If Blood Is the Answer

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Jarell
Nom de l'album If Blood Is the Answer
Type Album
Date de parution 02 Mars 2013
Style MusicalDeath Industriel
Membres possèdant cet album6

Tracklist

1. You Asked the Wrong Question
2. Waste, Always Waste
3. Hospital
4. In Her Entrails
5. Waltzing Sympathy
6. Successful
7. Did You Know
8. Dead Man's Curse
9. I Hate
10. Pull the Rope
11. Birth

Acheter cet album

Jarell


Chronique @ Matai

31 Mars 2013

Jarell mise sur l'efficacité, et ça fait mouche

Lors de la sortie de son premier album “Hidden Side” en 2008, Jarell avait montré que la France avait aussi beaucoup de potentiel en matière de metal moderne. Le mélange des styles associé à un enrobage électronique et à une production en béton armé propulsait les Parisiens dans la cour des grands, même s’ils avaient encore peu d’expérience. Arrive maintenant le second opus « If Blood Is the Answer », voyons voir ce qui s’est passé pendant ces cinq ans d’absence.

Certains changements de line-up, de guitaristes et de batteurs notamment, auront légèrement chamboulé la carrière de Jarell qui repart désormais sur de bonnes bases. C’est un nouveau quintette qui bosse sur cet album avec l’aide d’Emmanuel Rousseau (ex-Lyr Drowning) pour le mixage aux White Wasteland Studio et le mastering de Mobo aux Conkrete Studio (Gorod, Eryn Non Dae, Minushuman). Le son est par conséquent très propre et très adapté au style de Jarell.

En parlant de style, celui des Parisiens est plutôt difficile à cerner dans la mesure où on retrouve un mélange d’un peu de tout : du death, du thrash, du metalcore, de l’indus et de l’atmo. On se contentera pour le moment de modern metal, influencé par certains grands noms comme Mnemic, Dagoba, Fear Factory ou encore Soilwork. Ce qui prédomine, en tout cas, ce sont ces nombreux plans électroniques ainsi que les gros riffs et l’alternance de chant crié, de growl et de chant clair dans les refrains. Cela s’entend bien dès le départ avec « You Asked the Wrong Question » aux relents cybernétiques. On découvre des passages syncopés et des passages plus brutaux, bercés par les claviers et les effets. Niveau originalité, on repassera, dans la mesure où c’est une mixture très employée depuis plusieurs années et parfois accompagnée de tonalités djent. Jarell, de ce côté-là, évite de tomber dans ce piège et préfère miser sur l’efficacité plutôt que sur l’expérimental ou la technique.

« Waste, Always Waste » se tourne plus du côté de l’atmosphérique, avec son ensemble porté sur les nappes et les textures. Le chant féroce de Krys associé aux offensives guitaristiques permet d’ajouter un peu de piment. Mais ce n’est rien face à « Hospital » qui agit comme un vrai tube futuriste et déconcertant d’efficacité.

Jarell propose des morceaux simples et déjà entendus comme le très death metal « Successful », « In Her Entrails » aux relents Nothnegaliens, ou le longuet « Birth ». Mais on a aussi des titres plus audacieux comme un « Waltzing Sympathy » symphonico-atmosphérique à certains moments, un « Did You Know » porté par l’électronique et un « I Hate » qui évoque le dernier Zonaria au niveau des atmosphères.

Même si les Frenchies ne révolutionnent rien, sur le plan international, avec « If Blood Is the Answer », ils arrivent tout de même à s’améliorer et à apporter un peu de fraîcheur à une scène française stagnante dans le domaine. Ils nous offrent alors un bon album, punchy et catchy, avec un livret très sympa fonctionnant comme un rassemblement de pages de lettres/cachiers/journaux. Voici donc un groupe à suivre de très prêt.

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
Ultrashock - 01 Avril 2013: Merci pour cette découverte, je vais faire péter l'album ça m'a l'air bien sympatique tout ça ;-p
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Satanistar

26 Août 2013

Sans vraiment révolutionner le genre, Jarell impose sans aucun doute une patte reconnaissable.

Originaire de la région parisienne, Jarell nous avait asséné vicieusement d’un confortable premier album en 2008. « Hidden Side » amenait le groupe à pratiquer un metal dit moderne, appellation très putassière voyant tournoyer dans une sphère nébuleuse une mixture toxique flirtant avec le death, le thrash, le metalcore voir même quelques plans de metal industriel. Quoiqu'il en soit, le caméléon français balbutiait encore timidement malgré tout le potentiel infernal qui se dégageait de compositions fouillées et corrodantes. Ajoutez à cela des musiciens à la verve technique sans concession et vous obtenez une formule gagnante à tous les coups.

Tout juste 5 ans après cette première incursion dans un domaine violent et décadent, un nouveau poupon ensanglanté nous est offert en guise d'offrande, afin de répandre le sérum à tous les niveaux et étancher la soif cinglante du liquide rougeâtre. 5 ans pour étoffer un album, le polir comme un diamant, le ciseler à la perfection et lui donner la vie.

"If Blood Is the Answer..."

La réponse, la solution, le cheminement d'un album à travers les ténèbres, à travers un voile glacé et âpre. L'enrobage sonore sied ainsi à merveille avec la conception que Jarell sait fait de leur romance musicale. Moderne, brute et claire, une imposante masse sonore, faisant office d'enclume sur la tête, de glaive à même la peau, s'abat dès la première pièce pour nous saisir par sa brutalité et sa férocité.

"...You asked the wrong question"

Navigant dans les eaux houleuses de formations telles que Dagoba,Mnemic ou encore Fear Factory pour leurs fameuses salves destructrices, Jarell hisse un étendard puissant grâce à de singulières atmosphères. Dans l'idée ce deuxième recueil va plus loin que son grand frère en crevant les quelques faiblesses passés. Krys a nettement amélioré par conséquence son chant en passant effrontément du chant clair au chant growlé avec une parfaite maitrise inconsciente. Ainsi empreint d'un vocaliste à la hauteur des attentes que nous pouvions espérer, la musique s'emballe aisément autour de rythmiques groovy en diable. De passages syncopés aux ambiances transpirant l'électronique marmoréen, Jarell ne laisse rien au hasard et s'en tire toujours avec une longueur d'avance.

Nous pourrions prendre l'exemple de ce "Pull the Rope" ou encore ce "Dead Man's Curse" aux gimmicks futuristes fichtrement bien réussis. Jarell compose alors une gamme de tubes immenses comme "Hospitals" et sa mélodie imparable. Les éléments juxtaposés se disputent alors les teintes éclatantes et scintillantes de cet album fait d'acier. Bien évidemment, et il faudra l'avouer certains titres sont plus faibles que d'autres. "Waltzing Sympathy" se plante totalement dans sa construction et n'invite pas vraiment au voyage. Il en va de même pour "In her Entrails" au feeling plus heavy mais nettement moins accrocheur.

Pourtant, une fois de plus, Jarell frappe un grand coup et s'affirme comme une valeur montante de la scène hexagonale. Sans vraiment révolutionner le genre, il impose sans aucun doute une patte reconnaissable et un savoir faire à la française. Certes quelques esprits chagrins pourraient discuter sur le stakhanovisme de certains titres mais il serait dommageable d'occulter des qualités évidentes. Assurément, une réussite dans le genre.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Jarell