One Wing

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
19/20
Nom du groupe The Chariot
Nom de l'album One Wing
Type Album
Date de parution 28 Août 2012
Produit par Matt Goldman
Enregistré à Glow In The Dark Studios
Style MusicalHardcore Noise
Membres possèdant cet album19

Tracklist

1. Forget 02:22
2. Not 02:54
3. Your 01:08
4. First 03:45
5. Love. 03:25
6. Speak 02:11
7. In 02:15
8. Tongues 04:27
9. And 02:36
10. Cheek. 05:48
Total playing time 30:51

Chronique @ BlackDieRose

11 Mars 2013

Cardiaques et âmes sensibles s’abstenir….

The Chariot est une sacrée bande de cinglés qui officie dans un Hardcore/Mathcore (très) anarchique, totalement fou, dérangé et déstructuré. Après l’haletant et suffoquant Long Live, ils nous reviennent deux ans plus tard, une nouvelle galette sous le bras, intitulé One Wing. Pour ceux qui ne connaissent pas ce combo d’Atlanta sachez que The Chariot est dans la place depuis sa formation en 2003. Le groupe a été crée par le chanteur Josh Scogin après son départ de Norma Jean, autre combo d’Atlanta oscillant entre Metalcore et Mathcore. Aujourd’hui le groupe est constitué de Josh Scogin au chant, David Kennedy à la batterie, Brandon Henderson et Stephen Harrison à la guitare et Jon Kindler à la basse. Passé un artwork enfantin mais bien sympathique et empreint du délire du groupe, préparez vos oreilles car The Chariot a ajouté des nouveaux éléments à son arsenal déjà dévastateur.

De nouveau réuni autour de leur producteur habituel, Matt Goldman, on remarque que The Chariot reste égal à lui-même avec un son toujours très concentré. Goldman a réussi un véritable tour de force en parvenant à conserver un son audible dans cet immense bazar sonore. On entame donc la galette avec "Forget", une chanson assez simple : The Chariot envoie la sauce, comme à son habitude, dans un titre très dense qui a pour but de déconcerter l’auditeur multipliant les sinuosités et les dissonances avant de passer, toujours dans l'indiscipline la plus totale, vers la plus "mélodique" "Not". Le morceau passera également comme une lettre à la poste et on notera sur son final la présence de l'ancien guitariste du groupe, Russ Taylor, qui accompagnera le chant de ses vocalises tendues sur lesquelles se poseront quelques judicieuses dissonances.

Mais, tandis que le double coup ouvrant l'album peut sembler familier, ne soyez pas trop à l'aise, car le groupe apportera mélodie et lyrisme sur "Your", une réinterprétation émouvante de "They Faced Each Other" (The Fiancée, 2007). Josh y est absent et la chanson n’est rythmée que par quelques touches d’orgue et la voix angélique d’Angela Plake. L'innocente piste est ensuite rapidement piétiné par l'abrasif "First" qui démarre en trombe avec un cri rauque et rageur. Toutefois, aussi surprenant que cela puisse paraître, le titre va se transformer brusquement en Western Spaghetti ! Et ce n’est pas fini, on repart de plus belle avec "Love" et "In" qui accentue davantage le côté Mathcore de la bande avec une grande influence de The Dillinger Escape Plan. De toute leur discographie leur musique n’aura jamais été aussi étouffante et paradoxalement, elle n’aura jamais été aussi varié, mélodique et émotionnelle comme sur "Speak", une piste malsaine et déchirante alliant piano et scream.

En effet, comment ne pas féliciter Josh pour sa performance vocale incroyable. Il n’a ni la polyvalence ni une jolie voix à proprement parler. Non, son chant est simplement empli de passion, d’urgence et de souffrance. Mais ce qui le démarque clairement des autres c’est sa capacité impressionnante de rapidité de diction ; l’homme revient sans cesse à la charge dans des pics d’adrénalines pures. Il n’y a qu’au niveau instrumental que ça pèche ; les musiciens ont un bon niveau de composition mais techniquement, ils ne sont pas au point. D’ailleurs ils sont assez éloigné du talent des musiciens de Converge ou de The Dillinger Escape Plan (principales influences du groupe).

Le bazar sans nom voilà ce qui désigne mieux la musique de The Chariot avec le trio explosif, fou et désarticulé "In", "Tongues" (Chaoscore à la Converge) et "And". On finit notre écoute avec Cheek. remplie d’un extrait de trois minutes du Dictateur de Charlie Chaplin. La bande déclenche ici un sentiment d’urgence incroyable avec des crissements à la guitare dans les dernières minutes qui contribuent à montrer la passion du chant haletant de Josh dans un final bouillant.

Schizophrène, violent, déglinguer, explosif et surtout inattendu, One Wing est un disque complètement déconcertant et imprévisible qui laisse irrémédiablement sur le cul. Mais aussi hermétique soit-il, on ne peut pas s’empêcher d’en redemander tellement c’est bon d’enfiler comme des perles les sinuosités. Un beau bordel musical qui ne va certainement pas plaire à tout le monde à cause de son côté déstructuré mais qui permet quand même à The Chariot de signer avec la grosse maison E1 Music (Hatebreed, Darkest Hour…). Pour conclure, n’espérez pas d’accroche ou de structure en écoutant One Wing : il n’y en a pas ! Cette belle bande de barge ne laissera personne indifférent et tel un chariot défoncera tout sur son passage dans des chevauchées épiques et incontrôlables. Cardiaques et âmes sensibles s’abstenir…

P.S. : en concert c’est encore meilleur !

2 Commentaires

0 J'aime

Partager
nekrodusk - 12 Mars 2013: Pour mes oreilles, c'est du bruit, rien de plus. Nul!
BlackDieRose - 12 Mars 2013: C'est du Hardcore anarchique à la base alors si on est pas habitué c'est un peu normal d’être déconcerté, la musique ne se cerne qu'au bout d'une dizaine d'écoute voire plus. Cette musique comme je l'ai dit reste très hermétique et ne plait pas forcément à tout le monde. Toutefois je ne suis pas du tout d'accord avec le terme "bruit" ; il y a de nombreux passages plus ou moins mélodiques et pas bruyant pour un sous ; First (et son allure de Western Spaghetti), Your (chanté par Angela Plake avec en fond quelques touches à l'orgue) et Speak (et le piano/scream).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire


Albums en Hardcore Noise