Star of Delusive Hopes

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Desert (ISR)
Nom de l'album Star of Delusive Hopes
Type Album
Date de parution 2011
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album6

Tracklist

1. The Unsubdued
2. Massada Will Never Fall
3. Letter to Marque
4. Victim of the Light
5. Release Me
6. Soul of a Wanderer
7. Whispers
8. Lament for Soldier's Glory (Order 227)
9. Star of Delusive Hopes

Chronique @ dark_omens

21 Avril 2015

Une diversité attachante...

Pour être tout à fait franc, lorsque votre modeste serviteur découvre ce Star of Delusive Hopes, premier album des Israéliens de Desert, le souvenir cuisant de Never Regret, second album de ces mêmes musiciens sémites, sera encore vif et douloureux.

Brisons d'emblée l'immonde secret concernant la teneur de ce disque. Ici rien, ou presque, ne sera de nature à faire dévier Desert de ce Heavy Speed Power Metal d'obédience européenne (et notamment allemande) qu'il défend, apparemment, depuis ses origines. Tout juste quelques ambiances un peu plus sombres, quelques rares mélopées moyenne-orientales, ainsi que quelques vocaux claires et quelques autres plus rugueux, viendront donner quelques nuances salutaires à ce propos. Et dans un grand élan simplificateur, nous pourrions même, schématiquement, aller jusqu'à parler ici d'une oeuvre dans l'étroite lignée d'un Blind Guardian avec quelques sombres desseins.

Soit dit en passant, ce lien de parenté allemands est aussi, et surtout, mis en exergue par la voix d'Alexei Raymar qui, en certains passages, nous offre des intonations ressemblant à s'y méprendre à celles d'Hansi Kursch.

Le premier morceau de ce disque, The Unsubdued, possède des chants clairs, aux timbres nous évoquant immanquablement celui de Matthieu Kleiber (Ex-Karelia) en une version moins graves et moins maniérées tout de même. Il possède également quelques éructations âpres et extrêmes que, toutes proportions gardées, nous pourrions rapprocher du Black Metal. Il possède aussi des riffs efficaces, un clavier aux interventions mesurées et un refrain réussi. Il possède surtout un indéniable charme opérant.

Massada Will Never Fall, fort de ces passages dépaysants aux doux parfums d'Orient, mais aussi des caractéristiques décrites précédemment, suffit à ne pas atténuer notre plaisir. Tout comme l'excellent Victim of the Light, lui aussi enluminé de quelques rares fragrances d'encens, de myrrhe et de safran.

Sur Letter of Marquee, un final flibustier nous entraîne dans une taverne afin de célébrer, avec quelques pirates, une hypothétique bonne fortune.

Release Me est, quant à elle, une chanson aux volutes gothiques très intéressantes et très marquées. La douceur de voix claires en des séquences très mélancoliques y alternent avec d'autres plus âpres. Plusieurs joli solo de cloches, durant lesquels les interventions d'Alexei Raymar se font inquiétantes (nous évoquant subrepticement Gerhard Felix Stass (Crematory)), ainsi qu'un autre de guitare, viennent donner quelques atouts supplémentaires. Un parfum profondément mélancolique que l'on pourra également retrouver ailleurs (comme sur Soul of a Wanderer aux couplets sombres ou comme sur les morceaux Star of Delusive Hopes et Whispers, mais dans une moindre mesure).

Autant de titres séduisants et réjouissants en somme.

Toutes ces qualités font de ce Star of Delusive Hopes, premier véritable album des Israéliens de Desert, un disque qui, au-delà, de ces apparences très (et sans doute trop) académiques, cache une diversité qui, à défaut d'être bouleversante, sera tout au moins attachante.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire