Read Between the Lines

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Jehangir Aziz Hayat
Nom de l'album Read Between the Lines
Type Album
Date de parution 2009
Style MusicalGrunge
Membres possèdant cet album2

Tracklist

1. Bringing Me Down 02:38
2. Frozen Waters 04:15
3. Pretend to Be 04:37
4. Guardians of the Gates 04:18
5. Penny Eyes 03:57
6. I Remember 04:47
7. Never Change 03:38
8. Show Me Something Real 04:22
9. Read Between the Lines 04:13
10. Light the Fuse 04:40
11. Pouring on Memory Lane 03:14
12. See You Soon 08:15
Total playing time 53:13

Chronique @ Hacktivist

23 Octobre 2013

Le grunge compte maintenant dans ses rangs l'un de ses plus grands espoirs.

Que connait-on exactement du Moyen-Orient dans la culture metal, si ce n'est les principales têtes qui osent sortir de l'anonymat et s'importer un peu partout dans le monde comme Orphaned Land ? On le sait depuis un certain temps maintenant, règne là-bas, une terre sombre vouée à officier dans la musique dite extrême sous toutes ses formes, allant du plus soft jusqu'au black oriental arabe, noir et menaçant comme Al Namrood. Si pour autant, le peu de représentants metal dans chacun de ces pays s'avère être un frein pour ceux qui souhaitent s'y aventurer, la qualité des mélodies et les émotions délivrées offrent une belle part de prestige dans les pays européens, friands de metal oriental.

Entouré par l'Afghanistan, l'Inde ou encore la Chine, le Pakistan, même s'il est fortement exposé à la culture arabe du Moyen-Orient, reste un pays un peu plus libre musicalement (il faut tout de même relativiser). Il manquerait ainsi, comme il faut s'en douter, de grands moyens d'exposition et de diffusion. Jehangir Aziz Hayat a donc su être le premier à s'imposer véritablement dans la scène metal pakistanaise, en délivrant son premier single "Never Change" en 2004, à l'âge de 16 ans seulement, l'élevant comme fier représentant du grunge au Pakistan.

Pour cause, il peut aussi bien passer d'une voix posée et mélodique, émouvoir ses auditeurs par les histoires de sa vie qui l'ont particulièrement touché, partir vers des notes plus sombres avec toute la rage et l'aspect crasseux du grunge, ou bien encore fusionner le metal avec des sonorités parfois arabisantes et donc plus fines. Ce dont on rêverait d'un album pour qu'il franchisse le palier de la reconnaissance, et ainsi pouvoir goûter à un succès bien mérité. "Read Between the Lines" - même s'il n'est encore qu'un premier album, possède déjà toute la maîtrise d'un grand ouvrage et rassemble un incroyable panel d'émotions, constituant la richesse même de cet essai.

Musicalement, Jehangir Aziz Hayat pourrait se situer dans la branche du grunge dit "oriental" - dont les représentants sont finalement très peu nombreux. Seuls les américains de Live arrivent à s'en rapprocher, depuis la sortie de "Secret Samadhi" en 1997, sans pour autant plonger ses auditeurs dans une ambiance typiquement orientale, car ils n'ont jamais vraiment exploité leurs influences jusqu'à en tirer quelque chose de plus brute. Mais dans le cas de ce jeune pakistanais, on ne parle plus d'influences mais véritablement de sa propre culture, le berceau de son enfance. Autrement dit, ses racines.

Du fait de sa présence plutôt forte dans les pays orientaux, le metal extrême peut parfois servir à transmettre un message particulier, délivrer un sentiment de haine ou de désespoir, de façon à combattre ses problèmes et les interdits qu'il peut exister. Aussi, c'est sans une certaine noirceur que Jehangir nous délivre deux premières pistes ("Bringing Me Down" et "Frozen Waters") aux frontières du neo-thrash et du grunge bien grassouillet, tout deux, teintés de riffs sauce Pantera. Notre one-man-band semble d'ailleurs s'être volontairement rapproché de ses influences les plus sombres, avec "Penny Eyes" et ses ambiances morbides ou encore avec "See You Soon" livrant un message d'adieu dans un langage death atmosphérique, bien loin de n'être qu'un simple morceau de clôture, car contenant tout un ensemble de décors assez intrigants : choeurs mystiques, ambiance torturée, clavier dramatique...

On se rapproche d'ailleurs plus du style d'Ogün Sanl?soy en solo, sur la très personnelle "Pretend to Be" - avec toutefois, un côté profond et intime expliquant certainement l'intérêt du public vis-à-vis de ce morceau (ayant remporté plusieurs prix). Ainsi, cet album possède un bel équilibre entre le sombre et le mélancolique avec des titres tels que "I Remember" ou la magnifique ballade "Light the Fuse" qui viennent renforcer l'image d'un grunge solide, touchant et prometteur.

L'année 2009 aura non seulement signé le retour fracassant d'Alice In Chains, celui de Creed avec "Full Circle" - malheureusement aussi, la séparation tragique de Live, avec le départ de son leader charismatique... Mais finalement, le grunge compte maintenant dans ses rangs l'un de ses plus grands espoirs, qui en plus, représente à lui seul, le style dans le Moyen-Orient. C'est dire, que le jeune adolescent de l'époque "Never Change" a suffisamment mûri et a su exploiter son talent jusqu'à en tirer le meilleur de lui-même. Aucun doute, Jehangir Aziz Hayat a bel et bien fait avancer l'histoire du grunge en livrant son premier album "Read Between the Lines" - arrivant à combiner de nouvelles atmosphères, tout en gardant une base suffisamment solide.

3 Commentaires

4 J'aime

Partager
ComeBack - 25 Octobre 2013: c'est quoi comme grunge? genre aussi sombre que "Three Days Grace" de TDH? si t'as un truc pareil merci de recommander :)
LeLoupArctique - 25 Octobre 2013: Je vais peut-être commencer par cet album pour débuter dans le grunge alors ... Surtout que je cherchais récemment des groupes de metal oriental pas trop sombres, celui-là devrait me convenir. Merci en tout cas pour la très bonne chronique.
Hacktivist - 25 Octobre 2013: @ ComeBack : L'éponyme de 3DG, c'est plus du post-grunge et à part quelques morceaux comme "Home" ou à la limite "I Hate Everything About You" - c'est pas très sombre. Là, c'est du grunge oriental avec une partie très sombre voire morbide (Bringing Me Down, Frozen Waters, Penny Eyes, See You Soon par exemple) et une partie mélancolique/mélodique (Pretend to Be, I Remember, Light The Fuse...).


@ LeLoupArctique : C'est en effet, un bon choix pour commencer à découvrir le monde du grunge, surtout si tu aimes les sons un peu typiques et orientaux qui font voyager. Car de plus, avec cet artiste, tu auras déjà fait le tour de ce qui se fait en grunge dans le Moyen-Orient car je n'ai aucun autre nom de groupe à te proposer, sauf le projet parallèle du chanteur : The Baffled Penguins. Je te conseille donc d'écouter "Pretend to Be" - "I Remember" ou encore "Light The Fuse" en priorité, tu devrais aimer :)


Merci à vous deux!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Jehangir Aziz Hayat