Speak English or Die

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Stormtroopers Of Death
Nom de l'album Speak English or Die
Type Album
Date de parution 30 Août 1985
Style MusicalCrossover
Membres possèdant cet album252

Tracklist

1. March of the S.O.D.
2. Sargent D & the S.O.D.
3. Kill Yourself
4. Milano Mosh
5. Speak English or Die
6. United Forces
7. Chromatic Death
8. Pi Alpha Nu
9. Anti-Procrastination Song
10. What's That Noise
11. Freddy Krueger
12. Milk
13. Premenstrual Princess Blues
14. Pussy Whipped
15. Fist Banging Mania
16. No Turning Back
17. Fuck the Middle East
18. Douche Crew
19. Hey Gordy!
20. Ballad of Jimi Hendrix
21. Diamonds and Rust
22. Ram It Up (Inferno Cover)
Edition Platinum 20ème anniversaire :
22. Identity
23. Go
(songs 24 - 32 were recorded live in Tokyo in 1999)
24. March of the S.O.D./Sargent D and the S.O.D. (Live)
25. Kill Yourself (Live)
26. Milano Mosh (Live)
27. Speak English or Die (Live)
28. Fuck the Middle East/Douche Crew (Live)
29. Not/Momo/Taint/The Camel Boy/Diamonds and Rust/Anti-Procrastination Song (Live)
30. Milk (Live)
31. United Forces (Part I) (Live)
32. United Forces (Part II) (Live)

Chronique @ Fabien

20 Novembre 2007
Durant la période Spreading The Disease au sein d’Anthrax, Scott Ian, désireux d’exploiter ses nombreuses idées thrash hardcore, monte rapidement le projet Stormtroopers Of Death avec ses potes Charlie Benante (Anthrax), Dan Lilker (Ex Anthrax, Nuclear Assault) et Billy Milano (futur MOD). Scott Ian assemble alors ses riffs avec ses acolytes et enregistre Speak English or Die en un temps record, en cette année 1985, pour le compte de l’écurie Megaforce.

Loin des constructions alambiquées d’Anthrax, les morceaux de SOD sont directs et accrocheurs, joués sur une grande vitesse d’exécution et développant une assise rythmique propre au thrash, avec le couple basse batterie de Lilker et Benante très imposant. Mais parallèlement, l’album juxtapose les riffs de Ian et les vocaux de Milano à l’esprit hardcore metal, celui d’Agnostic Front, DRI ou Suicidal Tendencies de l’époque. Ainsi, l'une des premières véritables fusions entre la lourdeur du thrash et la spontanéité du hardcore est née, qualifiée deux ans plus tard de Crossover, lorsque DRI apporte définitivement le terme avec son troisième album Crossover, et que MOD et S.Tendencies confirment ce style à part entière avec USA For MOD et Join The Army.

Débutant par une intro fichtrement entraînante, Speak English or Die donne le ton et enchaîne alors avec une myriade de morceaux très percutants, à l’image des terribles Sargent Of The SOD, Kill Yourself, United Forces, Freddy Krueger ou encore Milk et ses proto-blasts étourdissants, pour citer les morceaux les plus thrash, ou encore du très rapide Douche Crew et de son break particulièrement assassin. SOD est également un esprit de franche rigolade, lâchant une série de titres désinvoltes compris entre quatre secondes et un peu plus d’une minute, apportant au final une bonhomie considérable, mais aussi un lot de riffs mémorables, à commencer par les excellents Princess Blues ou Fuck The Middle East.

Dans la veine de S.Tendencies (l'album) et du Dirty Rotten LP (DRI) sortis deux ans auparavant, Speak English or Die débarque avec ses accents thrash bien plus prononcés. Sous leurs airs désinvoltes et sans arrières pensées, Scott Ian et sa bande imposent un classique thrash des années 80’s, parvenant en plus à réunir thrashers et keupons au sein des même pogos.

Fabien.

7 Commentaires

14 J'aime

Partager
eulmatt - 20 Novembre 2007: Voilà un disque (un groupe) bon esprit, de l'énergie en barre, sans prétention mais bourré de talent et de punch.
Fabien - 03 Janvier 2010: Si tu ne perçois pas d'influence hardcore dans le crossover de SOD, c'est qu'il te reste alors encore beaucoup à apprendre de la scène des eighties, chanceux.

DRI, MOD et Suicidal Tendencies appartiennent effectivement à cette même école à l'origine de la fusion entre hardcore et thrashmetal, au même titre que Corrosion of Conformity, Excel, Uncle Slam, Agnostic Front, Cro-Mags, Cryptic Slaughter, j'en passe et des meilleurs. Quelques albums comme Dirty Rotten LP, Suicidal Tendencies, An Eye for an Eye, Age of Quarrel, Cause for Alarm, Convicted, Split Image ou Speak English or Die représentent à mes yeux les fondements mêmes de ce style crossover US, principalement issu des états de New York et de Californie.

Quant à Discharge, c'est avant tout l'école hardcore punk anglaise. Le groupe possédait en revanche une rapidité et une lourdeur toutes particulières, ayant aussi bien influencé les jeunes thrashers comme Slayer ou Metallica, ou encore les futurs grinders de Napalm Death, Extreme Noise Terror ou SOB.

Thrash now, work later.
Fabien.
toto72 - 02 Mai 2011: non de Zeus, l'avais completement oublié celui la !!
vite,amazon.fr,me voila!
yaooouuu !!!!
mechant - 25 Mai 2019:

Acheté en 99 à la sortie de "Bigger than the devil" avec ce dernier, ce fut 1 atomisation des cervicales en règle! 

Cet album est 1 concentré de baston en concert!

Les morceaux sont courts et energiques, etudiés pour transmettre 1 farouche envie de tout peter... 

Enfin j'ai tjrs trouvé que SOD etait 1 RAMONES en version Thrash-crossover-hardcore  avec ce coté sympa....

Bref à posseder!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire