Impulsive Attack

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Infinite Translation
Nom de l'album Impulsive Attack
Type Album
Date de parution Mars 2010
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album27

Tracklist

1. Intro / Escaped 02:37
2. The Past Never Dies 04:01
3. Legion of Death 04:01
4. Translator 04:35
5. Impulsive Attack 06:46
6. Dead by Dawn 04:21
7. Zombie Squad 04:31
8. Feat the Face of Death 05:44
Total playing time 36:36

Chronique @ LeMoustre

16 Novembre 2016

First Attack

Il n'est pas aisé de citer des albums purement thrashmetal de grande qualité issus de France. Psychological Torment de No Return, peut-être mais ça remonte à 1990, ou, en plus extrême et récent, le premier album des défunts Perversifier, bien sauvage, voire les deux Zoldier Noiz. De rares formations s'y sont essayées entretemps, sans succès ni lendemain (Imperial). A l'heure où une génération semble vouloir rectifier ce manque flagrant (Hexecutor, Deathroned, Mortal Scepter), le cas d'Infinite Translation avec son premier album magnifiquement illustré par le fameux Repka mérite l'intérêt. Sorti en 2010, rendons grâce au sympathique label Emanes Records (Thrashback, Sanctuaire...) de promouvoir et distribuer ce genre de groupe.

Trio bien de chez nous, Max Maniac, Jon Whiplash (Skelethal) et Fishkiller assènent un thrashmetal dans les règles de l'art, à l'instar de la vague revival qui sévit depuis le début du siècle (citons dans un style similaire Pitiful Reign, Ultra-Violence, Fastkill ou Bonded By Blood). L'album débute ainsi par une instrumentale de qualité ("Escaped"), où les riffs saccadés et typiques rassureront les thrashers sur la faculté d'un groupe français à officier dans ce créneau musical. Les vocaux, traditionnellement point faible des formations françaises en général dès lors qu'il faut officier en anglais (malgré un léger accent ici, mais bon, pas plus qu'il y en avait sur le premier Deathrow, sans un style vocal assez similaire) sont parfaits pour le style. Un bon point, qui conforte l'appréciation globale. Les structures des morceaux sont bien construites et constituant presque un abécédaire du genre (backing vocals, mosh parts, accélérations rythmiques, breaks à gogo) sur une base instrumentale empruntant autant à Exodus qu'à Deathrow ("Legion Of Death" et ses guitares incisives). Difficile de deviner, sans le savoir à l'avance, que cet album vient de Gaule.

D'une durée idéale pour le style (36 minutes), Impulsive Attack montre ainsi un savoir-faire indéniable au gré de titres agréables et nullement redondants. Même si on pourra sourire à la lecture des paroles d'un titre comme "Translator" (au demeurant fort efficace), ode à la gloire du thrash en maudissant les posers (souvenirs, souvenirs), n'est ce pas finalement l'héritage d'une certaine conception du mouvement ? Sans jamais dépasser le mur du son, les compositions de ce premier album, énergiques ("Dead By Dawn") et assez rapides, présentent une homogénéité remarquable ("Zombie Squad" un peu en-dessous, quand même), conférant une base fort agréable au thrash de notre trio tout au long des 8 morceaux.

Découpé en deux parties de quatre titres débutant chacune par un instrumental (ça fait pas penser au format vinyle, ça ?), "Escaped" donc, mais aussi le fouillé "Impulsive Attack" de six minutes et demie (on pense au Metallica de la grande époque au détour de certains riffs) cet album sans prétention, véritable OVNI de la scène française par son classicisme, constitue une vraie bonne surprise. A l'instar de son successeur chroniqué également en ces pages, Impulsive Attack saura titiller la corde sensible de n'importe quel thrasher qui se respecte. Pas vraiment référentiel, mais foutrement sympathique.

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Infinite Translation