.


0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire