One Voice

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Agnostic Front
Nom de l'album One Voice
Type Album
Date de parution 1992
Style MusicalHardcore
Membres possèdant cet album71

Tracklist

1. New Jack 03:40
2. One Voice 03:15
3. Infiltrate 01:20
4. The Tombs 03:23
5. Your Fall 01:47
6. Over the Edge 03:55
7. Undertow 03:36
8. Now and Then 02:24
9. Crime Without Sin 02:41
10. Retaliate 03:20
11. Force Feed 02:49
12. Bastard 03:08
Total playing time 32:10

Chronique @ grogwy

18 Mars 2017

Agnostic Front revient en force

En 1989, après la sortie de l'album "Live at CBGB", le chanteur Roger Miret se fait arrêter pour possession de drogues, et est condamné à un peu moins de deux ans de prison.

Pendant ce temps le guitariste Vinnie Stigma, le batteur Will Shepler, et le bassiste Graig Setari se séparent du guitariste Steve Martin, et le remplacent par l'excellent Matt Henderson.
Ils rappellent ensuite leur ancien bassiste Alan Peters, afin qu'il assure les vocaux sur la prochaine tournée européenne du groupe.

De son côté, en attendant sa libération, Roger Miret écrit les paroles des chansons qui figureront sur le prochain disque d'Agnostic Front.
Celui-ci est enregistré, et produit en 1991 par Don fury (avec qui le groupe avait déjà travaillé en 1984 sur "Victim in Pain") au studio Normandy Sound (Rhode Island).

L'album "One Voice" sort en 1992, avec comme pochette une photographie de la mutinerie de la prison d'Attica (état de New-York) en septembre 1971, ainsi qu'à l'intérieur du livret une partie de la déclaration qu'avaient adressée les mutins aux autorités :
"We are men ! Not beasts and do not intend to be beaten or driven as such...What has happened here is but the sound before the fury of those who are oppressed...".

Passée la courte intro carcérale, Agnostic Front nous balance un vindicatif "New Jack" sur lequel Roger Miret crache toute la colère qu'il a accumulé pendant sa détention.
Celle-ci ne s'atténue pas sur l'excellent "One Voice", ainsi que sur le tout aussi virulent "The Tombs" (précédé de l'instrumental "Infiltrate"), deux morceaux rapides ou l'influence du Metal est plus que palpable.
Cela n'empêche pourtant pas le groupe de revenir à son Hardcore originel (celui de "Victim in Pain"), sur l'intense (et court) "Your Fall".
Ce retour aux sources sera de courte durée, puisqu'avec le heavy "Over the Edge", suivi des agressifs "Undertow" et "Now & Then", le Metal fait un retour en en force.
Celui-ci est cependant contré par les chœurs virils des membres de Biohazard et Wrecking Crew qui, accompagnés également de ceux d'Armand Majidi (Sick Of It All), rappellent que c'est du Hardcore que l'on joue ici.
Cette orientation est notamment due au guitariste Matt Henderson et au bassiste Craig Setari (qui a participé en 1990 au très bon album "Under My Skin" de Rest in Pieces"), qui ont quasiment composé la musique de tous les titres du disque, et ont apporté cette teinte plus Metal à Agnostic Front.
Une évolution confirmée sur le surprenant "Crime Without Sin", le rapide "Retaliate", ainsi que le brutal "Force Feed".
C'est sur l'explicite "Bastard" que se termine ce très bon "One Voice", un album certes moins punchy que ses deux prédécesseurs "Cause for Alarm" (1986) et "Liberty and Justice for... (1987), mais doté de morceaux plus structurés.

Les mauvaises ventes de "One Voice", ainsi que celles de la compilation "To Be Continued" (1992), entraînent le split du groupe en 1993.
Un album live posthume ("Last Warning"), qui n'est autre que l'enregistrement du dernier concert qu'a donné Agnostic Front au CBGB le 20 décembre 1992, est commercialisé peu après l'annonce de la séparation.

Craig Setari rejoint Sick Of It All tandis que Roger Miret (qui délaisse le chant pour la basse), Vinnie Stigma, Matt Henderson, et Will Shepler retournent au sein de Madball le groupe du chanteur (et frère cadet de Roger Miret) Freddy Cricien.

En 1997, Roger Miret et Vinne Stigma reforment Agnostic Front avec leurs anciens complices Rob Kabula (basse) et Jimmy Colletti (batterie).

Le groupe enregistre, puis sort l'année suivante le très bon "Something's Gotta Give", un disque où il renoue avec ses racines punks en interprétant un Hardcore plus direct.



1 Commentaire

1 J'aime

Partager
corpsebunder50 - 02 Juillet 2017: Une tuerie! Les racines hardcore du groupe sont toujours bien présentes, mais le rendu est très métallique, ce qui rajoute beaucoup de puissance à l'ensemble. Miret commence à avoir la voix qu'on lui connaît encore aujourd'hui, assez éloignée de celle des débuts, et tellement à part sur les scènes metal/hardcore. Encore vu il y a 15 jours en live, ce groupe est à voir au moins une fois (après on y retourne toujours)!!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire