Throne of Scars

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Nonexist
Nom de l'album Throne of Scars
Type Album
Date de parution 10 Octobre 2015
Enregistré à Multipass Studios
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album7

Tracklist

1.
 Pyroclastic Cluster Torment
 03:45
2.
 A Promise Unfullfilled
 05:02
3.
 The New Flesh
 03:34
4.
 Throne of Scars
 05:48
5.
 Before the Storm Takes Me
 03:49
6.
 Rodents of War
 04:16
7.
 Cathedrals Beyond
 05:50
8.
 Enter Eternal Night
 04:04
9.
 The Anatomy of Insanity
 06:55

Durée totale : 43:03


Chronique @ Matai

10 Octobre 2015

Ce "Throne of Scars" est badass mais se démarque par la qualité des mélodies et des atmosphères

Nonexist, ça ne vous parle peut-être pas...mais il s'agit du projet melo death/thrash de Johan Reinholdz, connu pour son investissement dans Andromeda et, plus récemment, Skyfire. Créé en 2000, il a utilisé ce nom pour proposer des morceaux sortant du cadre du prog. Il recrute alors très rapidement Johan Liiva, à peine sorti de chez Arch Enemy, et le batteur Matte Modin de Dark Funeral, afin de prendre la route vers les Abyss Studios des frères Tägtgren et sortir "Deus Deceptor" en 2002, un album méconnu mais qui pourtant, est loin de ne pas valoir le coup d'oreille...Le plus étrange, c'est que l'arrivée dans les bacs de cet opus va mettre en péril l'avenir du groupe, les membres décidant du jour au lendemain de faire leur petite vie séparément, et Nonexist deviendra inexistant !

Pourtant, en 2009, Reinholdz se repenche sur certains morceaux et finit par se repencher sur ce projet terminé trop prématurément. Il relance alors la machine et retrouve son acolyte Johan Liiva pour un enregistrement aux Multipass Studios, la sortie du second méfait "From My Cold Dead Hands" et une participation exceptionnelle au Scroched Tundra Festival de Goteborg. Ils ne recruteront pas d'autres membres mais profiteront de leurs dons respectifs et de leurs talents de multi instrumentalistes pour l'arrivée de "Throne of Scars" sous la houlette de Mighty Music.

Nonexist ne suit pas le chemin emprunté par la majorité des groupes de melo death actuels, qui se contentent d'un schéma classique mettant en avant couplets/refrains/breaks. Il produit des titres relativement courts mais arrive à insérer un large panel d'éléments et de passages. On n'est peut-être pas dans du prog pur jus, mais il y a indéniablement une progression dans les morceaux des deux musiciens qui varient les plaisirs en allant au-delà de leurs limites.

"Pyroclastic Cluster Torment" nous en met plein les oreilles dès le départ à coups de gros riffs et de gros growls avant d'intégrer petit à petit claviers et touches électroniques. Un passage plus soft s'insère subtilement avec soli et basse en fil conducteur avant une fin tout en psychédélisme. Ce sont des contrastes, comme ceux-là, qu'on retient le plus dans la musique de Nonexist. On passe du brut de décoffrage à quelque chose de plus fin et de plus recherché et "A Promise Unfullfiled" ne déroge pas à la règle avec son intro thrashy et son refrain atmosphérique au chant clair. La guitare astrale prend ensuite le relai, soutenue par des claviers énigmatiques, ce qui n'est pas sans rappeler Skyfire.

Reinholdz fait vraiment un travail de monstre sur cet opus, prenant en charge la totalité des instruments, et il est loin d'être un manche ! La guitare est mélodieuse et technique, la basse ressort bien et nous propose des lignes bien sympathiques, la batterie ne pardonne pas avec ses blasts et ses plans groovy, et les claviers apportent une atmosphère unique. Liiva n'est pas en reste avec une voix mutant en fonction des ambiances, growls, screams, chant black, chant clair, parties parlées voire robotiques ("The New Flesh"), tout y passe. On ne sait jamais sur quoi on va tomber, et c'est ce qui fait la particularité de cet album.

Toujours se méfier de l'eau qui dort ! La pseudo ballade de l'éponyme "Throne of Scars" cache une rage melo death qui s'apaise très vite par des plans à la limite du néo-classique type "Timeless Departure" de Skyfire. Toujours se méfier aussi des intro en mid tempo qui finissent toujours par prendre leur envol à coups de blasts et de claviers dérangés ("Before the Storm Takes Me"). Même discours pour un morceau comme "Cathedrals Beyond" au rythme lent et à l'atmosphère incantatoire qui envoie ensuite la purée lorsqu'on s'y attend le moins. Sans parler d'un "Rodents of Wars" à la "Valley of the Damned" d'Hypocrisy qui se termine en vraie machine de guerre. Oui, il est vrai que les titres ont parfois tendance à partir un peu dans tous les sens, mais au moins on ne s'ennuie pas !

Nonexist a bien fait de ne pas arrêter sa carrière en 2002 car jamais il n'aurait pondu un album aussi varié et intéressant. Ce "Throne of Scars" est badasse mais se démarque par la qualité des mélodies et des atmosphères. Le léger côté expérimental y est aussi pour quelque chose. En tout cas, le duo est loin de faire dans le melo death conventionnel avec cet opus qui dévoile ses richesses au fil des écoutes. Continuez comme ça, les gars !

4 Commentaires

7 J'aime

Partager
Molick - 10 Octobre 2015: Intéressant, je connaissais pas du tout. Merci beaucoup !
Ochi - 11 Octobre 2015: Idem, merci pour la découverte ! :)
frozenheart - 13 Octobre 2015: Merci Matai pour la découverte! En effet et à ma grande surprise je découvre une autre facette du jeu de gratte de Johan Reinholdz.
J'étais plutôt habitué à l'entendre sur les albums de son groupe de coeur qu'est Andromeda.
Matai - 14 Octobre 2015: Oui c'est autre chose ! Je suis plus habituée à son jeu de gratte sur Skyfire (un de mes groupes fétiches), sur Nonexist c'est un peu le même trip mélodique, mais plus expérimental. Au moins il varie les plaisirs !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ BestXIII

14 Décembre 2016

Des atmosphères foisonnantes, à la grande surprise de nos oreilles !

En 2015, Nonexist est de retour et décide de sortir un bel opus j'ai nommé Throne of Scars, une troisième sortie qui vaut le détour.

Mais parlons d'abord un peu de Nonexist : c'est un groupe de Progressive Melodic Death/Thrash Metal formé dans la province de Scanie à Malmö en 2001. Composé initialement de Johan Liiva (ex-Arch Enemy, ex-Carnage, Hearse), Johan Reinholdz (Andromeda, Skyfire) et de Matte Modin (ex-Dark Funeral), il accouche d'un premier bon album nommé "Deus Deceptor" sorti en 2002. Le groupe splitte ensuite en 2004 pour mieux se reformer en 2011 pour nous produire le succulent "From My Cold Dead Hands" sorti en 2012, opus plus technique que son prédécesseur. En octobre 2015 sort finalement Throne of Scars.

Cet album commence avec "Pyroclastic Cluster Torment", avec des growls efficaces made in Liiva, des effets électroniques et des claviers qui confèrent une atmosphère surprenante. Cela se remarque notamment sur la troisième piste "The New Flesh", impressionnante avec une petite intervention vocale de Johan Reindholdz himself qui à un timbre ressemblant à celui de Joel Grind (Toxic Holocaust). On nous offre une ambiance cosmique grâce aux effets vocaux.

"A Promise Unfullfilled", deuxième piste de Throne of Scars, est un des points d'orgue de l'album : très mélodique, émotionnel tant au niveau du chant que de la guitare, cette mélodie vous restera probablement dans la tête un certain moment. On a ici un des meilleurs morceaux de l'album.
Reste à venir l'éponyme "Throne of Scars", quatrième compo, qui possède une superbe balade acoustique et une rythmique rapide et éruptive, le chant de l'ex front-man d'Arch Enemy ne perd pas de sa superbe, le refrain est mélancolique, mélodique bien catchy.

"Cathedrals Beyond" est succulent, atmosphérique et profond. Il sonne comme un glas avec une ambiance planante contrairement à "Enter Eternal Night" qui est bien plus old school et influencé par Grave. Encore un point positif dans cet album !

Pour conclure cette chronique je dirais que les éléments clé de cet album résident dans les atmosphères foisonnantes à la grande surprise de nos oreilles!

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire