Inmazes

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Vola
Nom de l'album Inmazes
Type Album
Date de parution 02 Fevrier 2015
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album7

Tracklist

1. The Same War 05:10
2. Stray the Skies 04:13
3. Starburn 06:05
4. Owls 05:51
5. Your Mind Is a Helpless Dreamer 05:21
6. Emily 03:01
7. Gutter Moon 03:55
8. Feed the Creatures 04:58
9. A Stare Without Eyes 05:37
10. Inmazes 07:29
Total playing time 51:40

Chronique @ Groaw

16 Novembre 2019

Vola démontre déjà tout son potentiel avec un premier opus de grande classe, original et sans aucune arrogance

Dans un univers plutôt dominé par les nord-américains avec des formations culte que sont Tool, Mastodon, Dream Theater ou encore Devin Towsend, le metal progressif est une étendue à part entière, où la folie peut parfaitement s’embraser avec le sérieux, où la frénésie peut aussi s’illuminer avec la douceur, où tous les contraires ont la permission de s’entrelacer pour créer une forme, de glisser facilement tel une goutte d’eau sur une vitre.

C’est donc Vola, une jeune formation nous venant tout droit de Danemark qui va s’essayer dans l’exercice non-aisé de nous surprendre, de nous faire inspirer un vent frais et de nous faire tomber sous le charme de leur premier album Inmazes. Le quatuor a déjà une petite expérience en matière d’ascendance puisqu’en l’espace de onze années, nos danois ont déjà sortis plusieurs démos et plusieurs singles, sans pour autant les concrétiser.

Pour le moins que l’on puisse dire, c’est que Vola a déjà trouvé sa voie en offrant un metal très axé sur le djent avec des cordes très distordues, accordées basse et tirant fortement sur de l’expérimental avec des influences de Meshuggah et de Tesseract endossées. Dans sa direction progressive, le quatuor a opté sur du chant clair surprenant, rappelant le vocal de Mikael Akerfeldt d’Opeth avec cette même tournure atmosphérique et mélodieuse, apportant quiétude et délicatesse.

Le résultat en est une fusion de styles, dans le sens propre du terme, de l’ensemble de ces groupes avec un aspect moderne, inattendu et rêveur. Nos danois prouvent qu’il ne suffit pas seulement d’être vigoureux pour se montrer captivant mais qu’il faut savoir également marier une perspective plus aérienne, plus planante au milieu de cette puissance pour créer une personnalité unique enchanteresse et un fort tempérament.

Tout commence avec The Same War : une intro nous donnant une impression d’instabilité, de discordance, de désaccord entre les cordes. Les premiers rappels à Meshuggah ne tarderont pas avec un instrumental grinçant, plutôt froid et insensible, assez répétitif. Dès lors que l’on passe au refrain, toute cette insaisissabilité se désagrège, laissant apparaître l’évasion, les phantasmes et l’audace. Toute la sérénité est apportée par les claviers, amenant hauteur et palpitation et ce vocal apaisant, céleste qui nous emporte vers les nuages.

Pour certaines expérimentations, le quatuor met plus en avant cette capacité à mêler excellement grâce et dureté. Starburn affiche justement cette association avec un instrumental et un vocal qui, dans leur ensemble, garde cette facette pure et émotionnelle, s’entremêlant avec quelques intervalles plus turbulentes avec un chant bien plus rugissant, growlé, où cordes, percussions et claviers prennent une teinte plus hargneuse et tumultueuse.

La richesse vocale reste l’atout fort de cet album et il ne sera pas rare de le voir de temps à autres être le pilier principal. Emily résulte d’une ballade où l’instrumental se montre discret et où le travail vocal est principalement mis en avant. Point de surplus, le titre va au fondamental avec une voix qui nous murmurait presque à l’oreille, se montrant si singulière et pourtant si émouvante. Tout résulte d’un timbre de voix poignant et palpitant.

Il serait impossible de parler de ce Inmazes sans citer deux morceaux qui sortent du lot, à savoir l’éponyme et Stray The Skies. Le titre éponyme, de par le fait qu’il s’agisse du titre le plus long, développe les atmosphères expérimentales et progressives, tout en gardant ce climat harmonieux et gracieux. Stray The Skies, quand à lui, voue de façon intéressante toute cette figure expérimentale et djent avec des guitares plus aiguisées, un chorus grandiloquent et surtout, avec un solo de clavier enivrant.

Vola démontre déjà tout son potentiel avec un premier opus de grande classe, original et sans aucune arrogance. Les danois nous offre une belle vision moderne d’un metal mêlant remarquablement expérimentation, progression et atmosphérique et montre qu’ils ont une place d’honneur parmi les grandes figures prog. Un essai qu’il faudra confirmer lors des prochaines compositions mais qui se montre déjà prometteur.

« Welcome in a new world ! »

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire