F.E.A.R.

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Dawn Of Destiny
Nom de l'album F.E.A.R.
Type Album
Date de parution 07 Mars 2014
Style MusicalPower Metal
Membres possèdant cet album14

Tracklist

1. And with the Silence Comes the Fear 05:37
2. Waiting for a Sign 03:22
3. My Memories 04:28
4. Innocence Killed 05:36
5. End this Nightmare 03:50
6. No Hope for the Healing 06:18
7. Rising Angel 04:32
8. Finally 04:34
9. Prayers 03:58
10. Then I Found You 04:14
11. One Last Time 00:57
12. Dying in Your Arms 03:40
13. To Live Is to Suffer 03:49
Total playing time 1:03:55

Chronique @ dark_omens

19 Mars 2014

Une symphonie noire inachevée alourdie d'un poids mort bien trop encombrant...

Alors que votre humble serviteur reprochait aux Allemands de Dawn of Destiny de délayer leur humeur la plus noire en des nectars bien trop insipides, dont l'expression la plus dénaturée pouvait s'entendre en un Praying to the World aux saveurs changeantes, il se pourrait bien qu'en cette année 2014 il en soit enfin autrement avec la sortie de ce nouvel opus baptisé F.E.A.R, un acronyme signifiant Forgotten, Enslaved, Admired, Released, où quelques espoirs seront enfin permis après une première écoute succincte et rapide.

Et, effectivement, mêlant habilement sa face la plus sombre à son visage le plus lumineux, le groupe nous offre un amalgame plutôt réussi de son univers tantôt Power Metal, tantôt Heavy Metal, tantôt Metal Symphonique à chanteuse et tantôt Gothique où voix gutturales, mais aussi claires, masculines et riffs ténébreux côtoient superbement voix célestes féminines et orchestrations grandiloquentes. Le cauchemar froid et tourmenté de cette histoire nous contant les affres du destin tragique de l'héroïne malheureuse de ce concept-album nous saisit alors instantanément et nous séduit (And with Silence Comes the Fear, Waiting for a Sign, My Memories). Un répit nous est ensuite offert. Une lueur dans ces ténèbres épaisses répandues par des titres moins douloureusement touchants et un peu plus enjoués (Innocence Killed, End This Nightmare). Et puis, alors que la tension est à son paroxysme...

Plus rien.
Le vide.
Le néant ou presque...

Comme à l'accoutumée, Jeanette Scherff et les siens, après des débuts remarquables, auront, en effet, été incapable de maintenir cette dramatique intensité d'une entame poignante sur toute la longueur d'un album qui, chanson après chanson, aura fini par s'étioler et par sombrer dans la mielleuse mièvrerie d'une expression insipide. Les ailes brisées dans cet élan, l'auditeur ne parviendra donc plus à se sentir concerné par un drame qui semble se jouer ailleurs et surtout sans lui (le moyen Finally, l'insignifiant Prayers aux refrains fastidieux, Then I Found You, Dying in your Arms malgré un joli solo de guitare ou encore, par exemple, To Live is to Suffer). Un interminable tunnel translucide auquel seul un intéressant Dying in your Arms parviendra à redonner quelques couleurs mais plus jamais de vie.

F.E.A.R, cinquième effort de Dawn Of Destiny, avait tout pour être une réussite à la hauteur, toutes proportions gardées, et dans un genre un peu différent, du superbe Immortalia des Italiens de Sound Storm, mais qui, au final, ne sera qu'une symphonie noire inachevée, alourdie d'un poids mort bien trop encombrant. Ce nouvel opus de Jens Faber et de ses acolytes s'affirme néanmoins comme le témoignage d'une évolution évidente, eu égard aux qualités discutables du précédent effort de ce collectif (Praying to the World (2012)) qui, quant à lui, était encore bien moins séduisant. Une bien piètre consolation.

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
ericb4 - 19 Mars 2014: Un poil en dessous des albums précédents, on dirait! Merci de vos mises en garde... Du coup, on ne va pas se précipiter pour y goûter ! On va quand même écouter tout ça, histoire de ne pas le regretter !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire