Fueled by Hate

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Jungle Rot
Nom de l'album Fueled by Hate
Type Album
Date de parution 15 Juin 2004
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album39

Tracklist

Re-issue on CD in 2005 by Coyote Records.
1. Intro 00:53
2. Face Down 03:44
3. Let Them Die 02:29
4. Fractured 03:10
5. Gain Control 02:12
6. Gasping for Air 02:44
7. Low Life 03:07
8. Scars of the Suffering 01:11
9. Symbols of Hate 03:03
10. No Surrender 02:20
11. Habit Fulfilled 02:42
12. More Demon Souls 02:49
Total playing time 30:24

Chronique @ grogwy

23 Décembre 2018

Full Death Metal Jacket

Bien que beaucoup moins connu qu'Obituary et Six Feet Under, Jungle Rot fait partie de ces formations qui, années après années, persistent à délivrer un Death Metal que certains qualifient d'Old School.

Formé à Kenosha (Wisconsin) en 1992 par Joe Thomas (chant/guitare) et Jim Harte (batterie) après leur départ de Prisoner, le groupe se stabilise l'année suivante avec l'arrivée de l'ex-Num Skull Dave Matrise (guitare) et de Joe Carlino (basse).

En 1994 Jungle Rot recrute le guitariste Jim Bell (Joe Thomas se consacrant au chant), remplace Joe Carlino par Brian Kuhn, et enregistre la démo "Rip Off Your Face".

Peu de temps après Joe Thomas décide de quitter le groupe, permettant au guitariste Dave Matrise de passer derrière le micro.

En 1995 Jungle Rot rentre en studio avec le producteur Chris Djuricic (alias Chris Wisco) mettre en boite "Skin The Living" qui, comme les albums suivants, sortira doté d'une pochette qui évoque la guerre (notamment celle du Viêt Nam).

D'abord édité en cassette, puis en cd en 1996 sur Pure Death Records (petit label fondé par le chanteur d'Hatebreed Jamey Jasta) "Skin The Living" permet à Jungle Rot (dont le style peut être définit comme un croisement entre Massacre, Obituary, et Six Feet Under) de se faire un nom au sein de la scène Death Metal Américaine (mal distribué ce disque sera réédité en 2013 par Victory Records).

Après l'incorporation du bassiste Mike Legros (également membre de Disinter) et du batteur Rob Pandola Jungle Rot décroche un contrat avec Pulverizer Records (Deteriorate, Dying Fetus), puis entre en studio (toujours avec Chris Djuricic-Wisco) en mai 1997 enregistrer son second album "Slaughter The Weak".

Suite à la fermeture de Pulverizer Records ce très bon disque (dont les ventes ont été plus qu'honorables) bénéficiera de deux nouvelles éditions, d'abord aux Etats-Unis (en 1998) sur Pavement Music (avec le bonus track "Darkness Foretold") puis en Europe (en 1999) sur Morbid Records (mais sans "Darkness Foretold", le label allemand préférant inclure ce morceau sur la compilation Morbid One).

En 1998 Jungle Rot sort sur SOD records (label du magazine Sounds Of Death) "Dakness Foretold", un EP composé du titre bonus "Dakness Foretold" mais aussi de trois reprises ("Agent Orange" de Sodom, "Fight 'Til Death" de Slayer, et "Jesus Hitler" de Canivore) et de trois morceaux enregistrés en public ("Tomb of Armenous", "Eternal Agony", et "Consumed in Darkness").

Accompagnés du nouveau batteur Jim Garcia et du producteur (et nouveau bassiste) Chris Djuricic-Wisco Dave Matrise et Jim Bell enregistrent en août 2000 "Dead And Buried", un album que Jungle Rot dédicace à son premier bassiste Joe Carlino (décédé en 1999) et qui atterrit dans les bacs en février 2001 (sur Olympic Recordings aux Etats-Unis et Season of Mist en Europe).

Malgré les bons retours qu'obtient "Dead And Buried" le groupe ne parvient pas à s'imposer dans une scène plus que saturée.

S'ensuit une période un peu chaotique durant laquelle Dave Matrise et Chris Djuricic-Wisco doivent faire face aux départs du guitariste Kevin Forsythe (qui avait remplacé Jim Bell avant la sortie de "Dead And Buried"), puis à celui du batteur Jim Garcia.

Alors que l'on était sans nouvelle depuis trois ans, Jungle Rot déboule en juin 2004 avec "Fueled By Hate" (qui sort sur Olympic Recordings aux Etats-Unis et Remission Records en Europe), un tonitruant quatrième album que nous ont concoctés Dave Matrise et Chris Djuricic-Wisco (sur ce disque le producteur a troqué sa basse contre une guitare) avec les nouveaux Jerry Sturino (basse) et Eric House (Batterie).
Poursuivant sur la lancée de "Dead And Buried", le groupe exécute un vigoureux Death Metal où l'influence du duo Six Feet Under-Obituary a pris l'ascendant sur celle de Massacre.
En effet difficile à l'écoute des robustes "Face Down", "Gain Control", et "Gasping for Air" de passer sous silence l'impact qu'ont eu "Haunted" (1995) et "Back From The Dead" (1997) sur Jungle Rot.
Et ce n'est pas les pachydermiques "Low Life", "Scars of the Suffering", et "No Surrender" (ainsi que les vocaux secs de Dave Matrise) qui viendront démentir cette volonté de la "Jungle Pourrie" (terme militaire désignant la moisissure qui apparaît sur les pieds lorsque ceux-ci sont restés longtemps confinés dans des rangers humides) de se rapprocher des groupes de Chris Barnes et de John Tardy.
Cependant, et à la différence de Lowbrow, Jungle Rot réussit à se démarquer de ses illustres modèles comme l'attestent les superbes (et rapides) "Fractured", "Symbols of Hate", et "Habit Fulfilled" sur lesquels l'influence de Massacre est davantage palpable.

Comme ce fut le cas avec "Dead and Buried", Jungle Rot ne parvient pas à accroître sa popularité avec ce pourtant excellent "Fueled By Hate" (son meilleur album à ce jour).

Bien que demeurant un éternel second couteau de la scène Death Metal Américaine, le groupe de Dave Matrise (dont le line-up a encore changé) n'a pas baissé les bras et continue à sortir des disques de bonne qualité.



0 Commentaire

4 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire