Endless Punishment

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Crushburn
Nom de l'album Endless Punishment
Type EP
Date de parution 26 Septembre 2015
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Redeemer
 
2.
 Madness
 
3.
 Without Dick and Knife
 
4.
 Exterminhate
 
5.
 The Hangman's Grieving
 

Chronique @ metalstormrider

03 Août 2017

And I saw The Beast...

Le Punisher est de retour, toujours aussi déterminé à assouvir sa soif de vengeance et il est de nouveau incarné par la musique de Crusburn. Et pour ce second volet, sous la forme d’un EP qui vient clore des années d’acharnements, on ne peut que souligner l’évolution d’un groupe qui a les dents longues. L’artwork a considérablement évolué et donne un aspect très professionnel au produit fini. Ecoutons donc la galette et disséquons chaque titre afin d’apprécier la qualité intrinsèque du rouleau compresseur.

C’est « Redeemer » qui a la lourde tâche d’ouvrir l’album. Comme son nom l’indique ce titre traite du rédempteur, juge et parti, offrant quelques instants d’envolée musicalement complexes s’inscrivant à la fois dans cet engagement créatif tout en posant des bases rythmiques de plus en plus solides. Bien sûr les influences restent palpables mais Crushburn continue à forger son propre style au fil de l’expérience et au prix d’une stabilité de son line-up animé par un respect mutuel. Le son présente lui aussi une meilleure définition, chargé dans les bas médiums, avec suffisamment de puissance pour compenser un petit manque de relief. Mais là encore il s’agit d’un second essai et non pas d’une super production américaine.

Et puisqu’il vaut mieux, à ce stade, avoir des idées plutôt qu’un EP sur-produit, nos amis ont encore affiné la mélodie, défini leur son et agrémenté leurs compositions de variations rythmiques, leur insufflant la vie. Le lourd et thrashy « Madness » est ainsi un exemple ou une âme, une atmosphère particulière se dégage mettant en musique l’univers de Crushburn et offrant une corrélation qui n’est pas forcement aisée même chez les groupes amateurs les plus aguerris. On ne peut que se satisfaire de la progression de la session rythmique.

« Whithout Dick and Knife » tout un programme comme son nom l’indique, offre des textes lourds et pessimistes sur un être humain bien trop attentiste. Catchy, truffé de bonnes trouvailles mélodiques, ce titre est la troisième preuve de l’alchimie entre les différents protagonistes et leur savoir-faire. Ce titre se rapproche des opus du grand Nocturnus et talonnerait presque le côté technique qui a fait la renommée de la formation américaine, la voix grave et écorchée de Vincent en plus !!!

« Exterminhate », qui montre une réalité de purger la race humaine de ses maux et de ses déviances. Chargé en harmoniques sifflantes et taillant une part belle à la virtuosité de Cédric, le tétracordiste de la formation.

Pour le dernier titre, « The handman’s Grieving », l’alliance de la brutalité, de la mélodie et de technicité est à son apothéose. Traitant des afflictions qui touchent le bourreau et des visages qui viennent le hanter… et les mélopées aussi risquent de vous hanter… 22 minutes trop courtes pour un groupe que je ne saurais que vous conseiller, quelque soit le style que vous aimez, supportez cette valeur sûre de la scène française.


0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Crushburn