Resurrection

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Operation Mindcrime
Nom de l'album Resurrection
Type Album
Date de parution 23 Septembre 2016
Style MusicalHeavy Progressif
Membres possèdant cet album10

Tracklist

1. Resurrection
2. When All Falls Away
3. A Moment in Time
4. Through the Noize
5. Left for Dead
6. Miles Away
7. Healing My Wounds
8. The Fight
9. Taking on the World (ft. Tim "Ripper" Owens and Blaze Bayley)
10. Invincible
11. A Smear Campaign
12. Which Side You're On
13. Into the Hands of the World
14. Live from My Machine

Chronique @ frozenheart

07 Octobre 2016

Un album d'une grande platitude!

C'est pratiquement un an jour pour jour que Resurrection, le deuxième volet en trois actes du groupe Operation Mindcrime formé par Geoff Tate (ex-Queensryche) et distribué par le label italien Frontiers Records, arrive dans les bacs.
C'est donc avec une certaine fébrilité que j'entame l'écoute et là, grosse déception! En effet, ce coup ci, le groupe nous servira en début d'album une soupe indigeste faite de morceaux lents, convenus et indignes de The Key, l'opus précédent. Heureusement, la deuxième partie s'avérera plus percutante et réussie que cette série de 6 titres mous, ennuyeux comme la mort.

Pour ce second acte, Tate reprendra la même équipe de musiciens émérites que sur The Key et qui se relaieront tour à tour. À savoir, Kelly Gray (Queensrÿche), Scott Moughton, Nick Greatrex, aux guitares, Randy Gane aux claviers, David Ellefson (Megadeth, F5), John Moyer (Adrenaline Mob, Disturbed) à la basse et les prodigieux batteurs que sont Simon Wright (AC/DC), Scott Mercado et Brian Tichy (Billy Idol, Whitesnake). Des musiciens et instrumentistes certes très talentueux, mais jouant trop en-deçà de leurs compétences respectives.

Oublions un instant les quatre premiers morceaux aux ambiances de claviers (samples) électro, incrustées de bruitages et sonorités électroniques sans intérêt, si ce n'est que d'apporter une sensation de remplissage à cet insupportable album! Même "Healing My Wound" avec son superbe solo de saxophone ne parviendra pas à nous émouvoir ne serait ce qu'un instant. Il faudra patienter jusqu'au progressif et correct "Invincible" pour enfin voir la lumière au bout du tunnel. Ce titre se distinguera par un long pont aérien et un solo de guitare aux effets Wha Wha, tout bonnement ahurissant. "Taking on the World", où les talentueux chanteurs Tim "Ripper" Owens et Blaze Bayley sont venus donner le change à un Geoff Tate poussif, aura du mal à nous convaincre, confirmant ainsi le désastre annoncé.

Poursuivons notre écoute avec l'impulsif et très réussi "A Smear Campaign". Auréolé d'un magnifique solo central de saxophone joué par Geoff Tate, il nous rappellera à bien des égards le magnifique "Promised Land" du groupe Queensrÿche. Passons au galopant et assez expérimental "Which Side You're On" qu'on croirait échappé de l'album Earthling de David Bowie, aussitôt suivi par l'étrange "Into the Hand of the World" démarrant sur des roulements de toms, pour réellement partir sur une rythmique alambiquée digne du groupe Progressif Tool, période Undertown. L'album s'achève comme il a commencé (c'est-à-dire très mal), avec le mollasson "Live from My Machine" long de 6:11 interminables minutes de médiocrité.

Quant à la pochette et l'artwork très dépouillé, dans des tons austères et moches, n'en parlons pas! Nous excuserons le groupe pour cette énorme faute de goût, qui sera le reflet exact du contenu musical de la galette.

Au final, nous aurons droit à un album à la morosité persistante, et cela, sur plus de sa moitié. Cette fois-ci, Geoff Tate et son groupe nous serviront des compositions peu originales, chantées sans conviction et émotion, accompagnées par une instrumentation certes très professionnelle, mais manquant de substance. Sur sa seconde moitié, l'opus arrivera tout de même à retenir l'attention des auditeurs les plus coriaces.

Il ne nous reste plus qu'à patienter jusqu'à la sortie du troisième et dernier volet de cette saga, qui n'a de futuriste que son titre.

25 Commentaires

6 J'aime

Partager

 
indo62 - 11 Octobre 2016: Affirmative car pour moi Jeoff Tate est et restera l'âme de Queensrÿche devant l'éternel.

C'est pas parce qu'il a perdu son procès face au reste du groupe et qu'il n'a plus le droit d'utiliser le nom de Queensrÿche.

D'ailleurs, je trouve amusant le nom son groupe nouveau"Operation Mindcrime".

Une sorte de pieds de nez à ses anciens compagnons de route.




Hellsheimer - 11 Octobre 2016: Le joies des engueulades entre musiciens. Et tu fais quoi de l'entité qui a gardé le nom Queensrÿche? Parce qu'en live ça tient la route aussi.
 
indo62 - 11 Octobre 2016: Je ne suis pas emballé par l'opus sortie l'année dernière par le groupe Queensrÿche "officiel".
Ils nous servent un métal "bateau", prévisible sans aucune originalité, bien que cela reste d'excellents musiciens.

Le catalyseur de ce groupe, c'était vraiment Jeoff Tate.
Avec lui chaque album était différent et non pas une simple copie de l'album précédent.

Geoff Tate n'hésitait pas à prendre des risques, s'affranchir des codes, mélanger tous les styles quitte à ne pas plaire à tout le monde et parfois déboussoler les fans.

Geoff Tate a toujours refusé de s'enfermer dans un style musical. Il a toujours fait la musique qu'il lui plaisait et tant pis si cela ne plaisait pas à tout le monde.
Mais, c'est ce qui faisait la force de ce groupe au-delà des critiques.

Jeoff Tate a toujours revendiqué cette liberté artistique qui na pas été comprise par nombre de fans et la presse spécialisée qui se sont évertués à descendre ce groupe dans la seconde partie des années 90 et dans les années 2000.

Les musiciens de Queensrÿche ont cru mettre un terme à cette impopularité en virant Geoff Tate.
Mais ils ont fait une bourde en le virant, se privant de son talent créative qui faisait justement la force de ce groupe.

Car Queensrÿche (époque Jeoff Tate) a toujours conservé un noyau dur de fans qui avaient compris sa démarche artistique et appréciait ce groupe à sa juste valeur.

Perso, je n'ai jamais compris le mépris pour la musique de ce groupe à cette période.
Chaque sortie d'un nouvel album de Queensrÿche faisait l'objet d'un pilonnage en règle.
C'est bien dommage !

Geoff tate poursuit maintenant sa route seul en multipliant les collaborations avec différents musiciens (pour certains prestigieux dans le milieu de métal) pour notre plus grand plaisir (et le sien).

Je pense que pour lui cela doit être aussi un soulagement, une renaissance et je pense que les critiques il n'en a plus rien à foutre.
Il compose la musique qu'il lui plait et tant mieux s'il y a encore des gens qui aiment ce qu'il fait.

Mais je pense que pour lui, là n'est pas le plus important. Créer, composer, écrire, c'est dans son ADN et il ne vit que pour cela.
David_Bordg - 14 Octobre 2016: j'avais beaucoup aimé le premier volet, j'espère ne pas etre decu par cette suite: RESURECTION! mais vu vos commentaires ca fait peur! je l'écouterai pour me faire ma propre opinion et pour savoir si il faut l'acheter ou non!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Operation Mindcrime