Lying in Wait

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Depressive Age
Nom de l'album Lying in Wait
Type Album
Date de parution Juin 1994
Style MusicalThrash Technique
Membres possèdant cet album49

Tracklist

1. Lying in Wait
2. Where
3. Way Out
4. Berlin
5. Psycho Circle Game
6. The Story (Autumn Times II)
7. My Wine
8. From Out of Nowhere
9. Hateful Pride
10. Eternal Twins

Chronique @ eulmatt

15 Fevrier 2008
En ces années 92-93, le thrash metal a entamé sa longue traversée du désert. Bien loin de désespérer, quelques groupes atypiques maintiennent la flamme, comme par exemple ceux de la mouvance techno-death marquée magistralement par les albums Grin ou Above The Light (Coroner, Sadist). Plus discret et plus anonyme encore, un groupe d’ Allemands issus de l’ex-RDA avait pointé le bout de son nez dès 1992. Depressive Age, un combo affublé de l’étiquette thrash metal, mais au style personnel et à l’indépendance artistique indiscutable. Issu sans doute d’une maturation musicale peu “polluée” du fait de son isolement géographique et culturel, le metal de Depressive Age éclate véritablement avec ce second album, Lying in Wait.

Difficile de décrire en quelques mots l’univers particulier de Depressive Age...il en va ainsi des premiers instants du disque, guitares stridentes et lancinantes, basse monolithique et atmosphère lourde et angoissée. Arrivée du chant, lui aussi tout à fait particulier. Intervenant pour beaucoup dans la structure mélodique de l’ensemble, Jan Lubitzki fait étalage d’une interprétation assez décalée par rapport aux canons du thrash metal, sans pour autant tomber dans le cliché heavy, notamment grâce à son timbre atypique et à la polyvalence de son répertoire. Arrive ensuite l’alternance plus musclée du morceau, basée sur une rythmique sincopée bien appuyée par un jeu de batterie très inspiré et solide au possible. Lying in Wait s’insrit au final dans une composition à trois temps, puisant d’ores et déjà dans plusieurs répertoires musicaux, à la fois très disparates sans pour autant nier à la cohérence du morceau. En fait, il est définitivement représentatif des dix titres du disque, qui alternent avec facilité entre ballades heavy rock émouvantes et survitaminées, et furieux thrash technique toujours nuancé par ce chant étonnant de subtilité de Lubitzki. Aucune faute de goût ou de baisse de qualité au long des titres, mais on doit mettre en exergue quelques sommets d’intensité, comme le superbe Berlin, au refrain mélancolique encadré de passages nerveux, et notamment d’une formidable envolée de soli accompagnée de la cavalerie de la double pédale. L’album est de toute façon constellé de perles, dont l’énumération ici serait trop longue (le turbulent Hateful Pride et son refrain / break sur fond d’arpèges, The Story énergique en diable). A noter également l’utilisation de quelques growls particulièrement beuglants, pour finir brutalement l’album avec Eternal Twins, dernière preuve que Depressive Age ne s’interdit rien, avec un naturel et une facilité désarmants. Côté son, on devine bien les moyens modestes d’une production faiblarde, le mix permettant à tout le moins de mettre très en avant la batterie, dont le jeu est excellent.

Assis sur une solide base de thrash metal, le metal de Depressive Age est empreint d’une personnalité bluffante de richesse et d’inventivité. La musicalité est au centre des débats, le cinq membres combinant une technique irréprochable avec une créativité sans borne pour un résultat vraiment étonnant. Piochant à l’envi dans des répertoires allant du rock progressif au thrash metal technique, les Allemands créent et interprètent avant tout leur musique.
On peut raisonnablement leur coller une étiquette de metal progressif sans qu’il n’y ait à redire, et sans que tout l’attirail péjoratif qui colle habituellement au prog ne soit retenu. En effet, et c’est absolument remarquable, Lying in Wait ne tombe à aucun moment dans la surenchère. Pas de surlongueur, point de démonstration technique gratuite: la sobriété reste de mise, et la cohérence et la pureté du résultat en sont d’autant plus encore mises en avant.
Lying in Wait est donc définitivement à classer parmi ces pépites du metal, de celles dont l’ anonymat est inversement proportionnel à la qualité artistique. Disque formidable, mais avant tout anachronique lors de sa sortie, produit par un label peu puissant, les circonstances qui expliquent sa discrétion sont évidentes. Cela n’en sera que plus agréable pour ceux qui feront l’effort de le (re)découvrir.

7 Commentaires

11 J'aime

Partager

sargeist - 15 Fevrier 2008: Jamais entendu cet album, mais j'ai un bon souvenir du clip "Eternal Twins". Merci Headbanger's Ball encore, merci Vanessa! Héhé. J'ai du mal à croire que c'était sur MTV, quand on voit ce qu'est devenu cette chaine...
BEERGRINDER - 15 Fevrier 2008: Un gros travail sur le chant comme le souligne eulmatt.
Original et puissant? Ce disque a tourné en boucle chez moi, dommage que les albums suivants ne soient pas vraiment à la hauteur.

En tout cas merci pour ce sympathique moment de nostalgie...
metalmat66 - 29 Mai 2009: Ouch ! Je rattrape un retard majeur avec l'acquisition de cette bombe ! Ta chro dépeint parfaitement la couleur musicale du disque ; aux différents styles cités, j'aurais même rajouté une touche de gothic pour le côté glaçant de cette voix effectivement particulière. Du tout bon ...
Ziidjan - 09 Novembre 2009: Quel magnifique groupe! en effet leur thrash est vraiment a part on ne peut meme pas parler de Thrash mais de depressive age metal.

Le melange de riffs incisifs, d'une batterie bien sèche et de cette voix mythique nous offre un spectacle grandiose.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire