Gronibard

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Gronibard
Nom de l'album Gronibard
Type Album
Date de parution 2001
Style MusicalPorno Gore Grind
Membres possèdant cet album191

Tracklist

1. Intro / March of the Gronibard/Je Te Déchire l'Anus
2. http://www.J't'Aspire le Derche.com
3. La Raie de Mon Cul Est une Trousse à Bite
4. Udufru (Belenos Va en Norvège)
5. Crème de Chatte
6. Pomme d'Anus
7. J'ai Joué Ma Bite en Bourse
8. J'ai Joué l'Anus Artificiel de Ton Grand-Père au PMU
9. Chérie, Aurais-tu l'Obligeance d'Ecarter les Fesses ?
10. Pacifuck (Force Anus)
11. J'ai Fait des Ecouteurs pour Mon Walkman avec tes Trompes
12. Cripple Bitch (GUT Cover)
13. Sublime Cadaveric Decomposition Is Gay
14. Prout de Bite
15. J'ai Fait une Salade de Calamars avec des Restes de Circoncision de Cédric M. (Donc Pas Grand Chose)
16. Détend Ton Prépuce avec un Abat-Jour, Ca Fera une Parabole
17. Va Faire la Vaisselle
18. J'te Chie à la Gueule Foubert
19. Olé
20. Morceau En Son Clair
21. Mon Anus Est un Héliport à Gland
22. The Kill
23. Ma Soeur a Vu Passer Plus de Queue Que les Caissières d'Auchan
24. Je Te Chie dans le Cul avec une Verrue Plantaire Sur l'Anus
25. Mort Fondu Savoyard (Bélénos Cover)
26. The Bloody Adventure of Menstruator
27. J'ai Gagné l'Anus de Ta Tante à la Kermesse du Village
28. Viens-là ! Suce Ma Bite !
29. The Sound of Orange Juice Sloshing Around Your Coffee (Last Days Of Humanity Cover)
30. Hémorroïdes Bucco-Dentaires
31. Mat Est un Connard
32. Il Est Pas Carré, Il Est Pas Rond, Il Est Ovale Mon Trou de Balle
33. Fragments of Corpse in My Bicky Burger
34. Bonus Track

Chronique @ Julien

11 Août 2006
Dans le monde du grind il y Gronib’ et les autres. Car pendant bien longtemps le groupe ne disposa que d’un seul et unique album. Avec ce seul et unique album le groupe s’installa dans le cœur de tous les métalleux que l’on aime le grind ou pas. Pourquoi c’est aussi simple qu’un pet : c’est fun et il est à la porte de n’importe qui de chanter « Udufru ». Récit d’une immersion pas très « politiquement correct ».

Ce qui fait la force de Gronib’ c’est d’abord des titres imaginatifs et poétiques : « Détend ton prépuce avec un abat-jour, ça fera une parabole » pour n’en citer qu’un seul. Le deuxième point fort de Gronib’ se sont ses textes imaginatifs et poétiques : « Va faire la vaisselle sale morue ou t’aura ma bite dans ton cul, Va faire la vaisselle grosse tepu ou je vais encore devoir t’éclater le cul » pour ne citer que quelques vers. Le troisième point fort de Gronib’ c’est un logo imaginatif et poétique : directement du producteur aux consommateurs. Le quatrième point fort de Gronib’ c’est une pochette imaginative et poétique : oh les gros lolo. Le cinquième point fort de Gronib’ c’est des extraits de film imaginatifs et poétiques : « du bon sperme de marquis, n’est il pas meilleur ? Assurement !!!!!!! »
Blague à part si Gronib’ marche si bien dans nos cœurs c’est parce qu’ils ont su touché notre coté crasseux et que l’on aime ça. Combien de fois les gens ont été traumatisé a l’écoute de « Va faire la vaisselle », lorsque nous arrêté au feu rouge la fenêtre ouverte. Oui c’est beauf’ et alors. C’est bon de faire le gros crasseux, c’est encore meilleur avec une bière. Le groupe a su trouver les bonnes reprises, « Udufru » est un véritable bonheur à chanter en fin de soirée. C’est exactement la même chose avec « Olé ». L’ajout de gros blast dans un titre aussi connu est vraiment excellent. On a tous chanter au moins un fois « Je te déchire l’anus a grand coup de falus, prend ça dans ton fion huuumm c’est bon » (c’est les paroles pas de mauvaise blague, je vous vois venir). Le choix des samples est excellent. Entre les films de boules et la classe américaine (ou le grand détournement, oui c’est ça le fameux film pour ce qui le cherche. C’est une parodie faite sur canal + il y a longtemps ou plusieurs films différents sont montés ensemble et ou la bande son a été refaite). L’influence de gronib’ atteint même les candidats de la nouvelle star. Qui n’a jamais vu notre amis chanter du Gronib’ devant le jury, excellent.

Unique cet album est déjà dans toutes les chaumières et c’est tant mieux. Pour ceux qui ne l’ont pas encore, courez l’acheter vous passez à coté de l’un des disques le plus drôles du monde.

Le mythe français !!!!!!!!!

3 Commentaires

14 J'aime

Partager
erzebethgoth - 08 Novembre 2006: Mdr j'adore ce groupe et particulièrement la chanson Udufru ils sont vraiment trop tripants ces types :)
albundy57 - 06 Décembre 2010: Un album et surtout un groupe qui aura marqué les esprits dans le métal.
Bien fendard en tout cas, mais selon moi c'est le genre de groupe qu'on apprécie à petite dose.
L'important est de ne pas s'enfermer dans le style "débilos", afin de ne pas devenir des plus ennuyeux...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Icare

15 Octobre 2007
Ah ah, mon Dieu cet album !

Je crois qu'il n'est plus besoin de présenter Gronibard qui est venu en 2001 mettre un vilain coup de tatane dans la fourmilière grind à grands coups (de phallus !) de riffs fracassants et d'humour gras et potache.

Mais bon, il n'est jamais superflu de rendre un petit hommage à un bon groupe de musique, surtout quand celui-ci est si profond (n'y voyez aucune allusion graveleuse !) et poétique.

Bon, rentrons dans le vif du sujet : Gronibard, c'est du porno grind dans toute la noblesse du terme, bien crade et dégoulinant comme on l'aime : il n'y a qu'à jeter un œil sur la pochette ou lire le nom tordant des titres ( "Mon Anus est un Héliport à Glands" ou "Il Est pas Carré, Il Est pas Rond, Il Est Ovale mon Trou de Balle" pour n'en citer que quelques-uns) pour comprendre qu'on patauge joyeusement dans un délire scato/crotte/bite/nichons/prout bien gras et bien épais.

C'est d'ailleurs ce délire prononcé (extraits de films de boules bien sentis, paroles on ne peut plus fines et recherchées, titres désopilants à coucher dehors, et un artwork plutôt douteux mais jouissif à ne pas étaler sous tous les yeux), qui, plus que le reste, il faut bien le dire, a fait la réputation sulfureuse du groupe. Auquel on peut ajouter un humour potache, un sacré sens de l'(auto)dérision et un certain talent pour les parodies burlesques.

Mais ceci étant dit, il faut tout de même souligner que la musique n'est pas en reste. Ici, on a des compos de déliro-grind bien foutues et entraînantes, avec des guitares au son épais qui envoient le pâté bien comme il faut, une batterie qui blaste sévère, et des parties vocales plutôt originales, bien dans l'esprit du groupe disons, qui se basent sur l'alternance d'une voix criarde et suraiguë désopilante et de grunts immondes tout à fait porcins (merci les effets !). De ce côté là donc, pas de problème, le groupe assure, et même s'il ne fait pas dans le technique, le tout sonne bien et efficace à souhait, le moins que l'on puisse dire, c'est que le style assez rudimentaire est parfaitement maîtrisé et ne sonne jamais brouillon, grâce notamment à un son limpide (chose assez rare pour du grind).

Le tout est évidemment assez répétitif (ce coup-ci, c'est normal pour du grind !), mais le combo varie les plaisirs en laissant de temps en temps l'auditeur respirer grâce à des samples de films complètement décalés (outre les films de boules, j'ai reconnu Cap'tain Orgasmo et Le Grand Détournement), des délires expérimentaux et déjantés ("Olé!", ou "Udufru") et des covers pour le moins ironiques ("Mort fondu Savoyarde" et son sublime jeu de mots résume à lui seul l'esprit du groupe pour peu qu'on puisse déceler l'allusion au tire "Morfondu" du groupe de pagan black français Bélénos).

Alors, si tout cela peut paraître douteux et décalé au 1er abord, force est de constater que l'album est réussi et la musique bien en place, et au final, on aime ça et on en redemande ! Gronib' a donc réussi le pari risqué de réussir à composer un album grind de bonne facture et relativement original (je dis bien relativement) en envoyant valser les clichés gores du genre pour imposer SA marque de fabrique, le Gronib'styl, et tout ça sans se prendre au sérieux !

Une grande bouffée d'air frais dans un milieu extrême saturé et rongé par les clichés, ça fait du bien par où ça passe !
(Désolé, je me devais de finir cette chronique sur une expression douteuse, Gronib'powa oblige !!!).

1 Commentaire

6 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire