Night on Bröcken

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Fates Warning
Nom de l'album Night on Bröcken
Type Album
Date de parution 1984
Produit par Bill Metoyer
Style MusicalHeavy Progressif
Membres possèdant cet album75

Tracklist

Re-Issue on CD in 1988 with a different cover and in 2002 with bonustracks
1. Buried Alive 04:40
2. The Calling 05:04
3. Kiss of Death 04:38
4. Night on Bröcken 05:30
5. S.E.K. 01:20
6. Misfit 05:06
7. Shadowfax 03:16
8. Damnation 06:27
9. Soldier Boy 06:25
Bonustracks (Re-Issue 2002)
10. Last Call (Original Misfit Demo 1984) 05:39
11. The Calling (Rehearsal 1983) 04:36
12. Kiss of Death (Live At L'Amour 1985) 04:35
13. Flight of Icarus (Rehearsal 1983) 03:47
14. [Silence] 01:00
15. Untitled 00:31
Total playing time 42:26

Chronique @ grogwy

10 Juillet 2016

Un premier album sympathique mais immature

Formé en 1982 à Hartford (Connecticut) le groupe américain Fates Warning (qui à cette période se nomme Misfit) enregistre en 1983 sa première démo, suivie d'une seconde plus aboutie l'année suivante.
Remarqué par Brian Slagel (patron du label Metal Blade Records), ce dernier propose au groupe d'enregistrer un morceau pour le prochain volume de la compilation Metal Massacre.
C'est le moment que choisissent les américains pour abandonner le nom Misfit (déjà utilisé par le groupe Punk Misfits), pour celui (plus approprié) de Fates Warning.
C'est donc sous ce nouveau patronyme que le groupe participe (avec le titre "Soldier's Boy") à la (devenue depuis) mythique compilation Metal Massacre V aux cotés (entre autres) de Metal Church, Omen, et Overkill.
Suite à sa très bonne prestation Fates Warning signe avec Metal Blade Records, puis enregistre et produit son premier album "Night on Bröcken" dont le mixage est ensuite confié à Brian Slagel et Bill Metoyer.

Sur ce disque Fates Warning (qui se cherche encore) délivre un Heavy Metal de facture assez classique inspiré des groupes de la N.W.O.B.H.M. (New Wave Of British Heavy Metal).
Cela se confirme sur le morceau d'ouverture "Buried Alive" très proche de Judas Priest période
"Stained Class" (1978).
Mais c'est une autre influence plus marquante qui apparaît dès le second titre "The Calling".
Que ce soit dans les fluides parties de guitares de Jim Matheos et Victor Arduini qu'avec la basse très présente Joe DiBiase, tout dans ce morceau renvoie à Iron Maiden (d'ailleurs ce n'est pas un hasard si sur la première démo de Misfit, en plus du titre "The Calling", figurait "Flight of Icarus" une reprise de ce même groupe !).
A cela s'ajoute le chant de John Arch qui, bien que plus aiguë, possède de nombreuses similitudes avec celui de Bruce Dickinson (surtout lors des refrains).
Ce manque de personnalité n'empêche pourtant pas Fates Warning de délivrer de très bons morceaux comme "Kiss of Death", "Damnation" (et ses faux airs à la "Remember Tomorrow" de qui vous savez), et l'épique "Night on Bröcken".
Cependant sur d'autres titres l'empreinte de la "Demoiselle de Fer" est moins présente, notamment sur "Misfit" (précédé de l'interlude acoustique "S.E.K.) ainsi que sur l'instrumental "Shadowfax" qui dévoile une facette plus technique du groupe.
L'album se termine sur l'excellent "Soldier Boy" (l'un des meilleurs morceaux de la compilation Metal Massacre V avec "The Brave" de Metal Church et "Torture Me" d'Omen), ou enfin la bande à Jim Matheos interprète un Heavy Metal beaucoup plus personnel.
Avec "Night on Bröcken" Fates Warning nous offre un premier disque sympathique mais immature sur lequel plane un peu trop l'ombre de son modèle.

Malgré ses défauts "Night on Bröcken" est plutôt bien accueilli, ce qui permet à Fates Warning (dont le style va s'affiner) d'enregistrer l'année suivante le superbe "The Spectre Within".



0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire