Prey for Eyes

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Red Chord
Nom de l'album Prey for Eyes
Type Album
Date de parution 24 Juillet 2007
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album57

Tracklist

1. Film Critiques and Militia Men 01:04
2. Dread Prevailed (ft. Jonny Davy of Job For A Cowboy) 03:15
3. It Runs in the Family 02:07
4. Send the Death Storm 03:24
5. Prey for Eyes (ft. Jonny Davy of Job For A Cowboy) 04:31
6. Responsibles 03:41
7. Midas Touch 02:37
8. Tread on the Necks of Kings (ft. Nate Newton of Converge) 03:06
9. It Came from Over There (ft. Mirai of Sigh) 04:14
10. Intelligence Has Been Compromised 02:42
11. Open-Eyed Beast Attack 02:36
12. Birdbath 02:24
13. Bone Needle 03:38
14. Seminar 06:16
Bonustracks (European Edition)
15. Antman (Recorded Live at Sounds of the Underground)
16. Blue Line (Recorded Live at Sounds of the Underground)
17. Bread Pants
18. Black Santa (Live at Independence Day, Japan)
19. Ugly (Live at Independence D, Tokyo)
20. Dreaming in Dog Years (Recorded Live at Independence D, Tokyo)
21. Pile Up (Recorded Live at Big Daddy's Tallahassee, Florida)
Total playing time 45:35

Chronique @ tonio

04 Août 2007
« Prey for Eyes » est la troisième offrande de ce groupe formé en 2000. La pochette, fort réussie à mon goût, attire inévitablement l’œil. Sympa la demoiselle qui déguste des oiseaux morts !Est-ce une métaphore, une façon de nous dire que THE RED CHORD n’apprécie pas particulièrement le cui-cui mélodieux de nos amis les volatiles ? Possible, et vue l’allure de sa musique, sûr que le groupe préfère engloutir de la viande crue au p’tit dèj’ plutôt qu’un bol de café au lait !

« - Son précédent album, « Clients », m’avait quelque peu assommer par ses changements de rythmes incessants, ses constructions à tiroirs, bref, par son manque de cohérence général.
- Néanmoins, Tonio, je trouve que tu avais très habilement relevé le potentiel technique du groupe, que tu avais très finement perçu que les musiciens, malgré le chaos général de l’ensemble, avaient un sens prononcé du riff qui tue et une inspiration débordante.
- Merci beaucoup Tonio, c’est gentil ! Effectivement, je pense que je ne m’étais pas trompé et que mon oreille, musicalement très sensible, s’est montrée une fois de plus à la hauteur de sa réputation.
- Hahaha, sacré Tonio, heureusement que ta fierté est à la hauteur de ton talent, car sinon certains auraient vite fait de te cataloguer de prétentieux !
- Prétentieux ? Non non, seulement très doué, hahaha… »

Bon, ok, j’arrête là mes conneries. Mais j’aime bien me lancer des fleurs de temps en temps, c’est tout, c’est humain… Le style de THE RED CHORD ne varie pas d’un pouce avec ce nouvel album, à savoir un mélange de death, de grind et de hardcore (surtout pour les vocaux), style que le groupe exprime à travers des compos aux structures extrêmement complexes. Les cassures rythmiques sont incessantes, les breaks tous plus tortueux les uns que les autres, de quoi filer une bonne migraine aux amateurs de métal accessible. Si je trouvais l’album précédent plutôt fatiguant, celui-ci au contraire m’a captivé jusqu’au bout. Le style pourtant, reste le même, quel ingrédient THE RED CHORD a t’il donc rajouté à sa sauce pour que celle-ci prenne mieux ? En fait, je ne sais pas trop, mais les morceaux se révèlent plus compacts, mieux élaborés je pense, tout en restant malgré tout d’une extrême violence.
Les riffs, aux constructions très complexes, sont souvent bien éloignés des schémas classiques du death et le travail de composition reste en permanence impressionnant. Ainsi, certaines partie peuvent aussi bien faire penser à IMMOLATION ("Dread Prevailed"), qu’à PESTILENCE (le magistral final de "Seminar", l'instrumental "It Came From Over There"). L’ombre de NAPALM DEATH n’est parfois pas très loin non plus (l’excellente intro saccadée de "Bone Needle") et beaucoup de riffs renferment un esprit groovy qui rappelle, sans le plagier, le grand PANTERA.

IMMOLATION, PESTILENCE, NAPALM DEATH, PANTERA, que d’influences différentes pour un seul groupe ! Et cette mixture prend admirablement bien, bien mieux que sur l’album « Clients ». Certains titres se révèlent tout simplement irrésistibles, comme "Pray For Eyes", "Responsibles", "Tread On The Necks Of Kings" (quel riff à 1’40 !), "Seminar", ou l’instrumental planant "It Came…" sur lequel des synthés font leur apparition. Et je constate avec bonheur que cet album se bonifie au fil des écoutes !

J’étais certain que THE RED CHORD nous servirai bien mieux que le plutôt poussif « Clients » et je constate, sans me vanter, que je ne m’étais pas gourré. « Prey for Eyes », s’il reste destiné aux amateurs de brutalité, est un album mature et varié qui me fait espérer que le meilleurs reste encore à venir pour ce groupe. Une très bonne surprise pour moi, et par pitié, ne vous arrêtez pas à la première écoute, cet album nous livre ses trésors petit à petit…

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
Carrion - 21 Mars 2009: Très bonne chronique d'un très bon album!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire