Elementary

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe The End (CAN)
Nom de l'album Elementary
Type Album
Date de parution Fevrier 2007
Style MusicalHardcore
Membres possèdant cet album48

Tracklist

1. Dangerous
2. The Never Ever Aftermath
3. Animals
4. The Moth and I
5. Throwing Stones
6. My Abyss
7. Awake?
8. A Fell Wind
9. In Distress
10. And Always...

Chronique @ Ihopeyoudie

25 Avril 2007
Bon je vais avouer de suite que je n'y connais absolument rien en metal-hardcore ou metalcore, suivant les gugus qui aiment les appellations merdiques. Et j'aime encore moins ce style, fiasco retentissant des maisons de disques américaines en Europe alors que pourtant ça marche très bien chez eux. A se revendiquer inventeur d'un style, personne n'est dupe! A la place, on se tape du visual-kei avec ses transes un brin émocore... une merde pour une autre...

Mais bon, revenons à nos moutons!
Ce groupe m'a surpris pour le genre: un peu de brutalité, des passages atmo... et une voix claire tout simplement magnifique,et surement pas utilisée pour montrer qu'ils sont tout gentil sous leurs airs méchants, ou pour faire tomber les minettes. Airs qu'ils n'ont bien évidemment pas. Ah oui, sont canadiens. Ca doit aider.

Ca commence par une agressive "Dangerous", où le chanteur braille tout ce qu'il peut dans son micro, une double qui ronfle un coup et des guitares saccadées. Puis vient "The never ever aftermath". Rupture avec la musique précédente. La précédente montrait les dents certes, mais celle-là joue sur l'atmosphère, en étant à la limite post-core. Bon ça va gueuler deux trois fois, le solo de guitare biscornu pointe le but de son nez. Mais l'effet est là. Envoutante. Parfaite pour s'endormir, sauf que la bastonnade revient, avec "Animal", une musique débutant par un petit blastounet des familles. La grosse colère passée, place à une partie plus atmosphérique, plus calme dans la même musique. Et ça n'arrête pas de jongler sur cette alternance.Pire qu'une envie de chier, et se pointant au moment où on ne l'attend pas trop.

On croirait volontiers que l'album va être comme ça une alternance de musiques bourrines ou de musiques calmes, tout aurait pu être dit avec les trois premières musiques. Non. The End semble un peu plus malin que la moyenne. Déjà mettre des espèces d'interludes instrumentales bruitistes faites à base de guitares pour "The moth and I" pour son intro pour "The fell wind", qui offrent un petit moment de répit. Des petites bombes sont quand même planquées dans le sac qui ne demandent qu'à sauter à la gueule. "Throwing stones" ou "My abyss" par exemple, en sont les meilleurs exemples.

Un petit sursaut montrera sa tête tant attendue sur "In distress", avant dernière de l'album. Un peu dans le même genre que "Dangerous". Et la galette se termine sur un "And always...", qui pourra sonner très faux aux oreilles de certains. Le morceau le plus atmosphérique pour finir, à la guitare sèche et voix claire. Une longue complainte de 9 min ... au final superbe avec les guitares électriques qui reprennent peu à peu leur droit de faire à nouveau du bruit.

Au lieu d'écouter cette merde que fait Trivium, tu sais ce qu'il reste à faire...

7 Commentaires

1 J'aime

Partager

Ihopeyoudie - 09 Novembre 2008: Tu veux pas un mouchoir pour te consoler aussi nan?
Goneo - 14 Septembre 2010: METALCORE!!!!! mais vous savez ce que c'est du metalcore ? vous trouvez que cela ressemble à du Killswitch Engage ou Bury your dead ou Caliban !!!!
En tout cas The END est une grande salade rafraichissante, on pense à Tool, Isis, Dillinger escape plan, Biffy clyro.... Un bon album
bring_me_the_reason - 24 Octobre 2012: Bon, je me fiche de votre avis sur le Core, d'ailleurs Trivium n'est pas du Core, et bien bonne chronique.
JeanEdernDesecrator - 20 Mai 2018:

The End est très attachant, et justement, il se dépèche de sortir des carcans du style où on aimerait bien l'enfermer. Un très bel album, qui tourne dans ma wouature, en ce moment.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Eternalis

08 Novembre 2008
Comment décrire une émotion ?
C’est un véritable exercice de style que d’expliquer ce que l’on ressent véritablement au plus profond de nous, et encore plus lorsque cette émotion vient d’un élément aussi imagé que la musique.
Il est vrai que la véritable émotion est aujourd’hui rare dans l'art musical. Peu peuvent se vanter de faire déverser un torrent de larmes sur l’auditeur ou à provoquer un malaise en lui. The End fait partie de cette liste infime de groupe qui aura provoqué en moi une sensation totale de perte de contrôle.
Originaire du Canada, ce jeune quintet, sortant avec Elementary son second album, m’aura simplement collé une des plus grosse gifle musicale de mon existence (de plus car je ne m’y attendais vraiment pas !).

Sa musique se situe tel un électron libre à la frontière de bien des genres pour finalement former une réelle identité : la leur ! The End ne fait pas dans la musique accessible, son art parait de prime plutôt opaque. A l’instar d’albums comme catch 33 (Meshuggah) ou Alien (Strapping Young Lad), le sentiment d’absence totale de logique est déstabilisant au début. Les morceaux proposent des cassures musicales incongrues et forment presque des titres dans les titres. L’ascendant de la musique sur l’auditeur devient total après quelques écoutes, qui se font de plus en plus passionnante avec le temps.
The End s’empare de vous, vous traque et prend aux tripes pour ne jamais vraiment vous relâcher, il vous entraine dans un flot continue d’émotions souvent contradictoires qui ne pourra vous laisser de marbre.

Mais à l’inverse des groupes susnommés, la musique s’articule ici autour du chant (non pas que la musique soit inintéressante, loin de là, mais l’on sent que les atmosphères développées sont créées de sorte de mettre en avant la voix), torturé et fascinant, de Aaron Wolff. Sa performance est incroyable de bout en bout et l’on peut affirmer, sans trop prendre de risque, que la réussite de l’album repose en partie sur ses épaules. Emplie de désespoir et de souffrance (ni de haine ou de colère, le concept diffère également de beaucoup d’autres groupes), sa voix n’est que merveille et porteuse de sentiments très forts.
À la fois hurlé (« Dangerous », « Animals ») ou claire (« The never ever aftermath »), ses vocalises font toujours mouche et détruisent complètement les barrières émotionnelles de l’auditeur pour le toucher au plus profond de son cœur, grâce à une sincérité de tous les instants.
Très technique, la musique développe quand à elle des structures anticonformistes et originales, inspirées autant du core que du rock. Un titre comme « The never ever aftermath » résume la teneur extraordinaire de l’album. Un départ presque rock mais très syncopé (le batteur semble toujours en décalage, provoquant continuellement ce sentiment justement de perte de contrôle) avec le chant de Aaron susurré et mélancolique, pour finalement hurler un désespoir poignant sur un break incroyablement original.

Je pourrais parler de ce disque pendant des pages tant il m’a inspiré. Écouter un morceau aussi saisissant que « Throwing thrones » ou « My abyss » et vous comprendrez. Comment rester impassible face à cette souffrance ambiante ? Sur ce premier titre, le chant sur le refrain est d’une force impressionnante, on ressent tant la douleur que les expériences les plus douloureuses de votre vie ne pourront que ressurgir en plein visage.

Et puis-je passer sous silence le phénoménal « In detress », donnant suite à un étrange instrumental répondant au nom parfaitement approprié de « A feel wind » où seuls des effets jalonnent le titre. « In… » développe une violence dérangeante et une créativité peu commune pour un si jeune groupe, un véritable vivier de nouveautés, que ce soit dans les vocaux ou dans ce riff d’intro proprement génial et original (et dérangeant).
Les canadiens tirent leur révérence sur un bouleversant « And always… » ; long morceau de neuf minutes où le désespoir se fait mélancolie pour un final saisissant aux solos déchirants. La guitare acoustique s’invite sur la totalité du titre pour accompagner un chant à vif qui achèvera de vous détruire intérieurement.

Je voudrais encore tant dire… mais je préfère que vous écoutiez vous-même ce que je qualifierais d’un des plus grands chefs d’œuvre de ces dernières années. Je n’avais pas ressenti pareille faiblesse en moi après une écoute depuis les inestimables Infinity et Terria de Devin Townsend. L’on retrouve également la même impression de participer à quelque chose de « grand » et d’unique et, si l’on ressort épuisé d’une telle épreuve, on en ressort également grandi et plus fort, plus sensible et plus mature. Le sentiment de découvrir le véritable génie nous titille alors l’esprit, puis ne nous lâche plus.
Car The end vient de dépasser le strictement musical pour atteindre une autre dimension que bien peu parviennent à côtoyer, celle des cieux ! Devenu monarque d’en empire qu’il a lui-même fondé, il nous regarde d’en haut et réalise le chemin parcouru que seul lui pourra peut-être un jour dépassé ! Croyez bien que je serais le premier à le suivre…



1 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire