The Loss of Illusions

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Aabsinthe
Nom de l'album The Loss of Illusions
Type Album
Date de parution 2005
Labels Rupture Music
Style MusicalDeath Progressif
Membres possèdant cet album24

Tracklist

1. Ex nihilo
2. Near Death Experience
3. Delirium Tremens
4. Begging for Absolution
5. The Silent Agony
6. Frozen Tears
7. Bleeding Faith
8. Absent
9. Slaves
10. The Great Escape
11. Endless Fall

Acheter cet album

Aabsinthe


Chronique @ Scoss

29 Septembre 2010
Si l'on devait tirer un bilan de l'évolution de la scène Metal française au cours des années 2000 les mots qui reviendraient le plus souvent seraient très certainement : créativité, technicité, puissance et originalité. Derrière les locomotives Gojira et Dagoba, de nombreux groupes comme Scarve, Hacride, Eths, Klone ont réussi à imposer leur style personnel en repoussant à chaque fois les limites de la créativité musicale. Néanmoins, cet élan de créativité ne s'est pas restreint à la partie visible de l'iceberg et a également sévi dans l'underground.

C'est donc en 2005 qu'Aabsinthe, obscur combo de Saint Etienne, a sorti son premier album, autoproduit et intitulé The Loss of Illusions. Paru à peu près en même temps que le titanesque From Mars To Sirius de Gojira, cet album est passé relativement inaperçu malgré de nombreuses critiques élogieuses sur les webzines et dans les magazines spécialisés.

Et pourtant la musique des stéphanois vaut le détour. Pour faire simple, disons qu'Aabsinthe joue du Death Metal atmosphérique et technique, car la musique du groupe est en réalité d'une richesse incroyable et difficilement catégorisable. En effet on peut y déceler des influences diverses telles qu'Opeth pour les morceaux longs et non linéaires, Meshuggah pour les polyrythmies, Dark Tranquility et In Flames pour les mélodies, Death pour la complexité des structures ou encore Isis et Neurosis pour certaines atmosphères. Autant dire qu'avec de telles influences, Aabsinthe ne se contente pas de plaquer trois accords derrière un blast uniforme pendant qu'un ours des cavernes hurle d'incompréhensibles histoires de zombies cannibales sodomisés par des tronçonneuses. Non!

Aabsinthe c'est une musique profonde chargée d'émotions, dont la complexité ne renvoie qu'à la complexité des sentiments dont elle traite. Au détour de rythmiques plombées aux changements surprenants, de mélodies désenchantées, d'atmosphères maladives, de hurlements plaintifs, la musique d'Aabsinthe prend vie. Au cours de morceaux dont la durée moyenne dépasse allègrement les 6 minutes, Aabsinthe entraîne l'auditeur dans un voyage sombre et intemporel, dans un trou noir, vers la fin de ses illusions
comme le suggère le titre de l'album.

Pour appuyer son propos, le groupe n'hésite pas à varier d'un morceau à l'autre mais à également proposer de nombreuses variations au sein d'un même morceau. Au milieu de rythmiques dévastatrices et de mélodies stratosphériques, surgissent de surprenants breaks acoustiques, des passages superbement chantés, des mélodies cristallines de piano ou encore des expérimentations à base de bruitages appuyant les ambiances.

Il serait vain de proposer une description détaillée de chacun des morceaux tant ceux ci sont complexes et progressifs. Néanmoins, l'on pourrait citer Near Death Experience comme l'un des plus représentatifs de l'album avec sa rythmique "meshugguesque" qui finit par laisser place à des structures progressives et mélodiques avant de s'achever sur un piano plaintif qui égrène des arpèges mélancoliques. Citons également l'excellent Bleeding Faith avec son riff d'intro tout droit venu de Göteborg, certes un peu cliché mais brillamment réutilisé tout au long du morceau, et son break post-core qui n'aurait pas fait tache sur un album d'Isis. Les dix minutes du très tribal The Great Escape, qui s'achèvent sur un piano presque symphonique, constituent également l'un des temps forts de cet album épatant.

Le travail de composition fourni sur ce premier album est par conséquent remarquable. Le groupe met sa qualité de composition pour écrire et interpréter des structures complexes au service de la musicalité et non l'inverse. Avec un niveau technique largement au dessus de la moyenne, les musiciens brillent; particulièrement les guitaristes qui offrent des parties de guitares travaillées et des soli magnifiques tandis que le batteur épate par sa faculté à multiplier les changements de rythmes et la richesse de son jeu.

Le principal défaut que l'on pourrait reprocher à cet album est sa production.
En effet, le son des guitares est parfois un peu sale, le chant manque de puissance et la basse ne ressort pas énormément. Mais lorsque l'on sait qu'il s'agit d'une autoproduction on finit par se dire que cela serait merveilleux si elles étaient toutes de cette qualité. Enfin quelques changements de rythme parfois un peu trop brutaux peuvent paraître incongrus et déroutants. Des erreurs de jeunesse que l'on pardonne très vite au groupe tant ce Loss Of Illusions déborde de qualités et s'avère passionant du début à la fin.

Pour premier essai, Aabsinthe a réalisé un véritable coup de maître et a prouvé, une fois encore que la scène Metal Française en 2005, n'avait plus rien à envier à celles de ses voisins européens. Le meilleur album de Metal extrême français de 2005 avec From Mars To Sirius de vous savez qui.


1 Commentaire

1 J'aime

Partager
kilik2049 - 05 Avril 2011: Ça donne très envie ! Je vais m'empresser de jeter une oreille là-dessus.
PS: Les zombies sont pas cannibales voyons, ils mangent des humains, pas d'autres zombies !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Corwin

19 Juin 2006
Tiens? du death français... Ca doit pas être terrible, comme d'habitude avec le death français... Erreur. Aabsinthe est passé totalement inapperçu, et ne mérite franchement pas le peu d'intérêt que le groupe à suscité. Certes, c'est un album autoproduit, donc pas simple à trouver dans les bacs (quoi qu'ils viennent actuellement de trouver un label, on peut donc espérer une meilleure distribution), mais franchement Aabsinthe est à mon humble avis l'un des groupes de death les plus intéressants du moment. Une vraie révélation.
Le combo produit un death mélodique, très atmosphérique (mais c'est du death quand même, pas de doutes à dessus), qui semble choisir le meilleur de tous les groupes en vue dans le même mouvement, pour en faire un produit personnel et racé, particulièrement réussi. C'est la première fois de ma vie que j'écoute un album de death aussi long (67 minutes!) sans m'ennuyer un seul instant (Opeth mis à part). C'est inventif tout en reposant sur les bases particulièrement solides inhérentes au genre, Ca pulse d'émotions tout au long des onze titres dont beaucoup approchent ou dépassent les six minutes. La structure des morceaux est souvent sophistiquée, parfois proche du génie musical. Le chant death est mélancolique et puissant tout à la fois, bref le talent est là, même si la production n'est pas très bonne (pas à la hauteur du contenu, en tout cas, c'est pas du studio style true black dans une cave non plus). Aabsinthe est certainement un groupe à supporter, en espérant qu'ils puissent un jour nous sortir une deuxième galette de cette qualité. Peut-être pas l'album de l'année 2005, mais il fait incontestablement partie de mon top 5 pour l'année.
A découvrir si ce n'est déjà fait.

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Naps

12 Mars 2007
Quand on m'a parlé d'Aabsinthe, comme un groupe de Death Français, je me suis dis ... Tiens ! Pourquoi pas ?
On a bien Gojira qui s'enflamme actuellement aux Etats-Unis !
Et Dagoba en Europe !! Alors j'ai acheté l'album.
Dès la première écoute, j'étais soufflé. Des parties super puissantes, qui déménagent et excitent et des parties posées, voire reposantes.
Après plusieurs écoutes, on se dit:" Hey mais ... c'est comme Gojira."
En effet c'est dans le même style, Gojira casse seulement le rythme plus rapidement. On sent aussi parfois des influences comme Opeth, ce qui n'est pas désagréable.
Je trouve que c'est un parfait mélange de style et je conseille Aabsinthe à tout fan de Death Atmospherique.
Dommage que le groupe ne soit pas encore très reconnu.

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Aabsinthe