Failles

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Mass Hysteria
Nom de l'album Failles
Type Album
Date de parution 28 Septembre 2009
Labels At(h)ome
Style MusicalFusion
Membres possèdant cet album142

Tracklist

1.
 World on Fire
 04:08
2.
 Plus Qu'Aucune Mer
 04:07
3.
 Failles
 03:34
4.
 L'Archipel des Pensées
 03:29
5.
 Clean
 03:13
6.
 Dysphoria
 02:56
7.
 Le Magnétisme des Sentiments
 04:10
8.
 Aller Plus Loin
 02:56
9.
 Respirer
 04:04
10.
 Get High
 03:46
11.
 Rien N'Être Plus
 03:18
12.
 Comme On Danse
 03:10

Durée totale : 42:51


Chronique @ Kovalsky51

03 Octobre 2009
Mass Hysteria, voilà un groupe qui a contribué à mon entrée dans le monde du Metal. C'est au son des inévitables, Contradiction, P4 ou encore Zion dans le walkman que je me rendais au lycée (avec autant de motivation qu'un Gaston Lagaffe peut avoir pour ranger son bureau). Bref un groupe qui m'a accompagné un temps et qui a été éclipsé par la suite. Et c'est sans aucun intérêt pour le groupe que j'en suis venu à écouter cet album chez un disquaire. Il faut dire que les échos que j'ai eux de l'éponyme ne m'avaient aucunement donné envie de continuer à attendre quoi que ce soit du groupe. Sauf que voilà les avis positifs qu'a reçu l'album dans la presse spécialisée m'ont fait poser une oreille curieuse sur cette production qui ne m'intéressait guère de prime abord. Grave erreur car dès les premiers accords de "World on Fire" une pensée a traversé mon esprit "bordel ils ont bouffé du Rammstein au petit déj' ou quoi?". Mass Hysteria réalise avec "Failles" une belle résurrection que je n'imaginais pas envisageable il y a seulement 3 jours.

10 ans (déjà!) après l'excellentissime Contradiction je ne pensais pas les français capables de me botter l'arrière train d'une aussi belle manière. L'album s'ouvre après une très courte intro sur un riff à la puissance telle qu'il pourrait sans peine figurer dans le dantesque Mutter des pyromanes allemands. Bref a peine la galette a t-elle commencé qu'on est déjà en train de secouer violemment sa tête de haut en bas. Mais bon sang qu'est-ce qui leur est passé par la tête? Les Mass Hysteria sont de retour avec un album fricotant méchamment avec de l'Indus de haute volée. Cet album sonne en quelque sorte comme un mélange hautement corrosif (et jouissif) entre Contradiction et ce que Rammstein proposait au meilleur de sa forme. Il semblerait que les Mass aient décidé de passer dans la catégorie supérieure. Les chansons sont des concentrés d'énergie brute et sans artifice envoyant à la demande des refrains tueurs qui vont squatter votre cervelet un bon moment. On se surprend d'ailleurs à les reprendre en chantant dès le second refrain par chanson à la première écoute. Il n'y a pas a dire cet album est un exemple de choix pour définir le terme d'efficacité.

Le son est tout simplement énorme et rajoute encore une couche de puissance aux compos qui risquent de faire un carton en Live. les zicos nous offrent une performance irréprochable, chacun excelle avec une facilité insolente dans son domaine. C'est ainsi qu'au menu de cet album nous retrouverons avec joie des riffs incisifs et d'une puissance rare tous plus entrainants les uns que les autres. Ah ça je sens qu'il va y avoir des distributions de minerves aux sorties de leurs shows. Les samples sont toujours excellents et donnent un coté Dance à certains morceaux (Le Magnétisme Des Sentiments, n'est pas sans rappeler un certain Respect to The Dance Floor). La basse ronflante fait des merveilles, la batterie assure une rythmique de fer à l'ensemble. Le chant si particulier de Mouss colle excellemment à la musique et son flow unique donne une énergie certaine aux morceaux. Ajoutez à cela des paroles intelligentes et vous obtenez une sacré baffe inattendue made in France.

Au final je ne peux que conseiller aux fans de la première heure de se jeter sur cet album qui signe un retour au plus haut niveau d'un des groupes français les plus importants de son époque. Ça fait vraiment plaisir de se faire latter le derche par un groupe dont je n'attendais rien. Ce "Failles" porte bien mal son nom tant il s'avère une réussite totale. Le groupe vient ici de signer un bail supplémentaire de 10ans et frappe un grand coup. Finis les déboires d'un groupe qui veut se ranger, Mass Hysteria a les crocs et on ne peut que s'en réjouir. Je sens qu'il risque de tourner un bon moment ce disque, et que les Lives de la tournée de cet album vont faire mal, très mal!

5 Commentaires

9 J'aime

Partager
jejehand - 04 Octobre 2009: Album énorme à la production énorme, note méritée. Merci pour la chronique !
Sanctuary - 06 Octobre 2009: enfin on retrouve de la puissance chez ce groupe que j'avais laissé tombé depuis les trois derniers albums! ça fait ben plaisir.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ da_sway

06 Octobre 2009

Une première furia n’engendre qu’une autre furia

Là où en 2007, grâce à un album empli d’Une Somme de Détails salvateurs faisant la différence par rapport aux albums précédents, Mass Hysteria avait pris le chemin de la rédemption, ce « Failles » est censé aujourd'hui jouer le rôle d'une nouvelle consécration.

La sortie de ce nouvel album avait de quoi emplir les fans d’une joie kamikaze, tout du moins d’un espoir fou. De là à dire qu’ils allaient être comblés n’était qu’une affirmation hypothétique, vu la déception qu’avait engendré un certain album éponyme.

Bref, avant la première écoute, je n’étais qu’un homme qui n’en savait trop rien. Mais suivant les conseils des célèbres « vieux », je m’en suis donné la peine avant de juger.

Ceci fait, mon horizon d’arguments s’est soudain éclairci, et s’est retrouvé prêt à briller pour toi.

La première écoute d’un nouvel album de Mass Hysteria est toujours déroutante, car la volonté avouée de toujours se renouveler et de ne jamais offrir la même sauce surprend. Pourtant, après plusieurs écoutes, une étrange Contraddiction apparaît, on se rend compte que, aussi différente soit-elle, une première Furia n’engendre qu’une autre Furia. Bref, on reconnaît finalement la patte du quintette.

L’énergie de ce nouvel album est tout aussi intense qu’au passé, parfois même supérieure, mais s’exprime d’une manière inhabituelle pour les parisiens. Là où pouvait apprécier durant la première époque hystérique des pics d’agressivité, Mous et consorts nous propose cette fois-ci un mur sonore, englobant l’auditeur dans une prison musicale saturée.

Les sonorités électroniques sont toujours aussi présentes et constitue un atout majeur de ce nouvel opus, signant ou introduisant d’une superbe façon la plupart des titres, dont « Le Magnétisme Des Pensées » où encore un « Get High » trouvant son originalité dans un chant intégralement en anglais.

Le chant atypique de Mouss, capable de changer de rythme au sein d’une même phrase, nécessite toujours un temps de digestion.
Mais la qualité de ses paroles, de jouer avec une certaine subtilité avec les mots des plus vulgaires au plus raffinés, pour transmettre toujours des messages vindicatifs, à l’instar de l’efficace morceau introductif « World On Fire » où est portée une critique acerbe et pertinente à la fois des abus du système capitaliste actuel mais aussi des revendications révolutionnaires utopistes, est délectable.

Toutefois, Mass Hysteria, c’est aussi des messages d’espoirs aimables à souhait, véhiculant des valeurs morales basées sur un certain dépassement de soi pour atteindre la réussite où le bonheur. Mous fait perdurer cette tradition, notamment dans le titre « Le Magnétisme Des Sentiements » où est revendiqué que « le bon sens est une équation où l’amitié et l’innocence font partie de la solution ». Tout cela est du plus juste effet.

Pourtant peut-on lui reprocher d’être un peu trop présent, d’occuper trop longtemps la part belle, notamment sur les titres « Failles » ou « Dysphoria », d’autant plus que son chant plus « clair » n’est pas sa principale qualité, loin de là. Parfois aurait-il été appréciable de laisser la musique un peu plus s’exprimer, comme à l’un des moments phares de leur prestation :

Après près de deux minutes d’un riff bien lourd aux consonances heavy, l’ordre est donné d’envoyer le son. Alors se met à s’ébranler des îles des riffs sourds et pesants de pensées sombres avant que, par le biais d’attracteurs étranges, des larmes d’espoirs mélodiques se mettent à pleuvoir, formant des îlots, composant aux côtés des principales îles ténébreuses un archipel de pensées en parfaite harmonie avec l’aléa des humeurs humaines.

Enfin, après quelques creux mous rencontrés par ci par là, l’album se clôt de la même manière qu’il avait débuté, de manière très énergique et revendicatrice. Mass Hysteria danse, pense et emmerde la tendance sous les feux d’une rythmique incroyablement soutenue, dernière signature du batteur Raphael Mercier, très présent.

Ce nouvel album est d’excellente facture, à la fois suite logique de son prédécesseur tout en ayant pris sa part d’indépendance. Toutefois, il possède pour autant son talon d’Achille.

En effet, il pêche par trop de retenue, comme s’ils avaient peur de tourner définitivement la page de leur vague rock pour rentrer définitivement dans une fusion plus acérée. Le contraste entre la surprenante qualité des intros et le fond je dirais plus conventionnel des titres accentue cette sensation.

Toutefois, connaissant leur fort potentiel en Live, je suis convaincu qu’avec cet album parviendront-ils aisément à créer l’hystérie de masse et le respect sur le dance-floor, sans aucun doute.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ joKeR

11 Décembre 2009
Il fut un temps où l'on considérait Mass Hysteria comme le seul groupe Français véritablement capable de tirer son épingle du jeu sur la scène internationale (sans faire offense aux Gojira et autres Dagoba, bien que l'on ne soit pas vraiment dans le même registre). Et après des albums mûris et réfléchis - mis à part peut-être un album éponyme sorti en 2005 un peu en retrait - la bande des joyeux bretons est de retour, Mouss en tête, pour nous proposer une galette de feu, pleine de rage et de violence. Depuis l'immense et extraordinaire Contraddiction, qui était une réussite absolue sur tous les plans et qui avait élevé le niveau du métal Français de plusieurs sphères, la Mass avait dérivé vers un son plus calme, au grand dam de certains fans et au grand bonheur d'autres. Alors, retour à Contraddiction ? C'est ce que nous allons voir...

Et en fait, je vais répondre d'emblée à cette question : NON, Failles ne vaut pas Contraddiction : pas assez varié, pas assez fouillé, trop classique et prévisible. La Mass m'avait habitué à mieux, et ce Failles est un drôle de compromis. Clairement influencé par les sons venu d'outre-Rhin, Rammstein en tête, il s'aventure dans un métal encore plus violent, notamment dans la couleur musicale, que celui que l'on connaissait aux 5 joyeux drilles.

En ce qui concerne les points forts, on note tout d'abord un son énorme, taillé dans le roc. Et bien sûr, ce son sert des compositions vraiment... agressives. Hé oui, depuis Une Somme de Détails, on est revenu au MH qui tabasse dur, pas de temps morts ni de morceau plus calme, tout le disque file à mille à l'heure. Dès l'entrée en matière avec "World on Fire", on sait où on va, et ce n'est pas "Clean", "Aller plus loin" ou "Respirer" qui vont nous enlever cette idée de la tête : on sait taper sévère en Bretagne, pas de doute !

On retrouve également quelques sonorités électroniques, un peu moins présentes que par le passé, mais toujours efficaces comme sur "Le Magnétisme des Sentiments" notamment. D'ailleurs, ce titre propose quasiment la même structure rythmique que "Furia" (sur Contraddiction) au niveau de la batterie...

L'apogée électronique se situe à "Respirer" et "Get High", qui présentent un intérêt remarquable par son introduction. La bombe de l'album, c'est le titre du même nom ("Failles", pour ceux qui n'auraient pas suivi) qui se divise en trois parties distinctes : une intro à la MH, un riff enfin percutant et assez haché pour donner du corps à la partie batterie avec un flow bien calé - Mouss on t'aime - et efficace, et enfin une immense envolée chantée et accompagnée d'un son absolument énorme, à écouter sur du 3000 Watts pour en tirer la quintessence...

Autre point fort (qui deviendra un point faible par la suite), l'homogénéité de l'album : d'un bout à l'autre, on sait ce qu'on va manger, pas de surprises à la carte.

Et cette dernière remarque m'amène aux points faibles, la monotonie en tête. Car qui veut faire un album homogène s'expose à faire un album lisse, et c'est le cas de cet opus. Tous les morceaux (ou presque) sont joués dans la même tonalité (!!!), la structure est toujours la même (intro souple, riff qui attaque d'emblée, fin en cut très sec), parties batterie récurrentes... Bref, certains diront que cet album est froid, lisse et rond comme un galet sur une plage armoricaine. Bémol également sur les textes, plus consensuels qu'à l'habitude ("World on Fire" proche du ridicule en pamphlet anti-système) et moins métaphoriques dans l'ensemble.

La comparaison avec Contraddiction est inévitable, mais ce dernier est bien plus plein et dense que Failles. En revanche, on se rapproche de Une Somme de Détails, en encore un peu plus dur, plus brut de taille. C'est là ce reproche principal que je fais à Failles : il manque "quelque chose", la patte Mass Hysteria, même si cet album reste tout à fait correct. Fans de la première heure, vous serez peut-être un peu déçus par cet album tant la qualité de MH est évidente sur Contraddiction !

Alors, que retenir de tout ça ? Pas que du mauvais, je vous rassure. Car comme toujours avec Mass Hysteria, il faut l'écouter, l'écouter et le réécouter si l'on veut s'en faire une idée juste. Et au fur et à mesure, cette impression de répétition entre tous les titres s'estompe peu à peu pour laisser place à cette violence, cette haine que l'on ressent jusque dans nos tripes. Mass Hysteria a frappé, ils se sont aventurés dans un milieu qu'ils n'avaient jusque là fait que frôler avec Une Somme de Détails, et pour ce qui est de l'incursion du genre à proprement parler, elle est réussie. Maintenant, pour vraiment faire un bon album en restant dans ce registre, il va falloir proposer plus de complexité ! Mais pourquoi pas sur un prochain opus, maintenant la sauce peut prendre...

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Mhorgh666

21 Octobre 2013

Mass Hysteria n’a pas perdu le feu sacré qui fait de chacun de leur album une petite perle de métal

Après Une Somme de Détails qui sonnait le retour des furieux à une musique plus directe et énergique on pouvait facilement s’attendre à ce que Failles, leur nouvel effort studio suive le même chemin.
Malgré le temps qui passe il faut bien reconnaitre que Mass Hysteria n’a pas perdu le feu sacré qui fait de chacun de leur album une petite perle de métal énergique!

Certes le groupe ne cherche pas à révolutionner sa musique et se contente en somme d’enchaîner les grosses rythmiques à grand renfort de samples qui donnent un aspect un peu indus à la galette (Le magnétisme des sentiments) mais force est de constater que la sauce prend une fois encore.

Ce qui frappe directement à l’écoute des 12 pistes qui constituent l’album c’est la spontanéité avec laquelle elles ont été composées. Le groupe n’a clairement pas cherché à faire dans le complexe, préférant donner dans le « simple mais efficace », créant ainsi une musique très corporelle, taillée pour le Live - World on Fire, Aller plus loin -. Ce choix artistique (parfaitement assumé) pourrait passer pour un manque cruel de créativité, et dans les faits il faut avouer que d’un point de vue général, Mass Hysteria n’invente rien.

Vous l’aurez compris, musicalement parlant Mass ne donne pas dans le métal progressif et n’a d’ailleurs pas la prétention de jouer de la sorte.
En revanche, pour ce qui est du chant et surtout des textes, Mouss nous fait encore une fois une belle démonstration de ses qualités de poète un peu utopiste et communique sa fougue avec brio ! Alors oui ce n’est pas du Baudelaire, mais dans l’ensemble les textes sont cohérents, collent bien à l’ambiance créée par la musique et recèlent quelques citations efficaces « Rock contre nature, pétrole contre nourriture ; Le rock’n’roll n’est pas mort : on creuse on restaure ! ».

Pour faire simple, Ce Mass Hysteria cuvée 2009 est un album super efficace qui saura faire jumper plus d’une salle de concert.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Hacktivist - 21 Octobre 2013: En lisant ton commentaire, on s'attend pas forcément à trouver un 20/20 en note. D'ailleurs, même si j'ai trouvé cet album bon, la note est vraiment trop exagérée et il y a en plus, une phrase, dont je ne comprend pas trop le sens, ou l'utilité plutôt : "Vous l'aurez compris, musicalement parlant Mass ne donne pas dans le métal progressif et n’a d’ailleurs pas la prétention de jouer de la sorte."
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire