Lunaris

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Arkona (PL)
Nom de l'album Lunaris
Type Album
Date de parution 04 Novembre 2016
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album27

Tracklist

1.
 Droga do Ocalenia
 09:23
2.
 Ziemia
 09:04
3.
 Śmierć i Odrodzenie
 08:31
4.
 Nie dla Mnie Litość
 07:06
5.
 Lśnienie
 06:54
6.
 Lunaris
 06:37

Durée totale : 47:35

Acheter cet album

Arkona (PL)

  • Droga do ocalenia | ARKONA
  • Ziemia | ARKONA
  • ?mier? i odrodzenie | ARKONA
  • Nie dla mnie lito?? | ARKONA
  • L?nienie | ARKONA
  • Lunaris | ARKONA


  • Chronique @ Icare

    01 Novembre 2016

    Arkona vient de nous pondre une nouvelle tuerie qui manque de peu la mention de chef d’œuvre.

    Arkona, vous connaissez forcément. Mais si, vous savez, ce groupe de folk pagan russe mené par une… Ah, excusez-moi, on me souffle dans l’oreillette que je me suis trompé… Au temps pour moi, mauvaise pioche, on va parler ici d’un autre Arkona, une horde polonaise qui sévit depuis 1993 et qui jouit d’une belle réputation dans l’underground même si largement moins reconnue que leurs homologues moscovites. C’est que les deux combos ne jouent pas tout à fait dans le même registre : le Arkona qui nous intéresse ici officie dans un black metal racé, glacial, violent, terriblement intense et envoûtant et bien loin de toutes accointances avec le folk.

    Après un remaniement de line-up, le combo polonais signe chez Debemur Morti et nous sort donc ce sixième full length intitulé Lunaris, qui risque bien de marquer les esprits des blackeux de tous poils de par son intensité et son souffle destructeur et iconoclaste.


    Les premières notes de Droga do Ocalenia nous mettent tout de suite dans l’ambiance, noire, très noire, profondément spirituelle et blasphématoire, avec ces grondements souterrains, ces chœurs caverneux et solennels et ces claviers qui instaurent une aura angoissante. Puis un riff très scandinave, imparable de pureté et d’efficacité, jaillit des enceintes, appuyé par un tempo binaire avant que la batterie ne s’emballe en un blast furieux et que le premier hurlement glaçant de Necrosodom ne vienne nous déchirer les tympans. Arkona ne fait absolument pas dans l’original, mais nous balance un black très pur et sans fioriture à la sincérité palpable porté par des riffs envoûtants. La deuxième partie du titre relance le morceau sur quelque chose de plus mélodique et épique, avec ce superbe break très cinématographique à l’intensité dramatique sensationnelle magnifié par un travail de cordes et de clavier remarquable.

    Au niveau des bombes, on retrouvera avec plaisir Śmierć I Odrodzenie et Nie Dla Mnie Litość avec ces parties d’orgue malsaines et ce mélange unique entre intensité furieuse et beauté malsaine et décadente qui me rappellent la bonne époque d’Imperium, ainsi que le titre éponyme qui clôt l’album, blasts meurtriers et ultra rapides, riffing tranchant, profond et résolument glacial et ce chant toujours aussi efficace qui en font un morceau sauvage et imparable. Ceci dit, les Polonais bourrinent intelligemment, avec toujours ce clavier maléfique en toile de fond qui ajoute une profondeur émotionnelle et maléfique ensorcelante, et des changements de ton et de rythme bienvenus, avec une deuxième partie de morceau moins effrénée et plus mélodique faisant la part belle à un riff poignant d’une admirable sensibilité. L’album se termine sur quelques notes de clavier de toute beauté qui apaisent et ne donnent qu’une envie : se repasser ce Lunaris, encore et encore.

    Les Polonais nous gratifient également de très bons mid tempi charbonneux et hypnotiques, comme Lsnienie sur lequel guitares et claviers fusionnent idéalement, traînant sur ce rythme lent marqué par la double cette ambiance de souffre et d’apocalypse.
    On appréciera la justesse de ce Lunaris à l’équilibre remarquable jamais grevé par des parties kitsch ou des orchestrations cheaps et pompeuses ; chaque élément est à sa place, renforçant la noirceur et la spiritualité de ces 47minutes, et l’ensemble sonne terriblement authentique et possédé. Tout juste pourra-ton reprocher quelques redondances et petites longueurs, notamment sur un titre comme Ziemia, un peu moins intense que le reste...


    Non, il n’y a pas à chier, Arkona vient de nous pondre une nouvelle tuerie qui manque de peu la mention de chef d’œuvre. Un album qui risque de se retrouver dans le top black de l’année de pas mal d’amateurs du style, et qui nous rappelle si besoin était que la Pologne n’est pas uniquement un pays de death metal.

    4 Commentaires

    6 J'aime

    Partager
    Antonin_Martin - 01 Novembre 2016: Arkona est l'un des groupes du moment en Pologne et très actif scèniquement. J'avais découvert le groupe au Throne Fest 2014 et ce fut le coup de coeur. Peu de temps après je me suis procuré le Chaos.Ice.fire, album de très bonne facture également mais c'est plus l'Imperium qui m'a scotché. A la fois très brutal, harmonieux et atmosphérique, ça vient des tripes et les parties de claviers sont magnifiques, très loin d'être pompeuses ou kitsch, et confèrent à l'ensemble un aspect attrayant. D'après ta chronique, ce Lunaris m'a l'air d'être dans la même veine et je dois dire que même si je ne l'ai pas encore écouté je pense que je peux l'acheter les yeux fermés, je ne serais pas déçu. Enfin bon, j'ai confiance en tes prédictions en matière d'excellence, et venant de la part d'Arkona je sais d'avance que je ne vais pas le regretter. Sinon, merci pour le papier.
    deviat - 04 Novembre 2016: J'ai également découvert le groupe lors de l'édition 2014 du ThroneFest. Sauf que ce ne fut pas le coup de coeur pour moi à ce moment là. La formation ne se détachant pas du reste. La révélation est venue par la suite chez moi à l'écoute de l'album Chaos.Ice.Fire. Et je viens de prendre une grosse claque à l'écoute de ce nouveau méfait (déjà écoutable en entier sur internet). Rapide, froid et mélodique par ses passages au clavier qui donne cette ambiance occulte et rend cet album comme tu le dis, pratiquement parfait. Achat obligatoire.
    Merci pour cette chronique qui je trouve retranscrit parfaitement l'ambiance dégagée par cet album.
    meuldor - 18 Novembre 2016: oh purée, cette révélation que je viens d'avoir à l'écoute des premier titre, bien sombre, malsain et puissant, tout ce que j'aime. et une idée de plus dans ma lettre au père noël.merci pour cette découverte!
    mayhem13 - 08 Mars 2017: Merci Icare pour tes chroniques super bien écrites, je découvre un paquet de groupes via ton profil et tes chro, donc celui là qui m'a scotché! Au plaisir de te lire!
      Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire