Reminiscences

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Zalys
Nom de l'album Reminiscences
Type Album
Date de parution 10 Mars 2015
Style MusicalDark Ambient
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. Leaking in the Machine Room
2. Aftermath
3. Hopeless Mind
4. Downfall
5. Into Oblivion
6. Industrial Dementia
7. System Failure
8. Reminiscence
9. The Last Remains of Humanity

Chronique @ Dotflac

19 Avril 2015

Machine humaine

Porté par sa créatrice depuis un peu plus de deux années, le projet français Zalys continue son petit bout de chemin pavé d'ambiances spatiales anxiogènes aux couleurs sombres et résolument drone. Après moults albums, EPs et collaborations, le dernier LP de Zalys sort sur le (très) discret label espagnol Arecibo Records, portant le nom évocateur de Reminiscences.

Le premier abord de cet album se fera d'une manière assez directe : les sonorités industrielles et cosmiques seront très vite associées aux titres des pistes qu'elles illustrent, et évoqueront assez primairement une lente descente aux enfers pour le protagoniste que l'on suit depuis le début de la discographie de M. , confronté aux affres de la machinerie capricieuse de son cocon mécanique de vie et perdu au milieu du vide intersidéral. Mais le point de vue externe de ce début d'écoute va progressivement se tourner vers un point de vue interne, avec une nette transition dans le titre Downfall, où la réverbération des drones vers l'infini et l'absence d'éléments indus traduisent autant la dérive de la situation a priori inextricable du personnage que sa propre prostration.

S'en suivent des titres schizophréniques aux points de vue multiples, rendant la frontière entre l'état psychologique du survivant et l'intégrité structurelle de l'astronef de plus en plus floue ; à l'image de Industrial Dementia, où l'on ne pourra jamais dire avec certitude que c'est le vaisseau qui commence à rendre l'âme, ou bien que c'est le héros qui perd ses repères et est victime d'hallucinations visuelles et auditives. Laissant à son habitude le doute sur l'issue des événements, Zalys clôture l'album avec une piste sombre mais relativement ouverte, avec un œil déjà sur la suite plus que certaine des aventures du protagoniste.

C'est donc là que réside l'intérêt le plus notable de cet album, car son approche au préalable concrète des péripéties arrivant à bord du vaisseau se transforme au rythme des sessions d'écoute, et il semble à chaque fois plus évident que Zalys cherche au travers des déboires mécaniques vécus dans Reminiscences à illustrer l'évolution de l'état d'esprit du personnage, condamné pour le moment à la solitude, l'isolement et l'incertitude, et ne pouvant se raccrocher qu'à des souvenirs flous d'un passé plus heureux mais déjà trop lointain.

Échos vers l'infini ou oubli de soi dans Downfall ? Panne générale ou fractures mentales dans System Failure ? Parle-t-on des dernières parts d'humanité au sens moral ou bien de l'espèce humaine dans The Last Remains Of Humanity ? L'ambivalence des titres se révèle être la colonne vertébrale de cette sortie, et son interprétation ne dépendra que de vous, mais les deux strates de lecture sont autant valables l'une que l'autre.

Bien plus orienté dark ambient claustrophobique que space ambient à champ de vision large pour cette sortie, Zalys n'oublie cependant pas ses racines spatiales et ses élans mélodiques diffus grâce à des drones insondables émulant la noirceur et l'infinité de l'univers qui nous entoure et des apparitions fugaces de notes dissonantes. Comme pour prouver que je ne raconte pas que des conneries, le titre Reminiscence et ses sonorités élastiques un peu plus chaudes évoqueront le héros qui se raccroche à des souvenirs diffus d'une époque de sa vie passée, cherchant à oublier momentanément la situation hors de contrôle qu'il est en train de vivre ; mais surtout, ce morceau rappellera les travaux plus anciens de l'artiste, une manière d'affirmer l'évolution du projet sans renier ses origines et toute l'histoire autour de laquelle s'articulent les différentes sorties.

Reminiscences s'écoute donc plusieurs fois pour en capturer ses significations, et même si connaître le passif de Zalys aide à comprendre des détails dans ses compositions, il ne sera pas nécessaire d'en savourer déjà le message plus concret qui baigne dans le dark ambient tourné vers les étoiles, mais lorgnant de préférence à proximité des trous noirs.

4 Commentaires

7 J'aime

Partager
LeLoupArctique - 19 Avril 2015: Chronique très intéressante, merci à toi. Honnêtement je ne pourrais pas aller aussi loin dans l'interprétation, c'est un album que j'écoute de temps en temps depuis qu'une certaine "M." me fait écouter ses morceaux et j'aime beaucoup mais sans me poser autant de questions.
AlonewithL - 19 Avril 2015: Moi, j'aime bien ce qu'elle fait depuis peu. Merci pour la chro.
Dotflac - 19 Avril 2015: Merci à vous pour les retours :-) @LeLoupArctique : vu que je suis plusieurs dans ma tête, c'est facile de donner plusieurs sens à un album ! L'ambient en général me donne cette liberté que je ne trouve pas dans d'autres genres, celle d'interpréter plus librement les sonorités, purement guidé par mon humeur du moment et le titre de la piste/de l'album.
AlonewithL - 19 Avril 2015: "vu que je suis plusieurs dans ma tête"

Ah misère! Mon pauvre ami! J'espère qu'ils ne sont pas dans le noir là dedans et qu'ils ont au moins l'eau et l'électricité. ^^
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire