Down III - Over the Under

Liste des groupes Sludge Metal Down Down III - Over the Under
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Down
Nom de l'album Down III - Over the Under
Type Album
Date de parution 25 Septembre 2007
Style MusicalSludge Metal
Membres possèdant cet album316

Tracklist

1. 3 Suns and 1 Star 05:41
2. The Path 04:09
3. N.O.D 04:00
4. I Scream 03:48
5. On March the Saints 04:10
6. Never Try 04:55
7. Mourn 04:44
8. Beneath the Tides 05:32
9. His Majesty the Desert 02:25
10. Pillamyd 05:15
11. In the Thrall of It All 06:20
12. Nothing in Return (Walk Away) 08:57
Bonustrack (English Release)
13. Invest in Fear 05:21
Total Playing Time 59:26

Chronique @ Julien

27 Septembre 2007
Franchement, mais franchement que c’est bon d’entendre du nouveau son provenant de l’un des groupes les plus attendus de cette année 2007 (et j’aurais envie de dire ces 5 dernières années). Après un nombre incalculable de rumeurs concernant le groupe (dont les deux plus importantes étaient le ré enregistrement de Nola avec Rex Brown à la basse et la sortie du DVD du concert de Paris), Down nous arrive avec un troisième opus, tout beau tout neuf. Depuis que je l’ai reçu il tourne en boucle et il n’y a pas d’autre mot : ENORME, GIGANTESQUE, UNIQUE…….

Des les premières mesures nous sommes directement plongés dans l’univers poisseux du groupe. Le son de guitare si typique du groupe est toujours là. Même s'il a gagné en précision il n’en reste pas moins unique. Des riffs, plein de nouveaux riffs avec l’un de mes sons préférés. Le groupe a écrit ce disque avec deux idées en tête : le désastre de la Nouvelle Orléans et l’assassinat de Dimebag. Pas étonnant que l’atmosphère générale soit si pesante, si moite. Sans être ultra lourds les riffs arrivent quand même à nous plomber avec une impression quasi indescriptible. Je ressens ça comme le fait d’être dans une pièce où les murs se rapprochent au fur et à mesure que les titres défilent. Mal-être es-tu là ? Comme si le disque était un compte un rebours vers notre propre mort.
Il n’y aura pas de grande surprise pour les aficionados du groupe. Tout ce qui a fait la force des deux premiers Down est là. Les riffs sont bien stoner à souhait mais comme je le soulignais plus haut, la masse sonore développée par Under The Over est telle que l’on se sent comme abasourdi. Encore une fois les influences Black Sabbath se font ressentir et ce n’est pas l’admirable « Never Try », où l’accélération très 70’s est énorme, qui me fera mentir. Ca groove énormément et toujours sur ce même « Never Try », les lignes de basse de Rex se font ressentir et prennent aux tripes. A L’instar des opus précédents, on y retrouve une alternance entre titres calmes et des titres plus énervés. A ce titre on doit impérativement souligner le tube en puissance qu’est « Pillamyd ». L’intro pose les bases, ce titre tue et fera des ravages lombaires importants. Il se présente de la même façon qu’un « Temptation’s Wing ». Grosse avoine, lignes de chant monstrueuses avec un gros grunt pré-refrain. En parlant du refrain, il fera fureur dans toutes les salles du monde. Le final de presque 10 minutes est sublime et terminerait l’album en beauté, si Phil et consorts n’avaient pas eu la bonne idée de nous en recoller une entre les deux yeux avec une piste cachée très heavy et catchy. Le chant de Phil Anselmo est toujours aussi caractéristique. Il est malgré tout moins mis en avant, ce qui donne une meilleure impression d’ensemble. Down n’est plus son groupe, Down est un groupe à part entière maintenant. Les petits effets sur son chant sont dosés de façon millimétrée pour un rendu maximum. De plus il a clairement retrouvé toutes ses aptitudes et il ne s’en prive pas.
Le son est comme cité en intro, énorme. C’est le son de Down il n’y a pas de doute, mais il a su légèrement se moderniser pour coller un peu plus au standard actuel. Mais je le répète, il n’a pas été dénaturé pour autant.

Ce disque n’est donc que bonheur. L’attente a été longue et les crispations nombreuses mais lorsque l’on voit le résultat ça valait le coup d’attendre. J’en connais plus d’un qui va faire la queue lundi devant sa Fnac locale afin de se ruer dessus.

Un album unique et énorme. L’album de l’année tout simplement…….

8 Commentaires

14 J'aime

Partager

Alesky - 25 Janvier 2008: Je suis tout à fait d'accord, depuis que je l'ai je m'en lasse pas.
Quel puissance, quel classe, ça chie chez les sudistes !!!

Et puis phil anselmo c'est tout simplement levé un matin en se disant "et si je donnais une leçon de chant à tout le monde", le meilleur chanteur et quand on voit qu'il est premier au référendum terrorizer, on comprend tout de suite.
Krokodebil - 16 Juin 2009: Je suis complètement hypnotisé par Nothing in return (walk away) ... C'est overplanant ^^
Slyness - 02 Mars 2015: Le meilleur morceaux de Down est dans cet album, et c'est On March The Saints!
mechant - 19 Août 2018:

vu a toulouse lors de la tournee de cet album....c etait juste enorme.

ce groupe est juste incroyable...pepper keanan est 1 dieu de la guitare.phil est 1  sacré chanteur doublé d un frontman d'exeption quant aux autres....ils forment 1 ensemble homogène  donnant 1 côté "festif" au groupe sur scène. 

avant le concert ils dinaient au bikini avec autour d'eux les futurs spectateurs.  quelle sérénité....quelle discrétion....

certainement 1 des meilleurs concerts que j'ai  pu voir....je suis reparti avec 1 banane de fou.

 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Fearia_McMorgue

01 Novembre 2007
"...size up the furthest plateau inside the soul of saints..."
Je me suis toujours demandée si la véritable peine émotionnelle peut être matérialisée, si elle pouvait être transformée en quelque chose qu’on pourrait presque saisir. Quelqu’un a eu une vie difficile, pleine de hauts et de bas, pleine de tentations et de ruptures… Quelqu’un a eu une histoire… L’histoire a grandit au cours des années… La peine s’est accumulée au cours des années… Et elles ont grandi et finalement elles se sont transformées en trois petits mots : Over The Under.

"...stone cold true love and suffer..."
Dès le début, Down a été un groupe avec La Flamme – c’était plus qu’un projet parallèle, c’était le son de l’histoire vraie. La première fois que j’ai entendu Nola, j’étais plus que confuse… A cette époque, j’étais fan à la fois de Panthera et de Corrosion Of Conformity et je m’attendais à ce que Down soit une simple combinaison des deux. Et à ma surprise ça n’était vraiment pas ça. Le groupe avait un son très original et unique et une force intérieure combinant la maîtrise de la guitare de Keenan et la voix roque mais néanmoins pleine d’émotion d’Anselmo. De plus, dès le tout début, il était très clair que Down n’était pas juste un autre groupe de métal sudiste boueux. Le son de Stone The Crow résonne encore dans tellement de têtes. Il a commencé l’histoire.
Bien que le groupe ait fait un hiatus entre le premier et le second album, Bustle In Your Hedgerow a montré que la force de caractère de Down avait été élevée à un niveau supérieur, où il a entamé sa propre vie.
De nombreux épisodes déplaisants se sont produits dans la vie de Down dans la période suivant le second album. Des épisodes qui soit vous écrasent, soit vous rendent plus forts. Les émotions fortes déchirantes qui ont suivi cette période ont explosé et ont grandi pour former la vraie définition de la peine émotionnelle qu’est Over The Under.

...I've drank the oceans dry I've stopped the time..."
"Three Suns and One Star" ouvre le chemin de cet endroit qu’est Over The Under. La voix claire et forte d’Anselmo, soutenue par la guitare hypnotique et aux allures de blues de la Nouvelle-Orléans, décrit à quoi ressemble cet endroit – rien ne peut être trouvé là-bas que de hantants souvenirs, espoirs, désirs et la lumière de 3 soleils et d’1 étoile comme seul consolation.
Les chansons suivantes ne sont rien de plus que des étapes supplémentaires jusqu’à cet endroit. Les descriptions sont parfaitement claires – elles vous font tomber, ramper, souffrir de maladie, tomber en esclavage, sentir la vraie peine…
Over The Under est hors norme musicalement, lyriquement et émotionnellement. Pendant l’écoute, il est impossible d’échapper à son emprise. Chaque mot, chaque note frappe comme un éclair, vous laissant émotionnellement à vif. Le style vocal d’Anselmo et ses qualités lyriques ont évolué au cours des années ; elles sont à leur point culminant sur cet album. Ses cris et ses grognements ne sont plus mûs par la rage et la colère mais par des sentiments bien plus profonds – "I stand crucified…as they’re strickent blind…" : Ses paroles reflètent l’âme d’une personne non seulement torturée par la vie mais également par son moi intérieur – "…the pillamyd guilt…inside, it’s etched in stone…" : cela raconte l’histoire d’un homme qui se noie, touche le fond et alors se réveille "…because self destruction brings misfortune, in the thrall of it all…" La musique circulant entre ces mots remplis d’émotion n’est rien de moins que l’unique réflexion des mots eux-mêmes. Une minute, la guitare de Keenan est rapide et hurlante, et la minute d’après elle est lente et lasse et de nouveau la minute d’après c’est presque du blues. Le changement rapide de tempo correspond parfaitement avec le sens des paroles. Le reste du groupe suit le même chemin – aigu, grave, hauts, bas… perplexe, émotions profondes "…never try…you either do it, or don’t waste your life…".

Techniquement parlant, comme une parfaite combinaison de diverses émotions et impulsions, Over The Under est plus qu’un album normal… pour parler franchement, il est plus qu’un album : c’est la définition de la vraie vie faite de peine et d’agonie.

"and when we walk away there will be no coming home..."

traduit par heavyboy

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
Heineken - 07 Novembre 2009: Bonne chro' mais il n'y a pas de "h" a Pantera.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire