Of Entropy and Life Denial

Liste des groupes Black Metal Merrimack Of Entropy and Life Denial
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Merrimack
Nom de l'album Of Entropy and Life Denial
Type Album
Date de parution 06 Juin 2006
Produit par Tore Gunnar Stjerna
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album82

Tracklist

1. ... 01:13
2. Seraphic Conspiracy 06:01
3. Melancholia Balneam Diaboli 05:41
4. Redeem Restless Souls 03:33
5. Insemination 04:38
6. The Birth of a Life’s Sacerdoce 04:57
7. Descension from Life 02:56
8. Subcutaneous Infection 04:01
9. Consecration of the Temple 02:10
10. Carnaceral 02:04
11. Adiabatic Bonds of Consanguinity 06:54
Bonustrack (Hidden)
12. Ultimate Antichist (Massacra Cover) 04:30
Total playing time 48:38

Chronique @ Fabien

02 Avril 2007
Merrimack, groupe black parisien fondé en 1994, sort son 2ème album le 6/6/06 chez le label américain Moribound records. Of Entropy and Life Denial se rapproche de Casus Luciferi de Watain, tant au niveau visuel, spirituel, que musical. La musique développée s’inscrit ainsi dans un registre black suédois, les sessions ayant d’ailleurs été effectuées aux célèbres studios Necromorbus en Suède. Néanmoins, le groupe, fort de 13 années d’existence, possède une identité fortement marquée.

D’entrée, Of Entropy and Life Denial impressionne par la qualité et la richesse de ses compositions, mais également par l’atmosphère authentique qui y règne. Merrimack alterne avec une grande aisance la brutalité des passages blastés (très maîtrisés) et les ambiances lourdes et très intenses, à l'image du superbe Melancholia.

Intensité est le mot qui convient : chaque titre, méticuleusement mis en place, transpire la rage, la haine, et apporte une quantité d’émotions qui ne peut laisser aucun auditeur de marbre, à moins d’être totalement hermétique au black. Tout ce déluge se finit d’ailleurs en apothéose, avec l'outro d'Adiabatic Bonds s'inscrivant parmi les plus prenantes jamais entendues, à la fois apaisante et terriblement sombre.

L’excellence de la production force également le respect (pouvait-il en être autrement aux studios Necromorbus ?), à la fois pure et profonde, mais aussi d’une grande limpidité. Autant de professionnalisme étonne, considérant en plus l'exploit de livrer à la fois une telle qualité, tout en préservant l’essence même des compositions. Un petit mot également sur le livret CD, très complet, comportant des illustrations servant parfaitement le concept spirituel et la musique du groupe parisien.

Dans la lignée de son successeur, Of Entropy and Life Denial est un album profond, puissant et authentique, confirmant Merrimack parmi l'excellence black hexagonale actuelle. Enfin, mention spéciale à son titre caché Ultimate Antichist, reprise de Massacra (Enjoy The Violence - 1991), où le groupe rend un parfait hommage à l'une des plus grandes figures du deathmetal français de la première époque.

Fabien.

5 Commentaires

14 J'aime

Partager
Apophis2036 - 14 Mars 2008: Une perle - une perle - une véritable PERLE dans un écrin des plus SOMBRES !
bdtmetal - 09 Novembre 2008: excellent album rien à dire.une bombe de true black metal.j'attend avec impatience leur nouvelle offrande car s'ils n'y sont pas déja,ils préparent leur nouvelle galette.esperons qu'elle soit à la hauteur.hail!!!!
Fabien - 27 Mars 2009: Inversement au deathmetal où l’on peut se raccrocher à une technique ou un savoir-faire pour juger la qualité d’un groupe ou d’un album, le blackmetal est un style qui se vit avant tout intérieurement. Donc, difficile de répondre à ta question, chacun ayant un regard très subjectif sur cette scène, et sa propre définition du blackmetal.

Donc, pour répondre sommairement à ta question, sur les cinq / six dernières années (fixons bêtement 2003), j’ai particulièrement apprécié les derniers albums de Taake, Horna, Behexen, Hegemon, Koldbrann, Keep of Kalessin, Merrimack, Seth, Windir (Taake, Sanojesi, My Soul, Contemptus, Moribound, Armada, Of Entropy, Era-Decay, Likferd), pour ne pas citer les superbes Casus Luciferi & Si Monumentum de Watain & Deathspell Omega.

Enfin, pour en revenir à Merrimack, que j'ai loupé en concert il y a deux ans, je conseille également le premier album Ashes of Purification.

Fabien.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Nattskog

13 Juin 2006
Depuis Deathspell Omega, on peut dire que peu de groupes français se sot démarqués récemment. Je ne suis pas particulièrement dans la « cocorico-mania », je dois d’ailleurs dire que je me fous généralement de la nationalité des groupes que j’écoute… eh bien pour une fois je ferai exception à cette généralité : Merrimack est un groupe français, et on peut en être fier !

Pour son second véritable album, Merrimack opte pour le très fameux Necromorbus Studio. Les connaisseurs pourront s’arrêter là, c’est déjà un gage de qualité quant au son et à l’ambiance générale de l’album ! En effet, « Of Enthropy and Life Denial » dégage cette atmosphère malsaine que l’on retrouve sur les albums enregistrés ici-bas. On pénètre en un univers renfermé, on découvre des souterrains restés trop longtemps inexplorés, des visions d’époques passées… en somme, rien que pour cela, « Of Enthropy and Life Denial » est un excellent album.
Mais ils ne s’arrêtent pas là. Evidemment, ça serait complètement imbécile de penser que l’on créé une ambiance sans des compositions béton, mais je pense qu’il n’est pas inutile de le rappeler. Les morceaux passent, les inspirations les plus glauques font surface et il suffit de jeter un œil sur le magnifique livret pour s’en persuader. Des titres aux sonorités totalement dénuées d’humanité sont là pour vous glacer les sangs, à la manière du grand « Casus Luciferi » de Watain dont « O.E.&L.D. » se rapproche fortement sous plusieurs angles. C’est dire !

Voilà. En plus d’être français, ce qui est une qualité indéniable (c’était la seconde chauviniste de l’année) Merrimack sort un album qui montre à la scène Black que le pays des fromages qui puent n’est pas en reste dans ce domaine là. Cet album est à recommander de toute urgence aux amateurs de Funeral Mist, Watain, Ofermod (débuts), Chaos Omen et toute cette scène un peu particulière qui se démarque par la création d’ambiances totalement morbides, qu’on ne retrouve pas ailleurs.

0 Commentaire

8 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire