Mirrorworlds

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Eucharist (SWE)
Nom de l'album Mirrorworlds
Type Album
Date de parution Décembre 1997
Labels WAR Music
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album24

Tracklist

Re-Issue in 2003 by Regain Records with different cover
1. Mirrorworls 04:45
2. Dissolving 04:05
3. With the Sun 04:13
4. The Eucharist 06:36
5. Demons 04:02
6. Fallen 06:10
7. In Nakedness 05:05
8. Bloodred Stars 02:28
Total playing time 37:24

Chronique @ Fabien

04 Avril 2008
Si l’histoire retient particulièrement In Flames, At The Gates, Edge Of Sanity et Dark Tranquillity comme les précurseurs incontestés de la scène death mélodique suédoise, loin des productions plastiques actuelles, elle oublie pourtant des combos essentiels, également à l’origine du mouvement, tels que Desultory ou Eucharist. Ce dernier se forme en effet dès 1989, sous l’impulsion de son leader Markus Johansson, guitariste et chanteur, rapidement rejoint par le batteur Daniel Erlandsson, frère d’Adrian, et officiant actuellement au sein d’Arch Enemy, aux côtés de Michael Amott.

Après son EP Greeting Immortality en 1992, Eucharist sort son premier album dès l’année suivante, A Velvet Creation, constituant la première création du label Wrong Again Records (futur Regain). La production reste en revanche un vrai désastre, privant le disque de tout succès. Quatre ans plus tard, le groupe se dirige alors au Recordia Studio, réitérant le choix de Fredrik Larmeno comme ingénieur du son, mais posséde désormais une maîtrise considérable. Mirrorworlds voit ainsi le jour en été 1997, sur le même label Wrong Again, qui s’est taillé entre temps une solide réputation, en signant notamment In Flames ou Cryptopsy.

Eucharist bénéficie cette fois d’un enregistrement de qualité, clair et profond, permettant la véritable expression de son art. Le style reste brutal, rappelant l’agressivité admirablement retranscrite sur The Red In The Sky ou Slaughter Of The Soul d'At The Gates. Les rythmiques de Daniel impressionnent par leur précision, soutenant les riffs percutants et les vocaux arrachés de Markus, malheureusement trop similaires au timbre de Tomas Lindberg, vocaliste du groupe référence précité.

D’emblée, la machine Eucharist se met en marche, développant un death d’une rage formidable, épaississant son style avec l’apport de lignes mélodiques délicates, tout en évitant la facilité de l’utilisation de claviers pour créer ses ambiances. La technique reste indéniablement de mise, Markus rivalisant d’ingéniosité pour charger son death rageur en émotion, multipliant les harmonies et les soli vertueux, pour le plus grand bonheur du métalleux.

Les trois premiers titres de Mirrorworlds font ainsi référence, possédant un équilibre, une richesse et un niveau émotionnel formidables, à l’image du break édifiant de son titre éponyme, ou de l’outro du bassiste Martin Karlsson sur le superbe With The Sun. L’apogée est alors atteinte sur le quatrième morceau, l’instrumental The Eucharist et ses mélodies enchevêtrées. Le seconde partie de l’oeuvre reste toutefois moins marquante, à commencer par l'interlude In Nakedness, plus stressant que reposant pour le deathster endurci.

Album de grande qualité, Mirrorworlds s’insère sans problème dans toute discothèque deathmetal qui se respecte, créant un death d’une pureté mélodique incroyable. En revanche, l’éclat de ses quatre premiers titres, éclipsant quelque peu le reste des compositions, mais aussi son arrivée tardive sur le marché, alors que les cartes étaient déjà jouées, privent Eucharist d’une notoriété pourtant méritée, le split ultérieur du groupe renforçant hélas son confinement dans l’oubli. A redécouvrir.

Fabien.

11 Commentaires

7 J'aime

Partager

Miskatonic - 02 Décembre 2010: De l'avis de Nicos, je préfère amplement A Velvet Creation que Mirrorworlds. Je trouve ce dernier trop proche du Slaughter of the Soul d'At The Gates, mais sans en atteindre la nervosité, l'incision, la puissance et la portée.

En revanche, je trouve le 1er album d'Eucharist bien plus sincère dans son approche, et même s'il est tout à fait vrai, et du coup rédhibitoire pour certains, que le son est minuscule et sans relief, on sent les intentions. Sans doute qu'avec une prod correcte, le 1er opus d'Eucharist aurait été un must à classer aux côtés du Somberlain de Dissection sorti la même année.
Bref, quand j'écoute A Velvet Creation, je suis transporté : les soli me parlent, les mélodies dépressives et mélancoliques me touchent, la construction des morceaux est entrainante, et les quelques blasts savamment disséminés ici et là sont percutants. Daniel Erlandson n'avait que 17 ans, et déjà il n'avait rien à envier à son frère Adrian, batteur du groupe qui pour moi est à l'origine de tout le black / death mélodique suédois, At The Gates.
Arkhamian - 21 Mai 2011: Très content de voir Fabien que tu es revenu sur ta position concernant A Velvet... qui est absolument génial. Et très content aussi Miskatonic de te voir le classer à côté de The Somberlain, dont la prod est sensiblement proche (et très particulière il est vrai).
Concernant Mirrorworlds, je ne trouve pas la prod particulièrement "meilleure", parcequ'elle est très sombre, et même sourde et d'ailleurs. Il existe une interview où Markus explique que le son "désastreux" (enfin ça c'est lui qui le dit...) est dû à une sombre entubette d'un ingé son. Pour ma part je trouve ce son étrange mais très bienvenu, ajoutant un côté sauvage à l'oeuvre.

Ah oui et concernant A velvet... je veux juste ajouter que lors de son enregistrement, aucun des membres n'avait plus de... 16 ans!!!



Et ces deux albums sont des chefs d'oeuvres intemporels et c'est un pied cosmique à chaque écoute.

grogwy - 11 Novembre 2020:

Nicos, le morceau que tu cherches c'est peut-être "The View" tiré de la compilation Deaf Metal Sampler (1993) : 

 https://www.youtube.com/watch?v=183GoPIVBlc

Sinon, il y a aussi les morceaux "Wounded And Alone" et "The Predictable End" qui figurent sur la compilation W.A.R. Compilation (1995), ainsi qu'en bonus sur la réédition, en 2001, de "A Velvet Creation" (1993) :

https://www.discogs.com/Various-W-A-R-Compilation-Volume-One/release/2148617

NICOS - 12 Novembre 2020:

Oui The View...Merci Grogwy, ca m'a fait plaisir de le ré écouter.

Bon bien sur, ca a un peu vieilli

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire