The Black Hex

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Extinction (UK)
Nom de l'album The Black Hex
Type MCD
Date de parution 2005
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album5

Tracklist

1. The Black Hex (Part I)
2. The Black Hex (Part II)

Acheter cet album

Extinction (UK)


Chronique @ Svartolycka

10 Juin 2006
Attention chétives créatures, vous avez cru qu’avec un tel « groupe » qu’Abruptum vous avez entendu ce qu’il y a de pire au rayon black innommable ? Alors vous ne connaissez pas Extinction… Sombre signature du label Todestrieb, label de black « undergroouunnd », ce combo anglais a tout de même mis trois ans pour sortir ce maxi-cd « composé » et enregistré on ne sait où et comment...

Enfin bon, la pièce est là et on peut se demander ce qu’il avait dans la tête le gars en enregistrant ces deux « titres ». Là, c’est sûr c’est bien abominable, inqualifiable, indigeste et l’ensemble se rapproche bien des premiers méfaits d’Abruptum. Voyez par là, un contenu déstructuré, des guitares au son crasseux, une voix torturée au possible, une batterie embrouillée et je pense que vous avez une petite idée de ce que ça peut donner. Un bordel malsain qui tend à l’ambiant poisseux comme on pouvait le faire dans les années 90, fait avec une haine suintante et sans à priori, et encore moins avec un point de vue commercial...

Avec ce type de disque, il n’y a pas trente-six chemins à prendre et encore moins de sujet de réflexion. Soit on apprécie (Aimer ? faut pas exagérer quand même), soit on déteste, on hait ce magma black brouillon, difficilement écoutable aux sonorités stridentes et belliqueuses. La production est acre et n’inspire pas du tout à une quelconque mélodie. Finalement, « The Black Hex » marque une limite avec l’audible et l’inaudible mais ça, c’est pas nouveau, il y eu Abruptum. Cependant, avec ce disque l’expérience risque d’être bien moins « éprouvante » (j’appuie fort sur les guillemets, on a l’impression qu’on nous vomi de la haine en bile) étant donné que le contenu ne dépasse pas les vingt minutes. Dix-sept minutes précisément à se confronter avec ces deux titres sortis d’une nuit noire remplie de maléfices diaboliques. Cela peut paraître court pour les déviants assidus de musique ténébreuse et ultra malsaine ainsi que les nostalgiques de la « belle » époque, mais pour les autres, il risque d’avoir de la viande froide.

De toute façon, c’est limité. Peu de personnes prendront le risque de se frotter à ce disque et puis de toute façon le mec du groupe, lui, il s’en tamponne le coquillard…
Déconseillé néanmoins aux personnes sensibles...

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire