Shadows

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Creepmime
Nom de l'album Shadows
Type Album
Date de parution 1993
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album7

Tracklist

1. The Fruits of Ill Virtue 05:13
2. A Serenade for the Tragic 05:32
3. Suffer the Shadows 05:59
4. The Way of All Flesh 05:48
5. Chinese Whispers 06:56
6. Soon Ripe, Soon Rotten 07:01
7. Gather the Shattered 05:50
8. My Soul Flayed Bare 05:38
Total playing time 47:57

Commentaire @ Fabien

27 Décembre 2012

Fondé en 1991 par le guitariste Andy Judd et le guitariste chanteur Rogier Hakkaart, Creepmime fait partie de la seconde vague de groupes deathmetal néerlandais, ayant emboité le pas aux pionniers du genre comme Pestilence ou Thanatos. Grâce à sa démo Anthems for a Doomed Youth, le quatuor attire l’attention du jeune label hollandais Mascot Records, qui lui propose un deal pour la sortie de son debut-album tout en s’associant avec Pavement Music sur le territoire nord-américain. Ayant modifié son line-up avec l’arrivée du batteur Frank Brama et du bassiste Mark Hope, Le groupe rejoint alors Hand Pieter en été 1993 aux studios Excess, lieux qui ont vu défiler un sacré paquet de formations célèbres au fil des années, comme Gorefest ou Sinister. Nos musiciens bénéficient parallèlement de l’aide précieuse de Patrick Mameli (leader de Pestilence), qui participe au mixage et s’investit dans le processus de production.

Paru à cheval entre 93 et 94, Shadows ne bénéficie pas d’une pochette parmi les plus réussies, de surcroît en décalage avec les thèmes du quatuor abordant divers sujets personnels et de société. La mélancolie des paroles se retrouve dans la musique de Creepmine, qui délivre un deathmetal assez sage, loin de la brutalité excessive de son homonyme Sinister. Les guitares rythmiques & leads soignées de The Fruit of Ill Virtue ou Soon Ripe Soon Rotten, l’ambiance feutrée d’A Serenade for the Tragic s’ouvrant sur un plan acoustique, dénotent ainsi une réelle volonté de démarcation. Mais globalement, Shadows peine à décoller et la lassitude se fait régulièrement sentir, là où l’on attend par moment un peu plus de rage et de dynamisme. Ce premier album manque ainsi de points forts pour faire la différence, restant dans la masse des réalisations de l’époque malgré une certaine originalité.

Fabien.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Creepmime