Fallen Angel of Doom

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Blasphemy (CAN)
Nom de l'album Fallen Angel of Doom
Type Album
Date de parution 1990
Style MusicalDeath Black
Membres possèdant cet album114

Tracklist

1.
 Intro / Winds of the Black Gods
Ecouter01:20
2.
 Fallen Angel of Doom
Ecouter03:40
3.
 Hoarding of Evil Vengeance
Ecouter02:22
4.
 Darkness Prevails
Ecouter03:32
5.
 Desecration
Ecouter02:27
6.
 Ritual
Ecouter03:18
7.
 Weltering in Blood
Ecouter02:27
8.
 Demoniac
Ecouter02:45
9.
 Goddess of Perversity
Ecouter04:28
10.
 The Desolate One / Outro
Ecouter03:53

Durée totale : 30:12

Acheter cet album

Blasphemy (CAN)



Chronique @ Mr_Propre

13 Octobre 2012

Ross Bay Cult Eternal

1984 ! Victoria, Canada ! A cette époque là le Black Metal était en pleine mutation, il n'y avait que quelques groupes se réclamant de cette scène. Il faut dire que c'était un gros bordel où tu trouvais aussi bien du Heavy que du Thrash ! Bref ! C'est donc en 84 que Gerry et Sean décident, avec leur ami Jeff, de monter un groupe pour jouer des reprises de Slayer, Sodom, Destruction et Bathory ! Antichrist est né ! Un an plus tard « Black Priest » rejoint la bande, le groupe change de nom pour devenir Disaster puis Thrash Hammer et commence enfin à composer ses propres titres ! C'est en 1986 que les canadiens décident d'opter pour le patronyme de Blasphemy, représentant à merveille l'idéologie satanique du groupe ! Tout le folklore prend forme à cette période, les « Black Metal Skinhead » commettent divers actes de violence, profanations répétées du « Ross Bay Cemetary », agressions et liens étroits avec le gang « Legion of Hate » ! Toute cette violence se ressent dans le Black Metal qu'ils composent, l'extrémisme dans les actes et les idées défendues au service de la musique, la marque des plus grands groupes . De 1987 à 1989 les Black Metal Skinhead montent pas mal de concerts avec des groupes locaux comme Witches Hammer, Procreation ou encore Tumult ce qui leur permet de roder leurs compositions en live. C'est en 1989 que les Blasphemy rentrent au « Fiasco Brothers Studio » pour enregistrer leur première démo baptisée dans le sang «  Blood Upon the Altar » ! A l'instar de Venom ou de Bathory, les canadiens décident de se donner des pseudonymes, se considérant comme « des soldats de Satan dans la guerre contre Dieu »! C'est par conviction profonde que les pseudos à rallonge ont vu le jour, aussi blasphématoire et sauvage que la musique proposé sur leur première démo.

Après la sortie de cette première cartouche qui écrasait absolument tout en terme de violence, de bestialité et d'occultisme, les « Black Metal Skinhead » poursuivent leurs invocations, profanations et autres rituels sataniques au « Ross Bay Cemetary », lieux qu'ils considèrent comme bouche de l'enfer tant ce qu'il s'y passe fait froid dans le dos. J'ai eu vent d'une histoire justifiant le départ de « Black Priest of the 7 Satanic Blood Ritual » un peu avant l'enregistrement du premier album. Lors d'un rituel au fameux cimetière, les canadiens auraient saccagé la tombe d'un fétus. En guise de trophée, « Black Priest » ramène chez lui la stèle brisée lors de la profanation. A partir de ce jour son comportement aurait changé du tout au tout, il disait être hanté par un démon lui rendant visite la nuit, lui faisant faire d'horribles cauchemars. Au lieu de se laisser posséder par le diable comme il aurait du, il en a eu peur, ce qui poussa les autres membres du groupe à le foutre dehors ! Il paraît aussi que ces cauchemars ont cessés uniquement lorsqu'il ramena la pierre tombale au cimetière.

« Black Priest » est remplacé aussitôt par « Marco Banco » de Witches Hammer, connu chez Blasphemy pour être « The Traditional Sodomizer of the Goddess of Perversity ». Une fois ce line up bien rodé avec bon nombre de répétitions et une tournée sur la côte ouest des USA (Seattle, L.A...), les canadiens signent avec « Ricardo Campos » qui tenait à l'époque Wild Rags Records basé à Montebello en Californie. Ils remettent le couvert au « Fiasco Brothers Studio », satisfait du boulot accomplis sur la démo, Fallen Angel of Doom peut voir le jours. Il est bon de signaler que le deal entre les canadiens et le label s'est plutôt mal passé, très peu de tirages ont vu le jours, c'est pourquoi cette première version s'arrache à des prix effrayants.

« Fallen Angel of Doom », ou peut-être bien de l’album le plus haineux, primitif et bestial sorti à ce jour (exception faite du War Cult Supremacy de « Conqueror » allant encore plus loin, il faut le dire). Une avalanche de violence d’un peu plus de 30 minutes qui te retourne le cerveau au point de ne laisser s'exprimer que tes instincts les plus primitifs. Les riffs sont minimalistes et hypnotiques. La batterie monolithique qui, quand elle ne t'écrase pas la boite crânienne avec ces blasts approximatifs et redoutables, te donne envie de tout bousiller avec ces breaks ravageurs. La production est compacte, grésillante avec cette basse saturée à mort rappelant les débuts Goregrind de « Carcass » (d'où le Black Grinding Metal pour qualifier le groupe à l'époque) qui donne ce sentiment de mur sonore. C'est accordé plus bas que terre, bien loin des standard Norvégiens post 1990 ! Rajoute à ça des grognements inhumains qui crachent des paroles occultes et dévouées au diable et t'es encore loin du compte. Le plus angoissant avec cet album, c’est « Winds of the Black Godz ». J’ai rarement entendu quelque chose d’aussi malsain, une messe avec des chœurs féminins passé à l'envers, la version originale se trouvant en introduction de Morbid Reality de « Procreation » ! L'occultisme, malgré la vitesse d'exécution hallucinante, est présent tout au long de l'album. Chaque titre est habité par le malin, que ce soit « Demoniac » et son riffing vicieux ou « Darkness Prevail » et son intro diabolique (toujours des paroles passées à l'envers!) qui débouche sur le chaos le plus total . « Beherit », « Archgoat » et « Conqueror », aussi cultes soient-ils, ont poursuivit dans la voie tracée par « Blasphemy » ! Fallen Angel of Doom c'est un album qui te fout en transe, il te laisse toucher du doigt la chaleur insoutenable de l'enfer ! Rares sont les albums qui te retournent au point de devoir prendre 5 ou 10 minutes après l'écoute pour revenir à la réalité, changé à jamais, te disant que tu as non pas écouté de la musique, mais entendu le Diable en personne.

D'une intégrité à toute épreuve, c'est cet opus qui a poussé à son apogée le Black Metal première période. Ce détachant de ses racines Thrash pour nous envoyer en pleine face une violence et une intensité jamais entendues jusque là. Trop extrême pour beaucoup de monde, les arguments utilisés pour démonter ce chef d’œuvre étaient légions. Batterie pas tout le temps carrée, production brouillonne, simplicité ridicule, etc...Tout ces bouffons qui maintenant, les années et les modes ayant eu raison de leur stupidité, en parlent comme d'un album intemporel peuvent aller se faire foutre. Le Black Metal bestial (pas Black /Death, Black/Grind ou même Death/Grind comme j'avais entendu il y a plus de 10 ans...) doit avant tout, faire circuler une idéologie et une ambiances fortes. Rien à foutre que la production soit crasseuse, qu'on entende pas toujours bien les riffs de guitares, le Black Metal c'est sale, c'est bestial, c'est primitif, c'est un putain de gros crachat à la gueule de tous les suiveurs qui ne pensent pas un seul mot de ce qu'ils disent! Fallen Angel of Doom est ce qu'il se fait de mieux à ce niveau! Ross Bay Cult Eternal !

28 Commentaires

22 J'aime

Partager

Fabien - 15 Octobre 2012: Pour information, Blasphemy - Fallen Angel of Doom fait partie des rares albums du label US Wild Rags de Richard Campos à avoir bénéficié aussi d’une distribution européenne assurée par le label hollandais Semaphore Productions, en LP/CD de surcroît, alors que Wild Rags ne pressait aux US qu’en format LP/MC vers ces années 90/91. Ceci reste relatif, mais c’était quand même un peu plus facile à dégoter chez nous que les imports purs et durs, comme par exemple le Gammacide – Victims of Science que je n’ai jamais réussi à faire venir des States étant jeune. Ces quelques albums distribués par Semaphore avaient d’ailleurs une numération spéciale pour l’Europe (WRE = Wild Rags Europe) ; il n'en existe que huit à ma connaissance (entre 6 et 7 la dizaine change sans raison), alors que le catalogue Wild Rags côté outre-Atlantique dépasse les 150 références, MC & 7’ compris. En fonction du numéro de la référence, on peut donc savoir si on possède une version euro ou US.

WRE901: Blasphemy - Fallen Angel Of Doom (WRR019)
WRE902: Hellwitch - Syzygial Miscreancy (WRR023)
WRE903: Toxodeth - Mysteries About Life And Death (WRR021)
WRE904: Impetigo - Ultimo Mondo Cannibale (WRR020)
WRE905: Reciptients Of Death - Final Flight (WRR028)
WRE906: Arcane - Destination Unknown (WRR027)
WRE917: Nuclear Death - Carrion For Worm (WRR029)
WRE918: Nausea - Crime Against Humanity (WRR018)

Darkness Returns.
Fabien.
ChemicalWarfare - 15 Octobre 2012: Excellente longue chronique qui permet de très bien saisir l’univers de Blasphemy. On sent vraiment la passion de l'auteur envers le groupe. Sa fait environ 2 ans que une réédition CD avait été annoncé par Ross Bay Cult si je ne me trompe pas. J'ai bien hâte qu'elle sorte et de me débarrasser de mon CD graver...
Impnaz100 - 15 Avril 2014: Chronique très interessante. Juste une question c'est quoi au juste le gang Legion Of Hate ?
Roots77 - 09 Fevrier 2019:

Me fait toujours autant kiffer, ce papier. Ca pue les tripes, et ça, c'est bon. Disque culte et fondateur d'une certaine frange qui pique aux extrémités. C'est bon de se le repasser de temps à autres, quand on croule sous les productions se revendiquant de cet héritage mais ne parvenant pas à recréer l'alchimie présente ici. 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire