Liberation Transmission

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Lostprophets
Nom de l'album Liberation Transmission
Type Album
Date de parution 27 Juin 2006
Produit par Bob Rock
Style MusicalMetal Alternatif
Membres possèdant cet album84

Tracklist

1. Everyday Combat
2. Town Called Hypocrisy
3. New Transmission
4. Rooftops (A Liberation Broadcast)
5. Can't Stop, Gotta Date with Hate
6. Can't Catch Tomorrow (Good Shoes Won't Save You This Time)
7. Everybody's Screaming
8. Broken Hearts, Torn Up Letters and the Story of a Lonely Girl
9. 4:Am Forever
10. For All These Times Kid, for All These Times
11. Heaven for the Weather, Hell for the Company
12. Always All Ways (Apologies, Glances and Messed Up Chances)

Commentaire @ Lisithea

22 Avril 2008
Lostprophets est un groupe controversé. D'un côté ceux qui ne voient en eux que des moutons opportunistes, de l'autre ceux qui s'extasient devant la beauté du chant de Ian Watkins, la fluidité des mélodies et la qualité de l'ensemble des chansons. Il faut donc essayer d'analyser objectivement ce troisième album de Lostprophets.

Nous avons déjà eu "The Fake Sound of Progress", album très Neo-Metal assez étonnant ; on y trouve des sonorités étranges et un champ original. "Start Something", plus accessible, permet au groupe de s'ouvrir au monde, par la beauté du chant, la dynamique des chansons et les ambiances unique de cet album. "Start Something" reste tout de même un peu dans le Neo-Metal par certaines morceaux bien particuliers. Arrive "Liberation Transmission", rupture. En effet, l'album ne sonne plus Neo mais bel-et-bien Rock, ce qui donne des dimensions encore plus accessibles au groupe.

"Liberation Transmission" s'ouvre avec "Everyday Combat", une intro explosive, suivie immédiatement d'un couplet bien dynamique, et d'un refrain agréable ; cette chanson donne la pêche, les lascars se sont de tout évidence appliqués pour leur troisième album. Fidèle à ses habitudes, le groupe fait terminer le morceau par une outro sans aucune utilité ; on avait noté dans "Start Something" la présence d'un grand nombre de ces machins qui ne sont pas les bienvenus.

On enchaîne avec "A Town Called Hypocrisy", morceau qui en étonnera plus d'un ; eh oui, Lostprophets a bien changé de cap, et nous présente un couplet agréable et planant, suivi par un refrain imposant et bien rock. On note tout de même un passage avec des "la la la" qui peut faire penser à une musique de plage brésilienne...

On poursuit dans la même veine avec "The New Transmission", morceau du même type que le précédant, enjoueur, relativement agréable et dynamique mais finalement trop banal, passons.

Arrive "Rooftops", le single très controversé également. On commence doucement, avec un couplet lent, doux, et contenant une certaine émotion, puis la batterie nous annonce que le refrain arrive, et ça décolle bien, idem pour le pont, dont l'intensité monte en crescendo et finit par des "Sream your heart out!" criés, mais jouissifs. A part le coté répétitif des paroles, c'est vraiment un bon choix de single.

Le single dépotant est suivit de "Can't Stop Gotta Date With Hate", morceau qui en séduira plus d'un, car fluide, très agréable et rapide sur la fin. Une réussite de plus, on se rend compte que la voix de Watkins est belle sous tout les angles.

"Liberation Transmission" nous présente ensuite "Can't Catch Tomorrow", une des plus grandes chanson de Lostprophets, un véritable coup de coeur. Ian fait jouer sa voix entre les "Do do do" et les "Had to know you!!", entre un couplet fluide et superbe et un refrain rock et intense, un pur moment de plaisir.

"Everybody's Screaming" arrive, morceau qui se détache complètement du lot, osé mais finalement bien réussi ; ce titre est marqué par sa rapidité et son intensité. Très original.

Lostprophets a l'air d'aimer les noms à ralonge, voici "Broken Hearts, Torn Up Letters and the Story of a Lonely Girl". Sous son titre gonflant, cette chanson suit bien la veine de l'album, elle se révèle très agréable, d'une grande fluidité. Ce type de chanson est propre au groupe, ces sonorités si agréables, ces rythmes enjoueurs...

Une autre single de l'album, "4AM Forever" suit. Ce titre est construit en crescendo, on commence avec des couplets doux et agréables à l'oreille, puis on dérive vers une partie plus intense et plus émotionnelle ; un autre coup de coeur.

On arrive à "For All These Times", morceau qui fait redémarrer la machine, avec une intro prenante, un couplet dynamique et un refrain intense et puissant, une fois de plus. Encore une très bon morceau ou on retrouve quelque chose qui se faisait rare, les passages criés : "No! No! But you'll never believe! No! No!".

L'album nous offre ensuite "Heaven For The Weather, Hell For The Company", chanson très originale, plus planante, c'est assez réussi. Ce titre n'est pas mémorable mais montre tout de même que Lostprophets fait des efforts pour se démarquer un petit peu des autres groupes qui baignent dans le même style.

"Liberation Transmission" se clôt avec "Always All Ways", une ballade bien comme il faut, qui coule dans votre oreille en vous faisant gentillement rêvasser.

On peut bien sûr reprocher à "Liberation Transmission" d'être commercial, de viser exclusivement à plaire, mais il est indéniable que cette musique est vraiment un plaisir ; les musiciens savent jouer, Watkins sait chanter, et on doit considérer Lostprophets comme un bon groupe rock à part entière. Bien sûr qu'ils n'auront jamais un succès mondial et une dizaine d'albums cultes dans les bacs, mais "Liberation Transmission" le montre, on est loin du rock-pop bas de gamme et des niaiseries parfois pondues par des pseudo-groupes Neo-Punk typiques.

En clair, une évolution osée qui décevra certains fans friands de Neo Metal classique, mais un pari gagné car le 3ème album de Lostprophets s'illustre comme une superbe pièce de Rock alternatif, vraiment.

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
Celldweller55 - 10 Octobre 2010: Lostprophets c'est du métal ?
J'ai toujours vu ça comme du punk/rock
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire