Ov Apocalypse Incarnate

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Applaud The Impaler
Nom de l'album Ov Apocalypse Incarnate
Type Album
Date de parution 29 Mars 2019
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Abiogenesys
 
2.
 Vestiges
 
3.
 Trenchrot
 
4.
 Acid Cloud
 
5.
 Egnimatic Infection
 
6.
 Mung Farm
 
7.
 Machine Of Malice
 
8.
 Hellmouth
 
9.
 Ov Apocalypse Incarnate
 
10.
 Angel Lust
 
11.
 Parasitic Entities
 
12.
 Ununoctium
 

Chronique @ Groaw

08 Mai 2019

L’apocalypse est tumultueuse mais demeure bien trop traditionnelle pour esquisser un portrait satisfaisant

Il nait de ces formations qui s’efforcent dans une musique conventionnelle, sans aucune débouchée, présentes pour produire un disque, ni plus ni moins. Et Applaud The Impaler semble faire partie de ces quintets dont la conception de la musique semble être assez limitée, si modérée qu’elle en devient contrariante, presque agaçante. Originaire des Etats-Unis et marquant treize années d’existence, le quintuor n’aura pourtant sorti que deux EP, assez insipides et quelconques, malgré une impétuosité remarquable.

Après cette dizaine d’années de longévité et presque sept ans après leur dernière autoproduction, nos musiciens sortent enfin leur premier album full-length du nom d’Ov Apocalypse Incarnate, ouvrage oscillant entre deathcore et death grind et où nous allons revivre la mort tel que le groupe nous l’a déjà fait éprouver. Oubliez tout de suite une quelconque comparaison avec Carcass, Cattle Decapitation, Napalm Death ou encore Terrorizer pour ne citer qu’eux, il n’en sera presque rien.

Ici, nous allons vivre un véritable enfer, une déferlante de riffs continus, bien plus liés à des groupes tels que Thy Art Is Murder ou encore Carniflex. Ne vous attendez pas avoir de coupures ou de répits, plus communément appelé breakdown : technicité, cataclysme et impétuosité seront les seuls maîtres mots de cette destruction sanglante et primitive. Cependant, il sera simple de se rendre compte de la qualité d’écriture qui se dégradera de manière significative, due à une absence presque totale d’une quelconque variation sur les compositions.

Le groupe mise tout sur la complexité, l’hâtiveté et la dévastation sans se soucier de l’aspect esthétique de leur musique. On retrouve ce même aspect en ce qui concerne le vocal : intrépide, inhumain mais terriblement indifférent. Dans le résultat final, cela se ressent fortement : on se retrouve les premières minutes plutôt conquis, enivré par toute cette frénésie cette insouciance puis, on commence à être pris par l’ennui, par la monotonie et par ce manque impressionnant d’effet de surprise. Tout est prévisible, tellement devinable qu’on ne trouve pas véritablement d’intérêt à l’écoute des morceaux.

Le quintuor ne se cache pas de ce concept classique et les titres, même si ressemblants, s’avèrent tout de même être brutaux, chaotiques et énergétiques. Et parmi eux, il y en aura même un qui sortira du lot : Ununoctium, le seul instrumental plus mélodique, presque symphonique qui, même s’il avérera aussi fougueux et hargneux par la suite, sortira un peu plus des sentiers battus. Une différence si anodine qui en feront malgré tout un titre marquant.

L’apocalypse est tumultueuse mais demeure bien trop traditionnelle pour esquisser un portrait satisfaisant. Ov Apocalypse Incarnate incarne l’album quelconque, dénué d’intérêt, ni mauvais, ni bon, trouvant sa seule véritable valeur dans la dévastation. Pour se briser les cervicales, il sera votre meilleur remède. Pour une recherche musicale, ne serait-ce infime, il sera votre pire poison. La messe est dite et il ne restera plus qu’à faire votre choix : la vie ou le paradis.

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
Goneo - 14 Mai 2019:

Cela me fait un peu le même effet, au début je me suis dis "Wouah cette violence ! " c'est technique, brutal...... puis vite imbuvable en faite... je mets des notes en veux tu en voilà, de la bidouille mais au final on s'ennuit.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Applaud The Impaler