The Gift of Life

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dreamshade
Nom de l'album The Gift of Life
Type Album
Date de parution 25 Janvier 2013
Produit par
Enregistré à Hansen Studio
Style MusicalMetalcore
Membres possèdant cet album17

Tracklist

1. Photographs 04:01
2. Your Voice 03:42
3. The Gift of Life 04:02
4. Sandcastles 04:00
5. Consumed Future 03:24
6. Our Flame 02:26
7. Late Confessions 04:37
8. Sincere 03:35
9. Elisabeth 04:02
10. Wants & Needs 03:55
Total playing time 37:44

Chronique @ eregrebal

05 Décembre 2013

Dreamshade réussit son pari grâce à des compositions talentueuses, et d'une sincérité désarmante...

Le moins que l'on puisse dire, est que cette année, les sorties mélodeath vraiment intéressantes n'ont pas été nombreuses. Malgré un Final Hybridation de Awrizis plutôt bien écrit, et un Through Our Darkest Days de Mercenary classique mais puissant, le genre originaire des pays nordiques à toujours eu du mal à progresser. La vague de groupes plus semblables les uns que les autres qu'a connu le style après les albums fédérateurs de In Flames ou Children Of Bodom, a fortement contribué à cette impression bizarre d'écouter toujours la même chose lorsque l'on pose les oreilles sur du Death/mélo moderne.

Concernant Dreamshade, le début de l'histoire semble répéter cette désespérante rengaine: après un EP et un premier album sans grand succès, le groupe semble être affublé de la plupart des défauts cités au dessus. Trop proches de leurs inspirations, une maturité encore bancale, et ce malgré un talent difficile à remettre en cause.
Pour ce second effort, le jeune groupe suisse doit prouver qu'il est capable de faire plus qu'un simple groupe sympa. Pour ce faire, ils partent sur un pari risqué: renforcer encore le côté lumineux de leur style, allant donc à l'encontre des codes classiques de noirceur du Metal.

Recrutés chez Spinefarm Record depuis leur premier album, Dreamshade va proposer un produit plutôt original entre les structures classiques du genre mélodeath et la puissance du Metal moderne.
L'album démarre donc logiquement sur un titre ("Photographs") qui résume bien ce qu'est le style Dreamshade: une alternance entre accélérations puissantes au riffing tranchant ("Your Voice"), et rythmiques plus lourdes et écrasantes à la légère inspiration core, sous une mélodie planante et enjouée ("Sincere").
Là où les Suisses font mouche, c'est dans leur capacité à donner une mélodie positive et accessible tout en étant dans un maelström de changements de rythme, sans que cela paraisse choquant.
Alors non seulement, choquant, ça ne l'est pas, mais en plus c'est carrément agréable. Des titres très inspirés tels que "Consumed Future" (le meilleur titre pour ma part) donnent une véritable impulsion durant l'écoute à l'auditeur.
Ce titre, progressant avec une certaine vitesse, prend des airs de chevauchée épique lorsque le rythme s'emballe. Couplé à des solos mélodiques de grande qualité, et à un son massif, le rendu est impressionnant pour un si jeune groupe.

Enfin, un autre point très positif ajouté à la technique irréprochable des musiciens, est la technique vocale du chanteur à la tête du groupe. Le bonhomme déploie un large panel de tons différents, brisant la monotonie de compositions qui tournent généralement sous la même construction. Dans des titres qui ont la bonté de durer généralement autour de 4 minutes, (et pas les 2:30 - 3 minutes classiques dans les genres faciles d'accès) le chanteur passe d'un growl profond (le break surpuissant sur "The Gift of Life"), à un chant plus hurlé ("Wants And Need"), voir même à un chant clair enjoué qui vrillera les tympans des allergiques au clean singing.
Vous allez me dire, si ça s'arrête la, on est loin de l'originalité annoncée en début de chronique. En pourtant: le chant clair pousse parfois plus loin que le simple refrain mélodique et facile, il lui arrive parfois de prendre une teinte religieuse qui éclaircit avec talent le morceau ("Late Confession", "Elisabeth"). La mélodie bascule, de plus, incessamment entre la prédominance de la guitare en leads plutôt bien tissés, et un clavier aérien ou classique style piano.

A la fois loin et proche de ses inspirations, Dreamshade réussit son pari grâce à des compositions talentueuses, et d'une sincérité désarmante. Les différents points d'orgue de l'album devraient vous éviter l'ennui, si vous n'êtes pas allergiques au style lumineux du groupe. Ceux qui le sont ne manqueront pas de soulever le côté un peu trop adolescent de l'album, ce qui n'est pas totalement faux (j'ai beau apprécier leur style, mais un morceau comme "Our Flame" m'insupporte).
Au final l'album est bon, inspiré, puissant, mais énormément dépendant de vos goûts. Du coup, je ne peux que vous conseiller de jeter une oreille sur un de leurs morceaux avant d'opter pour un achat.
Encouragements pour l'avenir...


3 Commentaires

3 J'aime

Partager
TheReverend13 - 05 Décembre 2013: Chronique qui résume très bien l'album, je pense qu'avec leur nouveau chanteur Dreamshade s'est un peu plus orienté vers le metalcore que par le passé, mais cette évolution semble logique par rapport à leur EP et leur premier album. De plus, là où le chanteur était clairement le point faible de What Silence Hides, l'arrivée de Kevin au chant leur a permis de franchir un nouveau pas car il a une très bonne technique vocale et sait alterner les différents types de chant.
eregrebal - 05 Décembre 2013: Merci pour ce commentaire constructif, je ne me suis pas beaucoup renseigné sur les productions précédentes je l'avoue.
Sylosismic - 14 Décembre 2013: Coucou merci pour cette chro' sur ce groupe non connu et pourtant prometteur. Je trouve qu'ils ont bien fait de se mettre au Metalcore (leur 1er album m'insupporte), et comme tu le soulignes, cet album est réussit mais il reste encore du chemin à faire pour le groupe pour atteindre leur "perfection". Mais franchement je suis fan !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire