Forging Metal

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Hazy Hamlet
Nom de l'album Forging Metal
Type Album
Date de parution 25 Avril 2009
Style MusicalMetal
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. The Beginning of the End - Pt. 1 01:14
2. The Beginning of the End - Pt. 2 04:37
3. Black Masquerade 05:33
4. Metal Revolution 04:48
5. Field of Crosses 06:39
6. Funeral for a Viking 05:15
7. Chrome Heart 05:23
8. Chariot of Thor 05:32
9. Forging Metal 04:30
10. The Faces of Illusion 07:07
Total playing time 50:38

Acheter cet album

Hazy Hamlet


Chronique @ dark_omens

06 Fevrier 2015

New Wave Of Brazilian True Heavy Metal?

Hazy Hamlet, groupe né quelques parts au sud de ces terres exotiques découverte par le navigateur portugais Pedro Alvares Cabral, entame sa carrière vers 1999. Après quelques déboires, il sort une première démo, Hazy Tales, qui, malgré un mixage approximatif et un son très modeste, est plutôt bien accueilli par la critique. En 2003, un EP, Revelation, parait. Deux ans plus tard le quintette se mue en un quatuor. S'ensuit alors une période difficile durant laquelle, la formation brésilienne est muette, ou presque. Il faudra attendre 2009 pour voir enfin Julio Bertin et ses trois comparses nous gratifier d'un premier véritable album baptisé Forging Metal.

Les guitares sont ici délicieusement épaisses et grasses. La voix d'Arthur Migotto tire tout son suc de l'école Allemande, Chris Boltendahl en tête, en nous proposant une version plus médium et plus théâtral des travaux du chanteur de Grave Digger. La musique est un Heavy Metal épique, classique et daté, n'hésitant pas, parfois, à se complaire dans quelques accélérations bien senties. Une musique, en somme, qu'outre celui déjà cité ne renierait certainement pas Running Wild, Accept, Manowar et consorts. La production très particulière de ce manifeste, totalement assumé par le quatuor originaire de Maringá au Brésil, accentuant les basses, donne un charme très singulier à cet opus. Rien d'exagérément ennuyeux cependant. Loin s'en faut.

Evidemment dans cet environnement très feutré, au mixage mettant en exergue les sons graves, inutile d'insister sur le fait que Fabio Nakahara et son instrument jouiront d'un terrain tout à fait propice pour s'exprimer. Mais là encore rien d'outrageusement déplaisant ou d'excessivement handicapant. Bien au contraire.

L'album débute avec trois des meilleurs titres du groupe, à savoir The Beginning of the End - Part 1, The Beginning of the End et Black Masquerade. Ceux-là mêmes qui composaient l'EP Revelation. Le choix est judicieux tant ils sont réussis et symptomatiques de la musique de ce combo. Le dernier, plus encore que les autres, vous rappellera les influences "fossoyeuses" d'Hazy Hamlet. Funeral for a Viking est quant à lui issu de la première démo du groupe, Hazy Tales, alors que Chrome Heart est un single digital composé en 2003. Le reste, soit cinq morceaux, est totalement nouveau, mais ne dépareille pas vraiment tant par sa qualité que par sa teneur.

Cela étant, au-delà de ces vertus patentes, l'art de ces Brésiliens ne parvient pas toujours à nous captiver et sur la longueur perd un peu de son efficacité. La faute, sans doute, à un manque de diversité dans l'expression de cet hommage vibrant à ce True Heavy Metal épique Germano-Américain pas toujours des plus subtil.

Un disque sans fioriture, et sans défaut majeur, qui vous fera passer un moment appréciable.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire