Supreme Authority

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Kataplexia
Nom de l'album Supreme Authority
Type Album
Date de parution 15 Juin 2008
Labels Xtreem Music
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album23

Tracklist

1. Life Under Earth 03:23
2. Unpredictable Spiritualism 04:00
3. Sight of the Anonymous Identities 03:49
4. Endless Suffering 04:23
5. Inexplicable Extinction 04:04
6. Circle of Sickness 04:16
7. Supreme Authority 04:25
8. ...The Unknown 01:08
9. The Unknown's Conquest 04:07
Total playing time 33:35

Chronique @ Fabien

26 Septembre 2008
Formé en 2003, Kataplexia est basé en Finlande, bien que le trio composant la formation soit originaire d’Amérique du sud. Enregistré en ces terres scandinaves en début d’année 2008, Supreme Authority représente déjà la troisième réalisation du groupe, qui évolue toujours au sein de l'écurie espagnole Xtreem Music (Kronos, Hour of Penance) dirigée par le célèbre Dave Rotten. Le label gratifie cette fois l’album d’une superbe illustration de Georges Prasinis, déjà remarqué pour ses pochettes de Spawn of Possession ou d’Inveracity.

Plus long, plus consistant, et bien mieux enregistré que son prédécesseur Catastrophic Scenes, Supreme Authority envoie un brutal death très proche du dieu Suffocation. Les compositions du duo Artiga / Moreira sont en effet structurées autour de rythmiques complexes & assommantes, exécutées par le batteur de session Timo Häkinnen & le bassiste Mikael Da Costa, à grands renforts de double pédale et de blast-beats dosés, sur lesquelles viennent se greffer les plans enchevêtrés à deux guitares de Davi Moreira, à l’image des bons Unpredictable Spiritualism & Endless Suffering.

Supreme Authority renvoie ainsi une image proche de l’eternel Effigy of the Forgotten des dieux new-yorkais, à mi-chemin entre l'incision du récent Extermination of Millions des grecques d’Inveracity et la densité de l'imparable Psalms of the Moribound des maîtres allemand de Defeated Sanity. Kataplexia balance également quelques accélérations renversantes, sur un accordage très bas, durant lesquelles le guttural de Rodrigo se mue en des « grouinements » qui ajoutent quelques touches slamdeath fort appréciables. En outre, le groupe ponctue judicieusement ses morceaux de breaks écrasants (Anonymous Identities), de riffs dissonants & de soli accrocheurs (Circle of Sickness), permettant d’apporter un dynamisme accru à l’ensemble.

Parfaitement calibré et d'une densité remarquable, bénéficiant d’une production compacte, Supreme Authority surprend ainsi par ses subtilités techniques et la qualité de sa mise en place, présageant de nombreuses écoutes méticuleuses pour l’inconditionnel de brutaldeath alambiqué. En revanche, Kataplexia ne possède pas d’identité particulière, s’ajoutant dès lors aux nombreuses formations évoluant dans le style, sans possibilité d’émergence et d’accès parmi les ténors de la scène brutaldeath actuelle.

Fabien.

5 Commentaires

8 J'aime

Partager
sijj - 27 Septembre 2008: Super son, bonnes compos, le cd de base du brutal actuel, mais comme tu le dis fort bien, un de plus cette année dans le styx des sorties extrêmes!
NICOS - 07 Novembre 2010: Le problème, avec ce genre d'album, qui est certe un bon album, c'est que ca n'apporte rien a la scene du Brutal death. On l'écoute une fois, deux peut etre trois et on passe un bon moment. Ceci dit, on aurait pu passer un bon moment avec bien d'autres diques. Après cà, il prendra la poussière sur une étagère, car si il y a des tas de disques franchement moins biens, il y en a aussi des dizaines voir des centaines mieux dans le meme style. Et comme il n'apporte rien de différent...on peut presque dire qu'il est inutile.
Fabien - 07 Novembre 2010: Je partage bien sûr ce propos quant au manque d'identité de nombreuses formations évoluant dans le style, et je ne défendrai pas Kataplexia sur ce point. Toutefois, je crois aussi à la loi imparable de la platine CD et je dois avouer que Supreme Authority, au même titre qu'Exermination of Millions d'Inveracity ou Manic Thoughts de Gortuary, fait partie de ces albums lambda que je ressors régulièrement et avec grand plaisir.

Fabien.
JimiH - 20 Fevrier 2012: Bel album, j'ai du mal à comprendre pourquoi SOM ne le range pas dans la catégorie Death Brutal par contre, je ne vois pas quel ingrédient manque afin qu'il y soit rangé... Merci pour la chro très bien écrite (comme d'hab).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire