Loyal to None

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Herman Frank
Nom de l'album Loyal to None
Type Album
Date de parution 23 Fevrier 2009
Labels Metal Heaven
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album33

Tracklist

1. Moon II
2. 7 Stars
3. Father Buries Son
4. Heal Me
5. Hero
6. Kill the King
7. Down to the Valley
8. Lord Tonight
9. Bastard Legions
10. Welcome to Hell

Chronique @ dark_omens

29 Septembre 2015

Classique, varié et efficace...

Certains des acteurs les plus artistiquement emblématiques de certaines scènes continuent inlassablement de s’inscrire dans cette incessante volonté de s’exprimer au travers de leur musique. Pour ainsi dire jouer peut sembler vital pour eux. La vision qu’ils donnent alors de cette omniprésence, réelle lorsqu’ils sont assidus sur les planches, et plutôt de l’ordre de l’influence lorsqu’ils s’en éloignent, donne naissance à une respectabilité qui parfois su mue même en légende.

Herman Frank, dont le nom apparaît sur nombre d’œuvres en tant que producteur et sur nombre d’autres en tant que guitariste, fait partie de ces musiciens qui auront indéniablement marqué l’histoire. Membre de certains des groupes teutons les plus mythiques, tels qu'Accept dans sa période la plus glorieuse ou encore tels que Sinner, il participa aussi à d’autres sans aucun doute moins emblématiques mais non moins attirants tels que Moon’Doc ou encore Victory. Comme tant d'autres, ces champs d'expression pourtant multiples ne lui suffisant pas, il décidera de s'exprimer également en solo et de sortir cet album baptise Loyal to None.

Pour le soutenir dans cette entreprise, le vétéran allemand aura eu l’intelligence de s’entourer de quelques autres grands noms, pas nécessairement les plus reconnus, mais appartenant assurément au cercle restreint des plus illustres de la scène Heavy Metal. Tout du moins de celle germanique. Ce qui, soit dit en passant, est, peu ou prou, équivalent. Ainsi l’œuvre réunit un Stefan Schwarzmann, dont la renommée méritoire se lit sur un CV noirci du nom de quelques uns des plus glorieux groupes originaires de cette Allemagne triomphante (UDO, Running Wild, Accept), à la batterie, un Peter Pichl officiant avec Rock’n Rolf et les siens, à la basse ou encore avec Jiotis Parachidis chanteur émérite de Human Fortress et de Victory, dont l’étendue des capacités et la diversité des talents est juste incroyable.

Si l’équipe est assurément intéressante, l’équipée ne le sera pas nécessairement.
Pour la rendre attractive, nul doute que les musiciens devront s’employer à ne pas tomber dans les écueils de ce Heavy Metal typiquement saxon où la diversité est un concept trop souvent négligé. Nul doute qu’ils devront, également, éviter les pièges d’un égo démesuré et déplacé.

Et indéniablement l’expérience, et le talent, transcendent un Loyal to None où le discernement de ces musiciens aguerris évite toutes les erreurs. Défendant un Heavy Metal efficace, des titres tels que les nerveux et attrayants Moon II, 7 Stars ou encore Down to the Valley offrent le visage le plus délicieusement âpre de ces musiciens. Dans une expression moins véloce, mais tout aussi réussie, les mid-tempi tels que, par exemple, l’excellent Kill The King s’inscrivent dans cette indispensable diversité. En outre de changer les rythmes, le groupe aura aussi eu la sagesse de varier, quelque peu, les registres. Ainsi, aux confins d’un Heavy mélodique tutoyant presque le Hard Rock, si tant est que l’on puisse un tant soit peu oublier l’âpreté de ces guitares, des morceaux tels que, par exemple, Bastard Legion, mais aussi tels que la ballade nerveuse, et attachante, Heal Me proposent une vision différente et bienvenue. Véritables respirations salutaires, ces variations participent, incontestablement, à la réussite de ce disque.

Point trop n’en faut, le guitariste donnant son nom à ce groupe nous propose de goûter à ses soli efficaces pas trop démonstratifs. De plus, en véritable chanteur de Heavy Metal de grand talent, Jiotis Parachidis et son timbre éraillé, chaud et puissant, se distingue dans l’interprétation exemplaire d’un Loyal to None, lui conférant une dimension intéressante supplémentaire.

Loyal to None est donc une œuvre de Heavy Metal teutonne assez classique, et pourtant assez enthousiasmante. Un intérêt fruit, d’abord, du talent de ces musiciens, mais aussi, et surtout, de la subtilité avec laquelle ils auront su diversifier leur propos.

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
Elevator - 29 Septembre 2015: Merci pour la chronique. C'est effectivement du heavy ultra classique mais exécuté avec panache. Ton 14/20 me paraît carrément dur pour un album aussi incisif.
dark_omens - 29 Septembre 2015: J'ai effectivement tendance à noter un peu sèchement. Cela étant, dans mon barème, un 14 est une très bonne note.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ metalpsychokiller

27 Mai 2009
Charismatique, un look d’enfer, et un sacré curriculum vitae; Herman Frank ne fait pas partie des p'tits nouveaux se lançant à l’assaut de la planète métal avec toute la fougue de la jeunesse c’est certain. A mi chemin entre James Coburn dans “croix de guerre” et Richard Gere dans “Summersby”, le gaillard au visage buriné et aux cheveux argent fait partie intégrante de ce que j'appellerai le gratin du heavy teuton des années quatre vingt et quatre vingt dix. Un style metal qui a marqué toute une génération d’une part, et connaissant un véritable revival en ce moment d’autre part. Les exemples étayant cet état de fait sont pléthores, et je ne citerai sans aucunes réflexions et pèle mêle ; Cryonic Temple, Lonewolf, Evil One, Burning point... Autant dire que les quadras se régalent, et que leurs rejetons bercés aux combos germains se remémorent leurs primes enfances...

Trêve de digressions, la chronique dérapant; juste un petit cadrage/mise en place pour introduire ce “Loyal to None” dont nous allons tout simplement démontrer que le titre lui ayant été affublé ne pouvait pas être plus mal choisi!!!

Les petits rappels obligatoires pour les métaleux incultes ou ceux revenant de voyages spatio-temporels seront donc déjà ceux-ci: Herman Frank est le guitariste formateur du combo culte Accept ayant délivré durant quelques décennies des brulots incandescents du style ‘Restless and Wild, Princess of the Dawn, ou autres Son of a Bitch”... Il est aussi le guitariste attitré de Victory et de Moon Doc, groupes officiant dans la même veine depuis quelques lustres, eux aussi. Mais en outre, notre Gandalf le gris est aussi un producteur suffisamment talentueux pour pouvoir s’enorgueillir d’arborer sur son blason “quelques petits groupes qui ne marcheront jamais”. Entre autres, Rose tatoo, Molly hatchet, Messiahs kiss, et Saxon !!!

Autant dire que le guitariste d’Hanovre n’avait besoin de personne, vu la légère expérience accumulée (doux euphémisme), pour composer, mixer et produire au Arena studios son premier side project. Restait cependant à s’entourer de quelques musiciens de premier ordre qui donneraient leur hargne et leur professionnalisme. Sortirent donc, et excusez du peu le chanteur Jiotis Parachidis (Human Fortress/ Victory), Peter Pichl le bassiste de Running Wild, et derrière les futs Stefan Schwarzmann (Helloween/ Krokus). Que du mature et du lourd, du puissant et du corrosif pour un album dont le résultat final ne pouvait être… Qu’excellent.

En 10 titres, le quatuor fait étalage de tout son savoir faire pour délivrer des compos accrocheuses à souhaits et suffisamment diversifiées pour osciller entre Heavy, Speed et Power teintés de catchy et de groovy. Dès l’entame et un « Moon II » acéré et saisissant, on comprend que l’amateurisme n’est pas de rigueur ici : Grosse rythmique carrée et surpuissante, batterie martelant furieusement un tempo rapide, soli se répondant savamment et longuement avant le retour au thème, vocalises rageuses au timbre éraillé dans les aigus ; et enfin un refrain nettement marqué et itéré jusqu’à marquer vos neurones au fer rouge.

La recette classique, éprouvée et testée avec succès depuis des lustres, reste bien sur sans surprises. Et certains citeront comparativement le compatriote de Bochum, le bien connu Axel Rudi Pell ; quand d’autres y verront du Grave Digger ou du Running Wild. Pour sortir un peu des chroniques à venir, qui feront l’éventail du panel complet de références possibles pour cet opus ; je préfèrerai m’attarder et mettre en avant deux éléments troublants. Tout d’abord, sur les tempos modérés tels « Heal me » ou « Kill the king », un arrière gout prononcé de l’ancienne bande à Mick Jones (Foreigner) se fait sentir. Ceci n’est pas désagréable, mais résolument surprenant quand en second lieu les plages intro/couplets de « Bastard legions » ressemblent sensiblement au « You could be mine » du Slash et des Gun’s roses. Mais bon, mettons cela sur le compte de la coïncidence dans un genre tellement exploité et sillonné en tous sens depuis des décennies.

L’impression d’ensemble restera excellente malgré ce léger sentiment de «déjà entendu» surgissant par instants. Les mélodies entêtantes et ravageuses font leurs effets sans conteste, les refrains sont assénés avec force et conviction, cela riff vaillamment et les dégoulinés guitaristiques puissants assurent aisément. « Moon II, 7 stars, Heal me, Bastard legions » voir «Killing the kill » se dégagent légèrement du lot tant la Tracklist reste uniforme en qualité et ne souffre d’aucun remplissage.

Ce disque, en conclusion, régalera tous les adeptes du genre; qui peuvent foncer se délester des 15 où 20 euros nécessaires, sans crainte d’être déçu. Herman Frank a beau annoncer clairement « Loyal to None » ; cet opus n’en reste pas moins fidèle à la grande lignée du traditionnel Heavy Metal teuton. Et sincèrement… C’est tant mieux.

METALPSYCHOKILLER

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
metalpsychokiller - 27 Mai 2009: Avant que vous le signaliez en coms; le "réflections" n'est pas une erreur...
Réflexions, réflexions...
THX, mpk.
MetalOursonne - 31 Mai 2009: Tout réfléchi (!), c'est simplement un très très bon album, que je ne me lasse pas d'écouter. Merci pour ta chro (kro ?).. :-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire