The Hellenic Terror

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Kronos (FRA)
Nom de l'album The Hellenic Terror
Type Album
Date de parution Mars 2007
Labels Xtreem Music
Enregistré à Hertz Studio
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album152

Tracklist

1. The Road of Salvation
2. Bringers of Disorder
3. ... Until the End of Time
4. Suffocate the Ignorant
5. A Huge Cataclysm
6. Tricephalic Hellkeeper
7. Divine Vengeance (Petrifying Beauty, Part 1)
8. The Murderous Reflection (Petrifying Beauty, Part 2)
9. Ouranian Cyclops
10. Maze of Oblivion

Chronique @ Fabien

05 Août 2008
Le début de l’année 2007 marque le retour de Kronos, impatiemment attendu depuis le bon Colossal Titan Strife paru à la fin 2003. Conscient du potentiel indéniable de la formation vosgienne, Xtreem Music permet au groupe de s’embarquer aux excellents studios polonais Hertz, sous la coupe des incontournables frères Wieslawski (Decapitated, Hate), et de bénéficier d’un artwork complet et particulièrement soigné.

Les espoirs du label sont largement confirmés, The Hellenic Terror surpassant son aîné en terme de précision et de maîtrise. Signées cette fois majoritairement par le tandem Grams / Richard, aidés du bassiste Tom, les compositions s’avèrent nettement plus percutantes, servies par une production incroyablement puissante, mettant impeccablement l’incision et la lourdeur des guitares en valeur.

Si The Road Of Salvation & Bringer of Disorder introduisent parfaitement l'album, A Huge Cataclysm & Divine Vengeance enfoncent carrément le clou, à coups de rythmiques solides et de riffs pour le moins dévastateurs, soutenant le chant guttural de Kristof, qui possède désormais un coffre et une palette diablement impressionnants, apportant un relief considérable aux compositions.

Sans faux pas, Kronos signe ici un des albums majeurs du brutaldeath hexagonal du moment, lui permettant de s'imposer parmi les meilleurs groupes français actuels, aux côtés de Benighted & Yyrkoon, ou encore de l'inattaquable Impureza, dont le premier album est attendu avec une impatience non dissimulée. Très professionnel, The Hellenic Terror au parfum mythologique hellène tout comme son prédécesseur propulse directement Kronos chez Neurotic Records, l'un des meilleurs labels du brutaldeath actuel, incluant quelques formations destructrices telles que Spawn Of Possession & Visceral Bleeding. A suivre de très près...

Fabien.

8 Commentaires

9 J'aime

Partager

BEERGRINDER - 24 Octobre 2011: Mais tu n'es pas en désaccord avec la chronique, à en juger par sa notation Fabien pense aussi que The Hellenic Terror est le meilleur Kronos.

Personnellement j'aime aussi beaucoup Colossal Titan Strife, aller match nul balle au centre pour moi.
NICOS - 24 Octobre 2011: En fait je voulais dire dans mon francais aproximatif que j'était tout à fait d'accord sur l'évaluation et la chronique de The Hellenic terror. Cependant, je n'était pas forcémment d'accord sur le fait The Hellenic terror était le meilleur Kronos, car j'aime beaucoup comme toi Colossal Titan Strife. C'est ce dernier qui, selon moi, est le meilleur Kronos!!
Ouf ouf ah aha ah
BEERGRINDER - 24 Octobre 2011: Ajoutons à cela ma lecture approximative, on est pas rendu....
Kernic - 19 Novembre 2011: De les avoir vu en concert à la petite MJC de Lunéville et de les entendre claquer un album comme ça...c'est magnifique!!! Richaaaarrrd !!! ^^ Je ne vais pas dire "progression" mais "bonnification". Mais une énigme reste: Pourquoi les cheveux courts???!
Bonne chronique!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ dark_omens

24 Septembre 2013

Avec ce troisième opus, Kronos confirme de bien belle manière les vertus qu'il nous avait laissé entrevoir...

The Hellenic Terror est le troisième album de Kronos. Sur celui-ci, Jérôme "Grams" Grammaire et ses complices nous proposent de découvrir l'expression de leur Death Brutal fortement influencé par le Death U.S. (Morbid Angel…) mais aussi, dans une moindre mesure, par le Metal de la mort européen (Vader, Behemoth…) qui s'affirme, principalement, comme une musique aux guitares incisives et violentes, aux chants variés (tantôt gutturaux, tantôt écorchés et criards) et aux rythmiques aux tempi essentiellement prestes. Concernant les influences les plus scandinaves du groupe, perçus sur leur précédente œuvre (Colossal Titan Strife (2003)), il nous faudra dire qu'elles auront quasiment disparu avec le départ du guitariste Nicolas Temmar, amateur de ce genre, mais aussi par l'implication accrue dans l'écriture de ces nouveaux morceaux du guitariste Richard, davantage adeptes des contrées américaines,

Alors que dire de cette "terreur hellène"? Evoquons déjà son processus de création qui fut long et laborieux. Le périple de composition, déjà rendu difficile de par l'éloignement géographique des différents acteurs de cette formation les contraignant, de fait, à user de moyens de communication modernes, le fut plus encore par le choix d'enregistrer ce nouvel effort au Hertz Studio. L'endroit légendaire, dans lequel les frères Wieslawski s'employèrent à donner sons aux œuvres prestigieuses de Decapitated, Hate, Vader ou encore Trauma, en dehors d'immenses qualités, a surtout le défaut de se situer en Pologne. Néanmoins, peu effrayé par l'ampleur du déplacement, Kronos va donc débarquer sur ces terres Polanes, désireux d'offrir, enfin, à sa musique déjà prometteuse, un son digne des plus illustres du genre.

Du propre aveu des membres du groupe, la tâche fut plus périlleuse encore alors qu'ils foulaient ces terres étrangères. En effet, sans jamais avoir répété tous ensemble, ayant pris du retard sur l'écriture des titres sensés composé ce Hellenic Terror, handicapé par des défaillances techniques lors de leurs échanges au travers de ces moyens de communications modernes, Kronos dut se contraindre à finir d'échafauder ses morceaux en studio et dut, aussi, avoir recours à l'improvisation. L'aspect incertain, quant au résultat d'une telle démarche, est évident. Il faut donc être animé d'une insolente conviction concernant ces capacités, ou alors d'une folie douce pour avoir une telle audace. Toutefois, contre toute attente, The Hellenic Terror ne laisse ressentir aucun de ces désagréments tant il est compact, cohérent et implacable. Il faut donc saluer le talent de ces jeunes musiciens et louer l'excellence de titres tels que The Road Of Salvation, Bringer of Disorder, A Huge Cataclysm ou Divine Vengeance.

S'agissant des sujets abordés ici et de l'imagerie développée, mû par une volonté de se démarquer des thèmes récurrents du Death Metal, à l'instar de l'excellent Nile et de son amour pour l'égyptologie, Kronos va offrir à son Death Brutal, qui pourtant n'en avait pas vraiment besoin, une dimension historique en concentrant, quant à lui, ses textes sur la mythologie grec. Centaures, gorgones, cerbères et autres cyclopes font donc partis du bestiaire qui orne, et qui hante, les histoires racontées par Kronos.

Avec ce troisième opus, Kronos confirme donc de bien belle manière les vertus encourageantes qu'il avait démontré sur son Colossal Titan Strife. Toujours encore enclin à défendre un Death Brutal désormais d'influence américano-européenne plutôt que scandinave, il nous propose un The Hellenic Terror qui lui permet; dès lors, de se positionner, au côté des Benighted et autres Yyrkoon afin de prétendre, légitimement, à une place d'honneur tout à fait méritée.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Petrozza

05 Octobre 2007
Comment décrire le 3ème opus de ces Vosgiens enragés?
Monstrueux serait peut être le terme le plus approprié. Techniquement parlant, Kronos a placé son niveau tellement haut qu'il sera difficile d'aller les détrôner! Les parties de guitares sont vicieuses et véloces à souhait, le batteur Mike fait étalage de toute sa technique en faisant penser un autre batteur monstrueux, j'ai nommé Paul M. de Cannibal Corpse.
Quand au(x) chanteur(s)la combinaison voix arch' et voix supra gutturale est maîtrisée sur le bout des ongles. Le passage atmosphérique de l'énigme d'Oedipe dans la quatrième chanson prouve que Kronos ne sait que bien jouer mais prouve que lui aussi peut sortir des sentiers battus du Brutal death.
En conclusion, ceci est un très bon album et nous pouvons dire la scène death française avec Kronos, Yyrkoon et Benighted a de beaux jours devant elle.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire