Shift

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nasum
Nom de l'album Shift
Type Album
Date de parution 11 Octobre 2004
Enregistré à Soundlab studios
Style MusicalGrindcore
Membres possèdant cet album101

Tracklist

1. Particles 01:15
2. The Engine of Death 01:46
3. Twinkle, Twinkle Little Scar 01:46
4. No Paradise for the Damned 00:32
5. Wrath 02:14
6. Fear Is Your Weapon 00:43
7. The Deepest Hole 01:47
8. High on Hate 00:40
9. Pathetic 01:22
10. Circle of Defeat 01:10
11. Like Cattle 01:36
12. Ros 01:25
13. The Smallest Man 02:07
14. Cornered 00:35
15. Strife 01:40
16. The Clash 01:31
17. Hets 01:26
18. Closer to the End 01:49
19. Fury 02:36
20. Fight Terror With Terror 02:26
21. Ett inflammerat sår 00:58
22. Deleted Scenes 02:34
23. Creature 01:21
24. Darkness Falls 02:01
25. DLTD (Japan bonus) 00:39
26. Gravar (Japan bonus) 00:27
Total playing time 38:26

Chronique @ Hellriser

16 Décembre 2006
Étant l'ultime album précédant le malheureux tsunami qui a emporté Miesko A. Talarczyk, "Shift" est un incontournable pour les fans de Nasum.

Nul ne sera déçu, la voix criarde et rageuse de Mieszko A. Talarczyk, les blast beats ainsi que les riffs de guitares tout aussi puissants les uns que les autres font de chaques pièces un véritable hymne à la destruction. Mieszko est peut-être mort désormais, mais à chaque écoute on le sent revivre et c'est ce qui crée la magie présente tout au long de l'album.

Un des points forts à mon avis de "Shift" est sans aucun doute les paroles. Du début à la fin, on a droit à une incontestable critique de la société qui nous fait réaliser que l'humain est un véritable manipulateur qui nous cache sans cesse la vérité. Ce qui fait tout drôle, c'est qu'en prenant connaissance de ces paroles, la musique prend une toute autre forme. Elle devient comme un pilier supportant chaque syllabe, chaque cri de rage.

Ce qui est remarquable dans la façon de Nasum de manier l’art du grindcore sur "Shift", c’est les transitions entre les différents riffs et les différentes mélodies. Malgré la courte durée de pièces (certaines dépassent tout juste les 50 secondes), on remarque qu’ils prennent le temps de bien inculquer leur riff avant de passer à un autre.

La production est aussi juste et équitable, car en effet, le grind, ce n’est pas du true black metal, on se doit d’avoir un minimum de qualité sonore tout en gardant les aspects plus old-school du son des débuts thrash pour que l’auditeur puisse sentir la rage des riffs et ce, Nasum l’effectue à merveille.

Bref tous ces facteurs font que Nasum est passé maître et est maintenant un groupe incontournable du grindcore. Ces facteurs font aussi que Nasum va bien me manquer. Cet album est un des meilleurs que je possède pour toutes les raisons que j’ai mentionnées plus haut. «Mieszko is not dead» comme le démontre si bien ce "Shift".

Mes pièces préférées : The Smallest Man, Fury, Closer to the End, Deleted Scenes

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
Txeroki - 09 Juin 2011: chronique très pertinente

pour ma part, énorme album que je viens de découvrir, du grind intelligent comme on aimerait en entendre plus! sublime album!!
et cette voix!! j'en ai encore des frissons
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Necroreaper

23 Décembre 2004
C’est en cette fin d’année 2004 que Nasum a décidé de sortir sa nouvelle production nommée Shift. Formé par l’incontournable Mieszko à la guitare et au chant, Urban à la guitare, Jon à la basse et au chant et Anders à la batterie, Nasum reste fidèle à ce qu’il fait de mieux c'est-à-dire un grindcore hyper rapide aux influences hardcore et thrash metal. Shift se fait plus rapide (est-ce possible ?) et un peu plus sombre que son prédécesseur Helvete. La musique est dévastatrice et ultra violente. Bref, ce Shift est vraiment un album incontournable et sûrement, pour moi, l’un des meilleurs albums de grind de cette année.
Signé sur le label Burning Heat Records et enregistré par Mieszko, Shift bénéficie naturellement d’une production ultra puissante et atomique comme ce dernier sait la faire. Cette puissance sonore opère au détriment de la clarté des mélodies aussi minimalistes soit-elles. Bref, c’est du grand art grind.
Musicalement, les riffs de guitares sont ultra rapides, des fois sombres et puissants. Ils donnent à la musique une immense impression de vitesse, de violence et de brutalité. Les riffs hardcore se marient très bien avec le reste de l’amas sonore qui nous est proposé. Bref, c’est la guerre. La batterie est ultra rapide presque toujours en blasts beat continus. Heureusement que nous avons quelques mid tempos et parties de guitares entraînantes pour souffler un peu. Le chant est toujours aussi criard et hurlé et il colle parfaitement au reste de la musique.
Bref, c’est un grand album de grindcore que nous propose le dieu Nasum. A posséder.

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire