Mahayuga

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Kartikeya
Nom de l'album Mahayuga
Type Album
Date de parution Avril 2011
Style MusicalFolk Death
Membres possèdant cet album16

Tracklist

1. Sarva Mangalam
2. He Who Carries the Head of Brahma
3. The Path (ft. Marina of Ambehr)
4. Fields of Kurukshetra (ft. Kathir of Rudra)
5. Moksha
6. Neverborn (ft. Marina of Ambehr)
7. Surya Jayanti
8. Exile
9. Choirs of Oblivion
10. Utpavana
11. Satya Yuga
12. Treta Yuga
13. Dvapara Yuga (ft. Marina of Ambehr)
14. Kali Yuga

Acheter cet album

Kartikeya


Chronique @ Matai

21 Septembre 2011

Le Dieu de la guerre est de retour !

Sortez les violons, les flûtes, les sitars ainsi que les tambours de guerre ! Préparez vos mantras, vos pierres magiques et vos tenues traditionnelles de prière et de combat. Il est temps de vénérer le retour du dieu Kartikeya ainsi que l'avènement du dieu créateur Brahma grâce à cet album nommé « Mahayuga ».

Dans la cosmogonie hindoue, Mahayuga correspond à l'ensemble des quatre âges du monde. Et c'est autour de ce thème mystique et oriental que se concentrent les russes de Kartikeya. Après un « The Battle Begins » sorti en 2008 retraçant les conquêtes et batailles de ce dieu hindou particulier, le sextet décide de faire fort en signant avec le label Grailight Productions et en s'armant d'un concept inimitable et d'instruments traditionnels typiquement orientaux. On s'en doute, cette fois-ci, les moskovites poussent le vice jusqu'au bout concernant l'originalité de leur musique. Voici donc un condensé de brutal death moderne à la sauce orientale et ethnique. Mais contrairement au précédent opus, dans une optique plus folk, « Mahayuga » lui, nous fait découvrir un côté symphonique plus prononcé, qui couplé à des tambours de guerres et des chants traditionnels, rend le tout encore plus guerrier et épique.

Bien sûr, ils ne sont pas les premiers à officier dans un death teinté d'éléments orientaux et ethniques. On connaît déjà Nile, Orphaned Land ou Behemoth (« Demigod »). Rajoutez à cela quelques influences Melechesh et l'expérimentation de Senmuth et vous saurez plus ou moins comment situer l'ensemble musical de Kartikeya. Quant à la thématique hindoue, elle est totalement inédite.

L'album, durant plus de soixante dix minutes, est une sorte de voyage initiatique en Inde aux côté de six musiciens talentueux, arrivant avec brio à nous embarquer dans ces terres mystiques et spirituelles. Le tout se divise en étapes et événements, comme si on nous racontait une histoire. L'introduction ethnique aux instruments traditionnels est une sorte de prologue : elle pose le décor ainsi que les ambiances, avant de nous lancer pour de bon dans le premier chapitre metallique et agressif avec un « He Who Carries the Head of Brahma » où s'entremêlent riffs endiablés, voix bien gutturale et parties folks de toute beauté. Pas de répit avant une fin davantage atmosphérique où des mantras sont récités, à la manière de Rudra sur leur trilogie « Brahmavidya ».

Si « The Path » apparaît de façon plus mélodique avec un refrain lancinant où se superposent voix claires et claviers à la manière d'un « Holographic Universe » de Scar Symmetry, « Fields of Kurukshetra » (un champ de bataille), quant à lui, ne fait pas de cadeau avec ces riffs efficaces bien que déjà entendus, ces tambours de guerre, ces flûtes, et surtout ce duo entre le growl de Mars et le chant black de Kathir de Rudra en guest.

Après une introduction chantée en langue sanskrit, « Surya Jayanti » nous envoie son gros death alternant brutalité et mélodie, et ce avec ces claviers et instruments typiques en fond. Il est clair que le multi-intrumentiste Arsafes aura mis de tout son cœur dans chaque compo, car rien n'est synthétique, le sieur s'occupe de tous les instruments ethniques, et l'outro de « Surya Jayanti » ainsi que les titres instrumentaux éparpillés au sein de l'album ne peuvent que nous prouver son talent.

Les neuf minutes quarante de « Utpavana » montrent un côté épique à couper le souffle, malgré sa longueur conséquente. Les orchestrations sont soignées ainsi que les parties plus posées et les parties plus brutales. Bien que les riffs soient redondants, la fresque est superbe et les sont claviers puissants (peut-être trop), jusqu'à une fin aux blast beats terribles.

Le voyage initiatique se termine avec la présentation des quatre âges du monde sur quatre titres sans coupure. Mahayuga !
Si « Satya Yuga » (l'âge d'or) nous offre quelque chose d'assez ambient et spirituel, bien que longuet, « Treta Yuga » (l'âge d'argent) arrive pour nous proposer un ensemble symphonique, aidé de guitares écrasantes. « Dvapara Yuga » (l'âge de bronze) alterne autant les parties bien death metal que les parties plus ambiancées ou les parties plus folk où l'on retrouve un chant féminin chaleureux. On retrouve bien l'atmosphère de l'opus précédent sur ce titre, avant de passer à l'étonnant « Kali Yuga » (l'âge de fer) beaucoup plus sombre voire davantage death/black à la sauce Aeternam.

Bien évidemment, Kartikeya n'a pas oublié de nous étonner, comme sur « The Battle Begins ». Souvenez vous, les russes avaient intégré en piste cachée une reprise de « Babylon » de Soulfly. Ici, encore plus surprenant, nous avons droit à du Shakira avec son « Eyes Like Yours » ! Les parties folk et orientales sont sensiblement restées identiques, par contre tout se transforme en death, les rythmiques se retrouvent donc changées, pour notre plus grand bonheur ! Chant clair, choeurs, growl, riffs monstres et mélodie accrocheuse...le résultat est véritablement bluffant !

Le pari fut osé mais Kartikeya a réussi son coup en nous offrant un album résolument original, oriental et chaleureux, n'arrivant tout de même pas à la hauteur des Nile et consorts. Malgré tout, on se délecte de cet opus très bien produit et au design magnifique, chaque page du livret représentant les étapes à franchir, et ce, grâce aux coups de pinceaux de Mstibog de deviant art. Voici peut-être un bon compromis pour les folk metalleux ayant du mal avec le death metal pur et dur.

3 Commentaires

9 J'aime

Partager
jocemcmxcix - 21 Septembre 2011: A magnifique album...magnifique chronique ! Et , oui , il s'agit bien d'un voyage musical intense pour peu que l'on se prenne au jeu ...Matai a aussi repéré le terrible "Utpavana" de plus de 9 minutes : quelle intensité ! Si cet album a mis de l'ambiance dans plusieurs topics , c'est qu'il y a des raisons !
AkerfeldtOpeth - 27 Avril 2012: Je viens de l'écouter et je confirme très bon groupe russe.
cile - 18 Juin 2013: Je découvre ce groupe avec cet opus, et je le recommande chaudement aux amateurs de death atypique; Un mélange habile de death à la brutalité rappelant les riffs sauvages d'un Monolith Deathcult et de subtiles mélodies orientales. Captivant.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Kartikeya