The Elysian Grandeval Galèriarch

Liste des groupes Deathcore Infant Annihilator The Elysian Grandeval Galèriarch
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Infant Annihilator
Nom de l'album The Elysian Grandeval Galèriarch
Type Album
Date de parution 29 Juillet 2016
Produit par Jesse Kirkbride
Enregistré à Kirkbride Recordings
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album34

Tracklist

1.
 Unholy Gravebirth
 04:48
2.
 Crucifilth
 04:55
3.
 Motherless Miscarriage
 02:18
4.
 Baptised. Bastardised. Sodomised.
 04:23
5.
 Behold the Kingdom of the Wretched Undying (ft. Tyler Shelton of Traitors, Bryan Long of Dealey Plaza, Dillon Becker of AnimalFarm & Chris Whited of King Conquer)
 17:40
6.
 Soil the Stillborn
 03:59
7.
 Paedophilic Ultimatum
 01:10
8.
 Neutered in Utero
 04:46
9.
 Pelt of Innocent Flesh
 07:04
10.
 Blasphemian
 07:24
11.
 Neonatalimplionecrophiliation
 00:11

Durée totale : 58:38


Chronique @ cm91

13 Septembre 2016

Infant Annihilator n'a que partiellement rectifié le tir.

Ce fut vraiment une grosse surprise de cette année 2016 sur la planète deathcore, Infant Annihilator qui revient avec un nouvel album !!! Il faut dire qu'après la sortie de leur premier full-length "The Palpable Leprosy of Pollution", le groupe a traversé une période assez difficile. Entre le chanteur Dan Watson qui s'en est allé pour fonder son propre groupe Enterprise Earth, s'en est suivi une éphémère collaboration avec Phil Bozeman de Whitechapel, Aaron Kitcher s'est concentré sur son autre groupe Black Tongue, et après ? Silence radio...

On aurait pu dire que le groupe était définitivement enterré, jusqu'à la sortie du single "Soil The Stillborn" ainsi que l'introduction du nouveau chanteur Dickie Allen, ancien chanteur d'Abiotic. Et me voici enfin avec ce nouvel album entre mes mains, voyons ce que ça donne.

Dès le premier titre, on sent que nos coreux britanniques ont envie de nous montrer qu'ils restent maîtres dans l'art de tout détruire avec une introduction qui consiste en des cris de bébé (ou de démon ? C'est assez flou) avant de tout défoncer sur leur passage avec une batterie survitaminée et un chant d'outre-tombe.

Quelques petites nouveautés toutefois comme des slaps de basse un peu partout sans en mettre trop, et surtout une très longue chanson de près de 18 minutes intitulée "Behold the Kingdom of the Wretched Undying". Infant Annihilator s'essayerait-il au Metal Progressif ? Pas du tout, en fait les quatre parties du morceau sont à considérer comme indépendantes l'une de l'autre.

Avec ces riffs et ce côté brise-nuque, on pourrait dire que c'est là une réussite. Malheureusement, après avoir écouté tout l'album, on comprend qu'Infant Annihilator n'a que partiellement rectifié le tir, car nos Britanniques refont quasiment les mêmes erreurs qu'à leurs débuts.

Tout d'abord, certains breakdowns comme ceux de "Soil the Stillborn" sont bien réussis, mais d'autres comme sur "Neutered in Utero" sont vraiment cliché au possible. C'est là le seul défaut qui est le mieux corrigé, le reste l'est bien moins.

En effet, le chant de Dickie Allen qui est vraiment dans un registre deathcore et les hurlements stridents pourront en agacer plus d'un, le growl tentant désespérément de se faire une place. Viennent ensuite les paroles : l'ultra-violence est pourtant chose commune dans le deathcore, mais là, c'est tellement exagéré que ça en devient ridicule et caricatural.

Et surtout dernier gros défaut (?), la batterie qui parait un peu trafiquée. Bien qu'Aaron Kitcher ait déjà prouvé à travers plusieurs vidéos qu'il était tout à fait capable d'atteindre une telle vitesse, celle-ci est tellement rapide qu'il est légitime d'être un peu sceptique quant à l'authenticité de l'instrument.

Terminons toutefois avec une petite touche comique que le groupe n'a pas perdue, il suffit d'écouter l'interlude "Paedophilic Ultimatum" qui est assez hors sujet, mais qui fait toutefois sourire. Et enfin, visionnez ce clip en fin de chronique et vous aurez un aperçu du grain de folie de ces Anglais.
14/20

5 Commentaires

4 J'aime

Partager

gogol69 - 14 Septembre 2016: En lisant ta chronique, j'ai l'impression que tu es passé complètement à coté du second degré de ce disque...(de ce groupe).

Ils sont volontairement clichés dans les riffs, mais surtout dans les paroles et l'imagerie. Rien qu'à voir les clips tu le comprends assez vite. Ou en faisant attention au titre de l'album dont les initiales forment le mot "Egg". Aaron a précisé dans une interview que ce titre ne voulait rien dire, mais que son seul but était d'obtenir ces initiales...

La batterie est quant à elle, bien évidement programmée. Aucun doute à avoir, et c'est pleinement assumé.

Toi tu pars du postulat qu'il y avait quelque chose à améliorer. Mise à part la production pourrie du 1er disque...Je vois pas.

Pour la période post 1er album, le groupe était en stand bye car ils n'avaient pas de vocaliste. D'ou la reprise du projet avec l'arrivée de Dickie.

Cet album est moyen en terme de deathcore/grind, mais cet album est grandiose en terme d'engagement musical.
20/20
Anath - 14 Septembre 2016: J'aurais pas dit mieux gogol69, puis en voyant les vidéos de l'enregistrement, tout ce que j'ai vu c'est une bande de pote se faisant un gros délire autour de bières , et je trouve ça ultra touchant xDD
DeCRePiTBiRTH - 14 Septembre 2016: https://www.youtube.com/watch?v=2ZNLjm6mDMo

Tout à fait réalisable à la batterie :-D
Anath - 15 Septembre 2016: Pas moyen, je déteste vraiment voir de la double pédale joué comme ça xD
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire