Procession of the Kings

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Emetropia
Nom de l'album Procession of the Kings
Type EP
Date de parution 06 Juillet 2018
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Seasonal Warfare
 03:57
2.
 A Summer Breeze
 05:47
3.
 Lord of the Blizzards
 05:14
4.
 Procession of the Kings
 04:49

Durée totale : 19:47

Acheter cet album

Emetropia


Chronique @ ericb4

09 Août 2018

Une charismatique et émouvante proposition en guise de message introductif...

Nouvelle figure d'un metal symphonique à chant féminin aujourd'hui surinvesti, c'est pourtant sans complexe que se lance dans l'arène ce fringant sextet suédois originaire de Linköping. Aussi, entend-il précisément tenir la dragée haute aux Elvellon, Once, Beyond The Black, Walk In Darkness et autres Sleeping Romance, les espoirs les plus prometteurs de cette scène à l'heure actuelle. Emetropia semblerait donc se jouer de l'âpre concurrence continuant d'agiter ce registre pour tenter, à son tour, d'imposer ses gammes et ses arpèges à l'international. Et nos six acolytes n'ont tari ni d'allant, ni d'inspiration, ni de compétences pour caresser l'espoir de s'illustrer à court terme parmi les valeurs montantes du genre.

L'aventure démarra timidement en 2011 sous l'impulsion des guitaristes Olle Renius et Kevin Larsson Alm, du bassiste Benjamin Wallentoft et du vocaliste Elias Björkman, lorsqu'ils mirent sur pied Grayscale, groupe essentiellement investi dans des reprises. Mais ce n'est qu'en 2015 que le projet se consolida, et ce, avec l'intronisation du batteur Oscar Heikkinen, suivie de celle de l'émérite claviériste Liam Strand, ce dernier contribuant à conférer une dimension résolument épique au message musical. Il faudra toutefois patienter jusqu'en 2017 pour voir se stabiliser le line-up, avec l'arrivée de la frontwoman Lisa Wallenberg (ex-A Mace), en remplacement d'Elias, et du guitariste Jonathan Jacobson (Astagaad, A Mace), digne successeur de Kevin. Aussi, suivons l'équipage au grand complet dans ses pérégrinations...

Le collectif nord-européen connut alors une période d'intense activité, enchaînant les concerts à l'échelle locale et se lançant parallèlement dans le processus d'écriture de son introductif EP « Procession of the Kings », proprette auto-production qu'il acheva un an plus tard. Le temps pour nos six compères de peaufiner chaque portée de chacune de leurs quatre compositions, de les parer d'arrangements d'excellente facture et d'enchaînements sécurisés. Ce faisant, on plonge au cœur d'une œuvre metal mélodico-symphonique plutôt classique mais témoignant d'une impactante mélodicité et d'une probante technicité instrumentale. Dans la lignée de Nightwish (premierè période), Xandria, Delain ou encore Diabulus In Musica, le menu manifeste révèle néanmoins de personnels harmoniques, d'insoupçonnées variations et les prémisses d'une identité artistique stable.

A la lumière des passages les plus vitaminés, on plonge le plus souvent dans un océan de félicité. Ce que révèle d'entrée de jeu le tonique et ''delainien'' « Seasonal Warfare », et ce, à l'instar de ses couplets finement ciselés que relayent des refrains d'une redoutable efficacité. De plus, la fluidité de la ligne mélodique de l'ogive a pour corollaire les angéliques inflexions d'une sirène bien habitée. Mention spéciale pour le bref mais sémillant solo de guitare signé Olle Renius et que n'aurait nullement renié Lanvall (Edenbridge). On ne résistera pas davantage à la vague de submersion qui s'abat sur nous à l'aune de « Procession of the Kings » ; émouvant manifeste pop metal symphonique alimenté par un courant mélodique d'une rare élégance et, là encore, mis en exergue par les gracieuses et limpides modulations de la maîtresse de cérémonie.

Parfois, le groupe intensifie la cadence et la sécheresse de ses frappes, livrant une pulsionnelle et rayonnante plage propice à un headbang bien senti. Ainsi, s'imposera d'un battement de cils « A Summer Breeze », épique et ''xandrien'' méfait doté d'un léger tapping et d'un infiltrant cheminement harmonique. Jouant à plein sur les contrastes rythmiques et vocaux (des growls caverneux et des choeurs faisant écho aux graciles patines de la déesse), l'offensif effort distille en prime de truculentes rampes synthétiques. Autre hit en puissance à mettre à l'actif de nos six gladiateurs.

Par ailleurs, la troupe nous convie à un spectacle moins immédiatement accessible, misant davantage ses espoirs sur une technicité instrumentale plus complexe pour tenter de nous rallier à sa cause. Exercice de style périlleux mais parfaitement assumé et maîtrisé par nos compères. Ainsi, dans l'ombre d'un Nightwish des premiers émois, l'enjoué et un tantinet énigmatique « Lord of the Blizzards » se pare d'un prégnant legato à la lead guitare, de soudaines accélérations et de délicates variations atmosphériques. Loin de nous désarçonner, au fil des écoutes, le message musical parvient à nous retenir plus que de raison. Chapeau bas.

Palpitante et colorée, voire édulcorée, la menue rondelle délivre 19 minutes d'un galvanisant et émouvant spectacle, à l'ingénierie du son soignée. Aussi, force est d'observer qu'au terme d'un parcours aux airs d'une savoureuse ronde des saveurs, on remettrait volontiers le couvert. En outre, la jeune troupe a beaucoup appris de ses maîtres inspirateurs, et même digéré ses influences au point d'apposer son sceau sur chacune de ses compositions.

Toutefois, on aurait souhaité une palette plus étoffée en matière d'exercices de style, par l'octroi d'instrumentaux, de ballades et/ou de fresques, une diversification des joutes oratoires, et l'une ou l'autre prise de risque, ici aux abonnés absents. Néanmoins, à la lecture de ce magnétique et initial essai, nos six compères lancent un message fort à leurs homologues générationnels. Selon votre humble serviteur, il y a fort à parier que la formation suédoise ne soit qu'au début d'une histoire au long cours...

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Emetropia