Forever the End

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
pas de note
Nom du groupe Atriarch
Nom de l'album Forever the End
Type Album
Date de parution 17 Août 2011
Labels Seventh Rule
Style MusicalBlack Doom
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. Plague 07:11
2. Shadows 09:07
3. Fracture 14:02
4. Downfall 05:48
Total playing time 36:08

Chronique @ Trndblck

27 Novembre 2012

Aussi noir que bardé d'influences bien digérées

Il y a bien longtemps que je n’avais pas déniché pareille musique… Ce premier album d’Atriarch (à moins qu’il ne s’agisse d’un ep ?) m’était complètement passé à côté des esgourdes, et c’est la sortie toute récente de leur second opus (Ritual of Passing, chez Profound Lore) qui m’a fait me pencher sur les Américains issus de l’Oregon.

Forever the End a vu le jour en 2011 chez Seventh Rule Recordings, soit deux ans après la création du groupe. Quatre morceaux pour un peu plus de trente-cinq minutes, une durée correcte pour un premier effort, de quoi s’humecter le cerveau avec leurs ambiances sans se retrouver à sec trop vite, tout en laissant naître la curiosité de voir la suite.

Et il faut bien reconnaître que le groupe a réussi là un petit tour de force. Car si dans l’ensemble il n’y a rien de transcendant ou de fondamentalement novateur, le groupe se dégage du lot par la force de son propos, l’intensité de ses compositions et le feeling joyeusement malsain qui se dégage de leur galette. D’ailleurs, c’est à peine si on remarque les petits défauts de l’album, à savoir un son peut-être un poil cheap mais qui vient pourtant renforcer l’aspect crasseux de la chose ; et également certains riffs pouvant paraître quelque peu évidents, mais qui restent néanmoins toujours accrocheurs.

Question ambiance, on oscille entre des résonnances distordues, comme enfermées dans une bouteille bien trop vide ; des sons de claviers erratiques dont on ne sait pas s’ils proviennent d’un black metal ambient et dépressif ou d’un doom death au relent goth et funeral en même temps ; des influences légèrement rock parfois, bien que pas « ’n roll » du tout ; une batterie funéraire ; du riff lourd et lent comme ce devrait toujours l’être, quasi drone ; une basse évidemment ronflante et écrasante ; une alternance schizophrénique entre hurlements torturés très black metal, growls glaireux et chant clair incantatoire aussi halluciné que désespérément post-punk. Bref, on croise un beau mélange de genre, et l’on pense en même temps à Urfaust, Hjarnidaudi, pourquoi pas Evoken, le dernier Ramesses aussi, The Gault évidemment, Funeralium et autres allumés du genre comme Wormphlegm, mais aussi certains groupes de sludge voire même de black dit dépressifs (ceux qui parviennent à faire quelque chose d’accrocheur et pas complètement inintéressant en tout cas).

Avec tout ça, on se doute tout de suite que les thématiques abordées seront à la hauteur de ce qu’on écoute. La musique d’Atriarch est malade, rongée de bout en bout par l’angoisse, en proie à des idées noires tellement épaisses qu’aucune lumière ne semble pouvoir ne serait-ce que les écorcher. La mélancolie fataliste à l’extrême se voit érigée en philosophie et conduit au culte du vide spirituel, celui qu’on rencontre à observer le monde avec trop de justesse. A ce titre, les différentes voix utilisées donnent une profondeur indéniable à l’ensemble, en offrant une certaine largeur au panel d’émotions qui passe de la morosité à la rage, de la douleur existentielle à l’explosion de folie.

Atriarch nous offre ici un excellent premier essai, rivalisant aisément avec les chefs de file du genre. La maîtrise des compositions est évidente et la créativité bien présente. Tout est là pour offrir une suite digne de ce nom à ce Forever the End.

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire