No Closure

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Withering Soul
Nom de l'album No Closure
Type Album
Date de parution 08 Mars 2011
Labels Mortal Music
Membres possèdant cet album4

Tracklist

1. Night of the Revenant
2. Phantasmal Chaos Divinity
3. The Sequitor
4. Tides of the Accursed
5. Possession of Deception - Part 2
6. Sadistic Redress
7. Manifest Transparency
8. Lifeless They Lie
9. Unquiet
10. Requiem of Sorrow

Chronique @ Matai

31 Juillet 2013

Un album qui fait la part belle à la brutalité du black/death et aux atmosphères du sympho.

Within Soul fait partie de ces formations américaines méconnues officiant dans le black/death symphonique. Il faut dire que là-bas, ce n’est pas le style de metal qui attire les foules. Mais les amateurs du genre qui n’ont pas encore jeté une oreille sur cette œuvre, risqueront d’y trouver leur compte, en particulier s’ils apprécient le côté spectral et inquiétant du black symphonique.

Il ne s’agit cependant pas d’un black sympho atmo spectral comme ont pu le faire Bishop Of Hexen (« The Nightmarish Compositions »), Carach Angren (« Lammendam ») ou Dimmu BorgirSpiritual Black Dimensions »). Withering Soul, malgré son fort intérêt pour les fantômes et les phénomènes paranormaux, se dirigent davantage vers le côté brutal. Sa musique est directe, sans concession, telle une invasion sans merci d’esprits vengeurs et d’anges déchus. L’intégration d’éléments death metal y joue beaucoup puisque cela permet d’accentuer l’agressivité et la brutalité des compositions. De même pour l’alternance des vocaux, comme un jeu ou un dialogue très animé entre différentes formes de vie.

« Night of the Revenant », l’introduction, emmène l’auditeur dans une atmosphère angoissante. Les violons posent des notes terrifiantes sur un fond où l’on entendrait presque des voix possédées. « Phantasmal Chaos Divinity » accélère largement le tempo pour un ensemble sans répit et violent où le growl se veut parfois très profond. Une partie plus atmosphérique, au chant clair, permet un petit moment de calme, avant d’enchaîner sur « The Sequitor », qui lui mélange avec brio la rapidité, la mélodie mais aussi le côté inquiétant et enveloppant des claviers.

On remarquera que la production et le mixage ont quelque lacune puisque sur certains passages, on se retrouve davantage avec du bruit qu’avec un mélange homogène. Les instruments ont alors du mal à se démarquer, l’un happant l’autre. Les guitares ont aussi quelques dissonances et les vocaux ne sont pas toujours à leur place. Malgré tout, Withering Soul fait preuve d’une efficacité certaine, que ce soit sur des titres courts comme « Sadistic Redress » ou des titres longs comme « Lifeless They Lie », envoûtant et immersif : le monde des fantômes n’a plus aucun secret pour vous. « Possession of Deception » fait aussi partie de ces titres longs où l’on finirait presque ramassé à la petite cuillère : pas de quartier pas de pitié, on est à la fois possédés et écrasés par le côté rêche du black et le côté tranchant du death.

Withering Soul livre avec discrétion un album qui fait la part belle à la brutalité du black/death et aux atmosphères du sympho. « No Closure », malgré ses défauts, fait sans doute partie des meilleurs albums du genre en 2011. Dommage qu’il ait si peu attiré l’attention.

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire