Spellbound

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Yngwie Malmsteen
Nom de l'album Spellbound
Type Album
Date de parution 05 Décembre 2012
Style MusicalGuitar Hero
Membres possèdant cet album14

Tracklist

1. Spellbound
2. High Compression Figure
3. Let's Sleeping Dog Lie
4. Repent
5. Majestic 12 Suite 1,2&3
6. Electric Duet
7. Nasca Lines
8. Poisoned Mind
9. God of War
10. Iron Blues
11. Turbo Amadeus
12. From a Thousand Cuts
13. Requiem for the Lost

Chronique @ winger

18 Juillet 2016

Un retour aux sources ?

Yngwie ne va pas nous laisser de marbre avec cette nouvelle production et tente d'opérer un retour aux sources, si ce n'est dans l'originalité de ses premiers albums, au moins dans la veine instrumentale.
En effet, maître Malmsteen mise sur une majorité de titres instrumentaux pour trois titres chantés, à l'instar de son premier opus et cela devrait ravir ses plus fidèles fans et faire frémir ses détracteurs.


Prenons un peu de distance et faisons comme si le maestro nous présentait sa première galette et que nous étions en 1984...

Whouah, quelle claque ! Le son, sans être galactique, se veut sec et compressé, le titre "Spellbound" envoie du lourd dès le riff d'entrée et les descentes de manche sont vertigineuses...que dire ?!
L'album se veut un mélange d'explosions guitaristiques dans un style néo-classique bien particulier et original pour le coup (1984 oblige !).
En plus le gars nous gratifie de deux titres blues bien pêchus, expédiés à sa sauce, tantôt mélancoliques, mais souvent d'une énergie dévastatrice. On est loin d'un Clapton pour sûr, mais ça fonctionne diablement bien.
Mais ce "petit nouveau" nous a pondu également des ambiances bien sympathiques aux mélodies sucrées (Electric Duet, Nasca Lines, Requiem For The Lost), ainsi qu'une ou deux compositions plutôt complexes et dotées de déluges de notes à n'en plus finir mais ayant toujours en fil conducteur une mélodie "money making" bien pensée (Majestic Suite, High Compression Figure, From a Thousand Cuts).
La partie rythmique tient bien le cap, le tout est parsemé de claviers légers juste pour adoucir ou densifier certains passages. Bon, il y a bien ce chanteur qui n'apporte rien, c'est vraiment dommage car il semble un peu dépassé par rapport au reste du groupe et les titres "Repent" et "Poisened Mind" semblent bien fades. Ah tiens c'est lui-même qui chante... Bon, c'est pas une réussite, mais on comprend. le gars sort son premier album, pour éviter des frais il est obligé de tout faire...
On a bien compris que le Suédois a tout du génie et, depuis Van halen, on n'a rien vu de comparable. Quand je vais faire écouter ça à mes potes, ils vont pas en revenir. Je crois qu'on tient le guitariste du siècle ! Vivement les prochains albums !


Retour en 2012...

Ah ben oui, pour un 18ème album, le constat est largement différent. Suivant les fans, certains diront qu'Yngwie ne nous a pas pondu un bon album depuis "Odyssey", ou "Seventh Sign" ou encore "Unleash the Fury" pour les plus complaisants.
Gros point noir, yngwie chante et (sauf pour ses titres "bluesy") il faut dire que ce n'est vraiment pas une réussite. Pitié, Maître ! redonnez-nous un Jeff Scott Soto, ou un petit Doogie White au moins...
La production mériterait aussi un "vrai" producteur pour apporter un coup de neuf. Ce son inimitable, que ce soit en son saturé ou en acoustique, commence à dater et on aurait pu espérer un traitement plus actuel.
Les compositions ont également un petit goût de "déjà vu" et quand Yngwie a une panne d'Inspiration, il n'hésite pas à repomper ses plans les plus efficaces : Autres tonalités, inversion, plus rapide, mélangés entre eux, tout y passe...



Alors oui, on a quand même du bon, des riffs excellents, des mélodies superbes, du blues, de belles compositions dans l'ensemble, mais souvent alourdies d'envolées et d'avalanches de notes qui n'ont plus l'effet escompté sur les fans de la première heure.
Maître, Vos pouvoirs sont extraordinaires et divins mais il semble que vous ayez noyé par inadvertance vos serviteurs sous un déluge de virtuosité.
Maître ! Maître ! par vos pouvoirs célestes, créez-nous un nouveau monde comme vous l'avez fait en 1984, plein de surprises, d'étonnement, et de plaisirs.

Maître, vous m'entendez ?! Maître ??....


0 Commentaire

6 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire