Loud 'N' Proud

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Nazareth
Nom de l'album Loud 'N' Proud
Type Album
Date de parution Novembre 1973
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album54

Tracklist

1. Go Down Fighting
2. Not Faking It
3. Turn on Your Receiver
4. Teenage Nervous Breakdown
5. Free Wheeler
6. This Flight Tonight
7. Child in the Sun
8. The Ballad of Hollis Brown
Bonustracks (Re-Issue 2001)
9. This Flight Tonight (US Version)
10. Go Down Fighting (US Version)
11. The Ballad of Hollis Brown)
12. Free Wheeler (Edited Version)
Bonustracks (Re-Issue 2010)
13. Turn on Your Receiver (BBC Session)
14. Too Bad Too Sad (BBC Session)
15. Razamanaz (BBC Session)
16. Bad Bad Boy (BBC Session)

Chronique @ melpo

20 Novembre 2018

« Fier et bruyant », Nazareth commence à approcher les sommets

Après le succès de Razamanaz, Nazareth s’est très rapidement retrouvé sous la pression de son label qui voulait surfer sur cette réussite pour pousser le groupe à sortir un nouvel opus. On a souvent tendance à penser que les années 1970 seraient une décennie d’intense créativité car tout semblait permis et que le marché du disque était florissant. Mais on aurait tort de croire que l’avidité des grandes maisons de disques n’avait pas un fort impact sur cette créativité.

La problématique du groupe est alors assez classique : comment enrichir encore sa « fan base » tout en expérimentant et en faisant évoluer sa musique? Le groupe et son label sont alors persuadés que c’est la combinaison de la voix incroyable de Mc Cafferty (une sorte de mélange entre Rod Stewart et Brian Johnson) et le groove punchy des musicos qui fait le succès de la formation. C’est pourquoi, alors que Razamannaz est encore à l’affiche et que le groupe tourne encore intensément, la maison de disques exige une nouvelle production. Dans des interviews ultérieures, McCafferty et Agnew (le bassiste) ne cacheront pas qu’à cette époque, ils avaient le sentiment d’être exploités, mais cela ne les empêchait pas d’avoir une très forte motivation et une vraie volonté d’en découdre.

Le titre de l’album est d’ailleurs à l’image de l’état d’esprit des musiciens. Il y a d’ailleurs un côté naïf pour sortir un album qui porte le titre « Bruyant et Fier » et d’en rajouter une couche avec une pochette qui présente un paon (dans le genre modestie on a fait mieux) en train de chanter très fort. Le coup des plumes du paon qui représentent à la fois la fierté et les notes de musique est bien vu.

En fait, c’est un album écrit en pleine tournée et qui, comme pour le précédent, a vocation à retranscrire leur puissance scénique. D’ailleurs une partie des titres ont été testés directement sur scène avant de passer en studio. Les musiciens ne cachent pas que "Loud and Proud" est une véritable continuité, voire une extension de Razamannaz.

Venons-en au contenu de cet album qui, à l'image du précédent opus, a été produit par Roger Glover. Le bassiste de Deep Purple a bien compris ce qu’il pouvait tirer du groupe et il reprend la même formule. Il s’agit d’abord de faire sentir ce côté vivant de la musique des Nazareth. Les chansons ont d’abord été peaufinées et travaillées en live, comme on l’a vu plus haut. Ce qui, au final, s’est avéré un sérieux avantage, puisque le groupe n’a eu qu’une dizaine de jours pour enregistrer les sessions en studio. Ce temps limité de conception explique, comme l’ont justifié ultérieurement les musiciens, qu’il y ait trois reprises sur 8 extraits.

L’impression générale est assez déséquilibrée. On a une première partie qui correspond à la face A du vinyle d’origine, formé d’un bloc de cinq titres énergiques, très hard, voire même heavy. La deuxième partie, la face B, semble un peu moins cohérente, avec des morceaux de longueurs et de rythmes plus variés.

Le point commun aux cinq premiers titres est le martellement de la batterie et la rythmique imposée par la basse qui donne ce son peut-être encore plus heavy que sur l’opus précédent. Les cinq titres sont de qualité et jouent bien leur rôle de rouleau compresseur.

Si on zoome sur certains de ces titres, on notera le riff de départ de "Turn on Your Receiver" qui nous fait penser à du ZZ Top. C’est un extrait qui a eu un gros succès au Canada et qui devient le deuxième single de l’ouvrage. "Teenage Nervous Breakdown", quant à lui, est une reprise de Little Feat, groupe américain de blues rock qui a eu son heure de gloire au début des années 70. Il s’agit d’un rock’n’roll bien alourdi par la rythmique. Concernant "Free Wheeler", c’est encore un morceau qui commence sur une rythmique bien heavy et dans lequel, comme pour "Turn on Your Receiver", on retrouve un petit côté rock sudiste. La deuxième partie de la chanson, qui mêle le jeu des percussions (dans les mains de Glover) et la finesse de la guitare, est très enthousiasmante.

La face B s’ouvre par l’incontournable "This Flight Tonight", une reprise de la chanteuse folk Joni Mitchell. Essayer de mettre "This Flight Tonight" dans un moteur de recherche et c’est la version de Nazareth qui est mise en avant. Ce titre valorisé par nos compères a su garder un petit parfum psychédélique tout en vous entraînant avec sa basse. C’est d’ailleurs un coup de génie de remplacer la guitare sèche de Mitchell par la basse d’Agnew avec une guitare planante en arrière-plan.

On en arrive à la fin de l’album et peut-être à la seule faute de goût de ce disque. Une ballade "Child in Sun" dont la mélodie plutôt sympathique est placée juste avant le long morceau de clôture, "The Ballad Of Hollis Brown". Ce dernier titre de plus de 9 minutes est une reprise très libre de Bob Dylan. Certains ont trouvé dans cette reprise une inspiration doom des premiers Black Sabbath. Pour ma part, je trouve que cela ressemble davantage à une espèce de space rock répétitif. Quoiqu’il en soit, ce morceau qui n’est pas mauvais tranche carrément avec le positionnement du reste de l’album. L’explication viendrait du lieu d’enregistrement. En effet, les deux dernières chansons ont été enregistrées à Londres alors que le principal studio était en Ecosse.

Mais que cela ne vous empêche pas de vous plonger avec délice dans ce "Loud’N’Proud" énergique et plutôt original.

2 Commentaires

6 J'aime

Partager
frozenheart - 22 Novembre 2018:

Excellente chronique d'un groupe dont on ne parle pas souvent sur les forums! Cet excellent Loud 'N' Proud, avec Razamanaz et Hair of the Dog sont à mes yeux les meilleures réalisations de Nazareth, Arrive ensuite, No Mean City et Big Dogz. 
Encore merci pour le papier.

ZazPanzer - 16 Décembre 2018:

Eh beh, je découvre avec stupeur que "This Flight Tonight" que j'avais connu via la reprise de Heavens Gate (1989) n'est pas un titre de Nazareth ! Morceau fantastique (repris également par Iron Savior en 1997), je l'avais toujours attribué au gang de McCafferty. Je me coucherai donc moins con ce soir. Merci pour la chronique !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire