Catastrophic Scenes

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Kataplexia
Nom de l'album Catastrophic Scenes
Type Album
Date de parution 15 Janvier 2005
Labels Xtreem Music
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album14

Tracklist

1. Infested Wounds
2. Ashes from Our Incinerated Innards
3. Morgue's Reality
4. Brutal Addiction
5. From the Debris
6. Devastating War
7. Scenes of Tragedies

Acheter cet album

Kataplexia


Chronique @ BEERGRINDER

06 Décembre 2008
Rodrigo « Fatality », Davi Moreira, Mikael Da Costa : pas très finlandais tout ça et c’est normal vu qu’ils sont originaires d’Amérique du sud. Cependant étant exilés en Finlande et y enregistrant leurs albums on peut considérer que ce groupe est finlandais (on va pas se la jouer droit du sang).

Pour ce deuxième album nommé Catastrophic Scenes (2005), le trio bénéficie d'une signature chez les espagnols de X-Treem Music (ex Repulse), label du grogneur de Avulsed. Comme le combo espagnol l’imagerie de Kataplexia est basée entièrement sur le gore et la boucherie, ce n’est pas le dessin de Sami Haavisto qui me démentira.
Quelques secondes d’écoute suffisent à discerner leur principale influence : Suffocation. En effet Human Waste et Effigy of the Forgotten ont incontestablement laissé des traces indélébiles chez Kataplexia.

Catastrophic Scenes va droit au but et ne s’embarrasse pas de détails, Infested Wounds démarre pied au plancher sans la moindre intro, les blast-beat de Rodrigo sont exactement les mêmes que ceux de Mike Smith, même si son jeu est un peu moins varié et technique. Rodrigo est d’ailleurs au four et au moulin puisqu’en plus d’écrire les paroles et jouer de la batterie il est aussi chanteur, à ce niveau la différence avec Suffocation est quand même nette : beaucoup moins compréhensible que les paroles du Dieu Mullen, mais "over guttural" à la Devourment : efficace. La production de Jani Loikas et son Course studio est minimaliste et crue, transmettant une lourdeur « crade » à Catastrophic Scenes convenant parfaitement aux morceaux qui le compose.

Vous l’aurez compris les brésilio-finlandais (ben quoi ?) ne sont pas là pour révolutionner le monde du Death Metal, juste pour envoyer du lourd et ça ils savent faire ! Le début de Morgue‘s Reality ressemble carrément à Infecting The Crypt, d’ailleurs en cherchant bien chaque riff peut faire penser à un passage de Suffocation. Peu importe ! C’est joué avec conviction et ça dépote, c’est bien ce qu’on demande à un groupe de Death non gay il me semble… avec l’intense et technique Ashes From Our ou encore Devastating War, ses parties dantesques de lourdeurs, ses départs à la basse, ses harmoniques saturées monstrueuses, ses accélérations collant au siège, et ses breaks imposant, c’est réussi.

Pour ceux comme moi qui ont écouté 25698 fois Effigy of the Forgotten, Catastrophic Scenes de Kataplexia est une solution de remplacement idéale, n’attendez rien de plus c’est juste bon ! Les 25 minutes de l’album sont quand même un peu courtes mais tout est concentré sans fioritures, titre bouche-trou ou intro à deux balles : si vous trouvez qu’il finit trop vite (ce qui n’est jamais mauvais signe) vous n’aurez qu’à le repasser.

BG

6 Commentaires

7 J'aime

Partager

 
GLADIATOR - 07 Décembre 2008: J'ai eu l'album de Defiled "Divination" pour aussi cher...Et je pense que cet album là me plairait bien aussi...Merci. Glad.
BEERGRINDER - 07 Décembre 2008: C'est possible, même si Defiled et Kataplexia n'évoluent pas tout à fait dans les mêmes sphères.
Fabien - 08 Décembre 2008: A l'époque, les quelques écoutes MySpace de Catastrophic Scenes n'avaient pas réussi à me convaincre, contrairement au successeur Supreme Authory qui, même si Kataplexia ne jouit pas d'une pleine identité, quitte toujours difficilement ma platine depuis ces derniers mois.

Death friends are not dead.
Fabien.
NICOS - 06 Décembre 2011: Merci pour ta chronique. J'aime autant cet album que Supreme authority. C'est vrai aussi qu'ils se ressemblent un peu. La force de cet album réside en quelque bons morceaux, principalement "From the debris, Devasting war et le premier. Par contre, heureusement qu'il ne dure que 25 minutes, car c'est intense et c'est pas un must de diversité.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire